MAINTENANCE
Une maintenance sera prévue à partir du 15 Décembre à 18 heures !

 Entre amis ft. Charlie Weiss
AuteurMessage
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Entre amis ft. Charlie Weiss   Mer 8 Nov - 13:59


Entre amis
Grace & Charlie
Un courant d’air frais souleva une mèche de cheveux du chignon fait à la va-vite de Grace, se mettant en face de ses yeux, et elle soupira. La journée n’avait pas bien commencé pour la moldue. Elle était arrivée en retard au travail à cause d’un arrêt intempestif du tramway et avait du présenter ses plus plates excuses à Mme Glastonry, 80 ans, vieille rombière revêche qui souffrait d’un mal de dos chronique et d’une langue bien acérée. Elle avait ensuite fermé le cabinet à 11h30, après son dernier rendez-vous, et était allé rendre visite à Matthew qui, comme à son habitude, rechignait à prendre ses médicaments et persistait à minimiser sa dernière poussée, lui répétant qu’elle n’était rien d’autre qu’une maman poule et qu’elle ferait mieux de le laisser tranquille. Il était maintenant près de 16h et la jeune femme avait décidé de se rendre à la station de radio de son meilleur ami, Charlie, afin qu’il lui change un peu les idées. Voir le musicien était toujours une bouffée d’air frais pour la moldue, et elle avait bien besoin de décompresser.

Charlie et elle, ça remontait à loin. Cela faisait plus de 7 ans qu’elle le connaissait, et, malgré des hauts et des bas, il était resté une constante dans sa vie, un appui sur lequel elle savait qu’elle pourrait toujours se raccrocher, quoi qu’il pourrait se passer. Elle ne comprenait pas les gens qui disait qu’il était impossible de rester amis avec ses exs : quand il n’y avait aucune ambiguïté, comme entre Charlie et elle, il n’y avait aucun soucis. Matthew n’arrêtait pas de lui répéter qu’il avait encore des sentiments pour elle, mais pour la jeune femme, c’était tout simplement inconcevable, elle ne pouvait même pas l’imaginer : c’était juste son meilleur ami, son confident.

Grace avait décidé de se rendre à pied du centre-ville jusqu’à la ville haute, où se trouvait la station de radio, afin d’éviter de recommencer ses mésaventures en transports en commun du matin, et également pour profiter de l’air frais en calmant ses nerfs. Elle n’avait pas prévenu son ami de sa venue et espérait qu’il ne serait pas trop occupé à son travail, mais il avait la chance, tout comme elle, d’être son propre patron et elle pensait qu’il pourrait au moins s’éclipser quelques minutes pour discuter avec elle. Peut-être même avouerait-elle tout haut ce qu’elle pensait tout bas depuis quelques semaines maintenant, et que Charlie l’aiderait à démêler les sentiments qu’elle avait pour son si charmant voisin, Milo. Mais il fallait qu’elle arrête de se focaliser sur le vendeur de balai et les émotions qu’il arrivait à déclencher en elle, simplement en lui souriant et en parlant avec elle du Seigneur des Anneaux. Après tout, elle n’était pas venu à la radio pour ça : elle voulait juste décompresser avec son ami Charlie.

Après être rentré dans le bâtiment, elle poussa la porte du bureau du musicien, en faisant bien attention à ce que le voyant « Recording » ne soit pas lumineux, afin de ne pas interrompre en direct live le travail de son ami. Lorsqu’elle le vit, son visage s’éclaira.

« -Salut ! s’exclama-t-elle en français, switchant presque par automatisme en voyant le suisse. J’espère que je dérange pas…

Elle s’approcha de Charlie afin de lui faire un câlin, se mettant sur la pointe des pieds pour entourer de ses bras celui qui était si grand pour elle. Un grand sourire sur les lèvres, elle se détacha de lui presque à regret.

-J’avais ma fin de journée de libre et je me suis dis que j’allais passer ici, si t’es pas trop occupé bien sûr… J’ai passé une journée horrible et j’ai bien besoin d’une épaule amicale sur laquelle reposer ! »

Elle s’assit sur le rebord du bureau de Charlie, à l’aise, peut-être même un peu trop pour un œil extérieur. Mais c’était tout Grace, ça, qui considérait l’homme comme quelqu’un de sa famille, un frère de cœur.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domine
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Ven 17 Nov - 9:58


« Vous faites comme c'est prévu, après cette chanson on place la pub de Milo's magicals sports supplies et vous envoyez la playlist. On garde le focus les mecs, j'fais vite »

La routine avait quelque chose de rassurant, tout comme le fait d'être son propre patron. Les obligations n'avaient jamais été pour lui, il avait toujours eu cette envie de se rebeller contre quiconque voulait lui imposer des choses et le contraindre ; il n'y avait que quelques exceptions, et Grace en faisait partie. Il n'était pas rare qu'il se laisse mener par le bout du nez par simple plaisir chelou, ou bien par masochisme amoureux et fraternel. Mais le reste du temps il incarnait le sauvage à l'état pur, quelqu'un que l'on apprécie pour son amour de la liberté ou que l'on déteste pour son mépris apparent des règles, mais qui laisse rarement neutre.

Pour lui, être le gérant d'une radio était synonyme de liberté, tant au niveau professionnel que social - ici son introversion n'était plus. Mais à chaque chose son prix, et là, c'était une anxiété exacerbée. « Au fait vous avez des nouvelles de la pseudo rockstar ? Elle devait passer hier. »

Si la matinée s'était déroulée sans encombre, l'après-midi en revanche l'avait particulièrement agacé. Sous l'emprise d'une boisson réputée pour stimuler et énerver, il avait par deux fois faillis appeler lui-même cette starlette au rabais pour lui dire ses quatre vérité, dans le plus grand des calme, avec la froideur d'un professionnel qui doit dealer avec un petit con irrespectueux. La colère était d'autant plus grande qu'il n'avait pas fait tant d'effort dans la création de sa raido pour au final... ça. Bien-sûr c'était un cas à part, mais dans la tourmente, à chaud, il n'était pas capable de voir le positif dans tout ce qu'il avait fait.

Charlie sortit du studio une petite minute, juste du temps d'aller poster une lettre qu'il destinait à une autre célébrité qui, cette fois-ci, serait peut-être plus réceptive et respectueuse, et il revint juste à temps pour passer la pub promise car, lui, avait une parole. Une parole et une seule.

« Eh oui les amis, du bon rock comme on l'aime ! Ça fait plaisir de voir des jeunes s'investir autant dans la musique, ils ont une belle carrière devant eux ! Et parlant de carrière vous avez vu le derniers exploits de O'Connor ? Ouais, qui n'a pas vu ou entendu ça ! Il était fantastique sur son balais, un prodige ! Certains disent à tort ou à raison qu'il est la cause majeure de la victoire de l'équipe de France lors de la coupe d'Europe, et si vous voulez tout savoir je pense que ce n'est pas faux. Je n'irais pas jusque là, mais il faut aussi dire qu'il n'avait pas un équipement bas de gamme et que ça a sûrement eu un gros impact sur le match. Y'a qu'à voir son balais, ça faisait longtemps que je n'en avais pas vu de comme ça ; le Nimbus 2000 et l'Éclair de feu font pâle figure à côté. Il provient de chez Milo's magicals sports supplies à ce qu'on dit. La boutique sur le chemin de traverse ? Yep. J'y suis allé une ou deux fois et il est clair que la qualité des fournitures et impressionnante. On en dira ce qu'on voudra mais l'alliance des matériaux moldus et de la magie fait des prodiges destinés à des joueurs prodigieux. Ce qui est bien c'est que c'est accessible à tous, je suis persuadée que la boutique va tomber en rupture de stock maintenant que tous le monde a vu ce dont est capable un balais de chez eux ! »

L'interlude terminée le sorcier se leva et fila dans son bureau, allant chercher un moment de calme bien mérité. Les papiers s'entassaient dans un coin entre des bibelots personnels et une radio vintage qu'il chérissait. C'était son espace. Il s'empara ensuite de sa guitare et s'installa confortablement dans son canapé pour gratter un peu, dans son monde le temps d'une chanson qu'il répéta une ou deux fois. Puis l'on toqua, l'on entra, et l'on fit naître un sourire à ses douce lèvres.

« Salut ! J’espère que je dérange pas… Jamais. » il sourit d'autant plus, puis il la serra tendrement dans ses bras en la soulevant doucement du sol pour la faire tout aussi doucement tourner. Il avait toujours fait preuve d'une infinie tendresse avec elle, et même si leur relation remontait à bien longtemps, il ne pouvait cesser d'agir comme si, quelque part, ils étaient toujours ensemble. Pas dans les mots qu'on se dit à l'oreille, mais dans la façon de voir l'autre ; de le protéger et de lui donner le meilleur de nous même. Un peu comme un frère. Pourtant, parfois, bien caché dans son coeur, l'espoir résonnait. Ou peut-être pas ? Il n'aurait su dire avec exactitude de quoi il s'agissait ; tout ce qu'il savait était qu'il l'aimait, qu'importe la manière, et qu'il n'était heureux qu'en la gardant dans sa vie. Elle était son rayon de soleil, et toute l'anxiété et l'agacement accumulés avaient disparus dès son entrée.

« J’avais ma fin de journée de libre et je me suis dis que j’allais passer ici, si t’es pas trop occupé bien sûr… J’ai passé une journée horrible et j’ai bien besoin d’une épaule amicale sur laquelle reposer ! Oh non pas du tout, j'ai encore bien trois heures devant moi. Ça me fait plaisir de te voir, et tu sais que je suis toujours là pour t'écouter et bitcher sur qui tu veux. Assied-toi et raconte-moi tout. il reprit ensuite Tu veux boire quelque chose ? Un thé, un café ? »
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Lun 20 Nov - 13:21


Entre amis
Grace & Charlie
Parfois, Grace se demandait ce qu’elle avait bien pu faire pour mériter un ami comme Charlie. Depuis qu’elle l’avait rencontré, le jour de son dix huitième anniversaire, il avait toujours été un appui constant dans sa vie. Bien sûr, au départ, leur lien avait été amoureux et charnel : elle si jeune, si éprise de cet homme mature et sincère, leur rupture n’avait pourtant en rien rompu l’attachement qu’ils avaient l’un pour l’autre. Et pour la jeune femme, toutes les mauvaises langues qui lui soufflaient que cette amitié était étrange, que l’on ne devrait pas considérer l’un de ses ex comme son grand frère, n’étaient que des personnes malveillantes qui restaient cloitré dans leur propre vision du monde.

Et comme d’habitude, Charlie ne la décevait pas, tout de suite à l’écoute, avec les mots qu’il fallait. Le sourire qui avait orné son visage à la minute où elle avait passé la porte du bureau de son ami ne la quittait plus, alors que c’était le premier de cette journée qui avait été catastrophique.

« -Je veux bien du thé, merci, surtout si tu as encore de ce thé blanc que j’avais goûté la dernière fois.

Elle embrassa du regard la pièce, qui, bien qu’elle ne s’y soit pas rendue très souvent, lui semblait extrêmement familière. Car elle ressemblait à Charlie, au final, remplie de vieux disques et de colifichets, la guitare adossée au vieux canapé en cuir achevant le tableau. Elle se rappelait toutes les chansons d’amour qu’il avait pu lui jouer, quand ils étaient ensemble. Cela lui semblait tellement loin.

-Oh, tu sais, ce n’est pas grand chose, une mauvaise journée typique où t’as l’impression que le monde entier se ligue pour te pourrir la vie. Et comme Matthew est insupportable en ce moment, je me suis dis que te voir me ferait du bien.

Charlie était l’une des rares personnes qui pouvait comprendre ce qu’elle traversait, avec son petit frère Matthew. Il avait toujours été si énergique, impétueux, à croire que le monde était à ses pieds et qu’il était invincible, que le diagnostique de sa sclérose en plaques avait été un immense choc pour lui. Il avait maintenant tendance à en vouloir à la terre entière et refusait, bien souvent, l’aide que voulait lui apporter sa sœur, à cause d’un égo mal-placé qu’elle ne comprenait absolument pas. Charlie avait été un grand soutien pour la jeune femme depuis la découverte de la maladie de Matthew, et il ne saurait saisir à quel point Grace en était reconnaissante.

-Et puis, bitcher… La seule personne sur qui je pourrais bitcher, vraiment, c’est moi-même. Moi et mon stupide cœur d’artichaut qui ne cesse de me mettre dans des ennuis sentimentaux. Tu veux savoir la dernière nouvelle dans la catégorie « Grace est un boulet » ? Il a fallu que le karma fasse sauter le courant dans mon appartement, que j’ai du donc me rendre en pyjama Wonder Woman chez mon voisin dans le noir le plus total et que –tiens toi bien, parce que la partie la plus pathétique arrive-, depuis, j’arrive pas à me le sortir de la tête.

Grace se releva de l’appui qu’elle avait prit sur le bureau pour s’asseoir auprès de Charlie, en enfouissant sa tête entre ses mains.

-Maintenant à chaque fois que j’entends du bruit dans le couloir, j’hésite à sortir pour voir si c’est lui et lui parler… Je suis même allé là où il travaille. Je suis tarée, je crois. »

Elle souffla doucement sur une mèche de cheveux qui tombait sur son visage, croisant les bras en se maudissant de sa propre stupidité. Pourquoi diable avait-elle développé un crush aussi soudain et puissant pour son voisin ? Elle qui détestait ces filles qui tombaient en pamoison devant le moindre gars qui était un minimum gentil avec elles, et croyait sincèrement que le coup de foudre était un mythe créé par des enseignes de grand magasins pour vendre des cartes à la St Valentin, il lui arrivait toujours des trucs dans ce genre. De sentir son cœur battre un peu trop fort sans qu’elle ne le prévoit ou qu’elle ne le veuille, comme lorsqu’elle avait eu cette brève liaison avec son professeur d’anatomie à l’université, ce qui était vraiment peu approprié, lorsqu’elle repensait la situation avec du recul.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domine
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Mar 21 Nov - 8:39

La tasse au creux de ses mains se remplit d'eau et se mit à bouillir sous les commandements de son ancienne amante – de sa soeur, et il la posa sur la table du temps d'aller chercher le thé voulu dans le placard. « Oui je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Tu sais ce que je fais quand Matthew m'insupporte ? Je planque ses béquilles. Ça le fait rire le plus souvent et ça le calme. Puis moi aussi. » il lui lança un regard des plus malicieux et se servit de la petite cuillère dans le sachet de thé pour en verser la bonne dose dans l'eau, puis, d'un geste de la main au dessus de la tasse, il rassembla les feuilles en une petite boule solide pour la laisser infuser.

Matthew et lui ça remontait à aussi longtemps que Grace et lui, plus ou moins. Il était devenu avec le temps comme un petit frère pour lui, et en cela il pouvait se permettre certaine chose, comme agir comme un grand frère et le remettre sur les rails lorsque il dépassait les bornes. Charlie aimait à penser qu'il avait une bonne influence sur lui et qu'il l'impressionnait tout juste assez pour faire office de garde-fou paternel, ce qui n'était pas toujours le cas. L'annonce de sa maladie avait été un choc pour tous le monde, mais lui, il n'avait pas voulu changer son comportement. Il le devait à Matthew ; sclérose en plaque ou non, il restait qui il était, et le sorcier pensait qu'il n'avait pas besoin de voir la pitié dans le regard des gens qu'il aimait en plus de la voir dans celui d'autrui. Il avait besoin de soutien, de rire, de force pour combattre cette merde qui lui était tombée dessus sans crier gare. La meilleure chose qu'il pouvait faire pour eux c'était d'être là. La meilleure chose qu'il pouvait faire pour eux, c'était de ne pas montrer combien il souffrait et à quel point il s'inquiétait pour lui.

Grace, Matthew. Deux bonne raison de voir l'anniversaire de son amie comme un jour béni et de l'attendre avec certainement autant d'impatience qu'elle. Chaque année, pour marquer le coup, il l'emmenait dans un lieu nouveau. Paris, Rome, Prague et dernièrement Florence. Le plus souvent ils allaient manger dans un restaurant prestigieux et l'un ou l'autre trouvait le moyen de rendre cette journée inoubliable. Elle le valait bien. Matthew avait par la suite de la matière pour affirmer au plus grand déplaisir du sorcier qu'il éprouvait toujours des sentiments pour sa sœur, ce qui n'était pas faux en un sens. Mais même si sa jalousie certaine et sa possessivité envers Grace pouvaient faire penser le contraire, il n'avait plus aucun espoir de la reconquérir depuis longtemps et, surtout, il ne voyait plus l'amante qu'elle avait été ; elle était sa petite sœur.

« Il faudra que j'aille lui parler, peut-être qu'entre hommes... » il posa la tasse sur la table basse près du canapé et s'assit.

« Et puis, bitcher… La seule personne sur qui je pourrais bitcher, vraiment, c’est moi-même. Moi et mon stupide cœur d’artichaut qui ne cesse de me mettre dans des ennuis sentimentaux. Tu veux savoir la dernière nouvelle dans la catégorie « Grace est un boulet » ? Il a fallu que le karma fasse sauter le courant dans mon appartement, que j’ai du donc me rendre en pyjama Wonder Woman chez mon voisin dans le noir le plus total et que –tiens toi bien, parce que la partie la plus pathétique arrive-, depuis, j’arrive pas à me le sortir de la tête. »

Charlie eut un doux petit rire, souriant avec une sincérité bien réelle malgré qu'il appréciait rarement entendre les histoire de coeur de Grace. Il aurait bien dit que cela lui coûtait d'épauler son amie dans ces choses là, pour que l'on s'apitoie sur son sort, mais ce n'était pas vrai. Quelque part cela le confortait dans la place qu'il avait, dans la proximité entre Grace et lui et leur amour fraternel, même si cela devait le rendre jaloux et lui faire penser, à tort ou à raison, qu'il perdrait sa place le jour où elle trouverait quelqu'un. Et puis il ne pouvait supporter de la savoir triste, il cherchait toujours à lui rendre le sourire, qu'importe le prix parce qu'au fond, elle valait bien tous les sacrifices.

« Maintenant à chaque fois que j’entends du bruit dans le couloir, j’hésite à sortir pour voir si c’est lui et lui parler… Je suis même allé là où il travaille. Je suis tarée, je crois. »

Boubou intensifies. Le sorcier passa un bras dans le dos de la française pour le lui caresser doucement et brièvement, plutôt tactile avec les rare personne qu'il considérait comme proche. « Encore une fois je comprends tout à fait, c'est pas agréable et ça monopolise nos pensées au point de nous rendre fou, mais tu sais tout comme moi que c'est au final pas grand chose. Par rapport à la dernière fois comment tu ressens les choses ? Je veux dire à quel point c'est intense ? Je dois déclencher le plan pizza au feu de bois et soirée karaoké ? »

Il sourit joyeusement.
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Jeu 23 Nov - 6:21


Entre amis
Grace & Charlie
Elle se laissa aller à l’étreinte de son ami, avant de se rapprocher de lui et de poser sa tête dans le creux de son épaule, les cheveux longs du sorcier chatouillant doucement son oreille. Dans ses bras, la jeune femme se sentait parfaitement en sécurité, comme si plus rien ne pouvait lui arriver et que tous ses problèmes pouvaient s’envoler. Bien sûr, elle relativisait : ses histoires de cœur n’étaient en rien importants, surtout mis en relation avec des récits bien plus terribles, la faim dans le monde, les décès, les crimes violents, les maladies infantiles. Elle se sentait presque un peu coupable de se rendre si malade pour pas grand chose, alors que son frère souffrait chaque jour de sa sclérose et réussissait à garder la tête haute. Grace se dit que, décidemment, elle devait grandir.

« -Je sais, je sais… Je me prends bien trop la tête pour rien. Je crois qu’avec ma mère qui arrête pas de me rabâcher la tête sur le fait d’être célibataire à mon âge, je fais des montagnes de taupinières.

Elle releva la tête pour pouvoir regarder Charlie dans les yeux, soudainement un air amusé plaqué sur le visage. Sa mère avait toujours été un phénomène, sa plus grande critique, et il était souvent difficile, pour elle, d’arriver à faire la part des choses entre ses attentes et ce que Grace voulait vraiment dans la vie. Mais plus elle vieillissait, plus il était facile pour elle de prendre ses réflexions avec des pincettes.

-Tu sais que la dernière fois que je l’ai eu au téléphone, elle m’a encore demandé de tes nouvelles ? Elle t’a toujours bien aimé, je crois que même au bout de 7 ans, elle a encore l’espoir qu’on se remette ensemble.

Un léger rire. Car c’était si absurde comme idée pour Grace, comme si, un jour, elle pouvait fréquenter un membre de sa famille. Matthew et Charlie avaient une relation similaire avec elle, dans son esprit. Son petit frère et son grand frère. Ses soutiens, ses meilleurs amis.

-Enfin, le pire, c’est que je pense qu’il y a vraiment moyen qu’il y ait quelque chose entre Milo et moi… Ah oui, je ne t’ai pas dis, c’est le nom de mon voisin, lui expliqua-t-elle avant de reprendre le fil de sa pensée. Par rapport à d’habitude… Je sais pas, j’ai l’impression que c’est plus fort. Je l’aime vraiment beaucoup, c’est un chic type. Il me fait rire. Mais en même temps je ne sais pas si c’est l’effet crush qui me fait dire ça, ou si c’est autre chose. Et puis ça m’embêterait de tenter quelque chose si ce n’est pas réciproque, et de perdre une possible amitié, ou même simplement un voisin prévenant.

Elle secoua la tête. C’était agréable de pouvoir étaler ses pensées à voix haute, sans devoir se retenir : elle savait que jamais Charlie ne la jugerait. Grace se souvenait d’un temps où elle hésitait à parler de ses histoires de cœur avec lui, après tout, c’était son ex petit-ami et cela pourrait potentiellement lui faire du mal, chose qui n’était absolument pas dans les plans de la moldue. Mais de l’eau avait coulé sous les ponts, ils étaient l’un comme l’autre passé à autre chose, n’est-ce pas ?

-Est-ce qu’il y a vraiment besoin d’un prétexte pour faire une soirée pizza et karaoké ? Tu sais que je suis toujours prête pour une chèvre-miel et sortir ma superbe chorégraphie sur Wannabe des Spice Girls. Mais tu sais ce qu’il faut ce qu’on se fasse bientôt, parce que ça fait trop longtemps et que c’est une honte ? Une soirée jeux-vidéos. Tu te souviens quand on passait la nuit à rusher Super Mario Bros 3 sur NES ?

Grace saisit la tasse que Charlie avait posé sur la table devant elle, et prit une gorgée du liquide. Il faisait probablement un peu trop chaud pour une telle boisson, mais la française avait prit l’habitude, comme les anglais, de boire du thé peu importe la saison. Elle croisa ses jambes nues, revêtues d’un petit short en jean, parfait pour la température estivale.

-Toi ça se passe bien ici ? Je voulais te féliciter d’ailleurs, moi qui suis une auditrice consciencieuse, t’as vraiment réussir à bâtir une radio de qualité. »

Son sourire d’encouragement était brillant. Elle n’était pas du genre à donner des compliments à la légère, elle était réellement fière de Charlie et de ce qu’il avait pu accomplir depuis qu’il était arrivé à Atlantis. Cela la rassurait de le voir se fixer quelque part, lui qu’elle avait toujours connu sur les routes, toujours à gauche et à droite.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domine
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Jeu 23 Nov - 8:39

Six mois n'avaient pas suffit à Charlie pour apprendre à connaître la mère de Grace, pour autant l'appréciation était réciproque. Il l'avait toujours trouvée amusante et un brin zélée, mais ce qui lui avait le plus plu chez elle était sa propension à se mêler de la vie de Grace. C'en était drôle, bien qu'il se doutait que pour la jeune femme cela ce l'était pas, au contraire. Il trouvait ça attendrissant et revoyait un peu sa propre mère dans ce comportement on ne peut plus maternel, comme si toute devaient s'occuper de la vie de leurs enfants. Le sorcier était cela dit très touché qu'elle continue de parler de lui après autant d'années, et un sourire s'était étiré à ses lèvres, masquant de facto toute son amertume et ses regrets. Jamais il n'aurait dû la laisser partir, se disait-il parfois. Jamais il n'aurait dû se comporter comme il s'est comporté, car si la rupture avait été d'un commun accord il savait bien – il s'était persuadé – que tout était de sa faute. Et si de l'eau avait coulée sous les ponts, certaine chose demeuraient douloureuse, bien que moins que ce qu'elles l'avaient été. Peut-être que c'était là une des source de sa jalousie. Il l'avait laissée partir et il n'avait jamais su réellement tourner la page ; il ne saurait jamais si eux deux ça aurait fonctionné.

« Ta mère a toujours été chou. C'est vrai que j'ose pas l'appeler moi-même, je trouve ça un peu bizarre d'appeler la mère de son ex. Encore plus si elle s'attend toujours à nous voir nous remettre ensemble. » un sourire, un léger sourire.

« Enfin, le pire, c’est que je pense qu’il y a vraiment moyen qu’il y ait quelque chose entre Milo et moi… Ah oui, je ne t’ai pas dis, c’est le nom de mon voisin. Par rapport à d’habitude… Je sais pas, j’ai l’impression que c’est plus fort. Je l’aime vraiment beaucoup, c’est un chic type. Il me fait rire. Mais en même temps je ne sais pas si c’est l’effet crush qui me fait dire ça, ou si c’est autre chose. Et puis ça m’embêterait de tenter quelque chose si ce n’est pas réciproque, et de perdre une possible amitié, ou même simplement un voisin prévenant. »

Charlie continua d'avoir ce léger sourire encore quelque seconde. Milo, ce n'était pas la première fois qu'il entendait ce prénom et il commençait à se dire que c'était quand même vachement à la mode, quand bien même il trouvait à présent ce prénom un peu ringard, n'en déplaise à ce pauvre vendeur de balais qui n'avait rien demandé. Une nouvelle fois le fait d'entendre ce genre de mots de la bouche de Grace l'avait un brin frustré, mais fidèle à son amie il était passé au-dessus. Il savait être un soutien, et si sa jalousie voulait dire ne pas être là, alors il n'en voulait pas. Elle était beaucoup plus importante pour lui que ça.

« Je pense que qu'importe la situation il vaut mieux attendre. Tu n'es pas obligée de tout lui avouer de but en blanc, je te conseille d'abord de prendre le temps de réfléchir, le temps de voir qui il est vraiment pour toi, et de seulement l'inviter à prendre quelques verres pour jauger un peu la situation. Comme des amis. Et puis, si le courant passe bien tu le verra, tout comme tu saura si ton crush est plus qu'un crush.ou pas. Après je ne le connais pas, mais je ne pense pas que tenter quelque chose et essuyer un refus entâcherait votre relation. Mais... évite quand même, on sait jamais. » lui souffla-t-il en riant doucement

Il était tellement mal placé pour discuter de ces choses là, lui, le naïf au coeur d'artichaut, le romantique friendzoné, mais il faisait de son mieux pour aider sa soeur à y voir plus clair. C'était pas dit que ça marche, mais au moins il aurait essayé. Et si ces choses là avaient un brin heurté son grand coeur, la suite l'apaisa et c'est un sourire bien plus sincère qui illumina son visage avec un petit rire.

« Est-ce qu’il y a vraiment besoin d’un prétexte pour faire une soirée pizza et karaoké ? Tu sais que je suis toujours prête pour une chèvre-miel et sortir ma superbe chorégraphie sur Wannabe des Spice Girls. Mais tu sais ce qu’il faut ce qu’on se fasse bientôt, parce que ça fait trop longtemps et que c’est une honte ? Une soirée jeux-vidéos. Tu te souviens quand on passait la nuit à rusher Super Mario Bros 3 sur NES ? »

C'était fou combien ils avaient les même goût sur pas mal de chose, leur proximité n'avait rien d'étonnant. La simple mention d'une pizza chèvre-miel le faisait rêver, et l'imaginer danser sur Wannabe faisait renaître en lui une joie nouvelle. Elle se débrouillait plutôt bien, c'était même vraiment pas mal, surtout comparé à lui et son allure de patate sur la piste de danse, bien que Wannabe ait été une chorégraphie qu'il réussissait sans trop de difficulté. Sûrement grâce à elle. Mais ce qui l'avait réellement fait sourire était tout ces souvenirs, toute ces nuits de bonheur pur et d'innocence devant Super Mario. En un instant il s'était retrouvé 7 ans en arrière. En un instant, il avait presque oublié ce pourquoi Grace était venue. Ce Milo.

« C'est vrai que ça fait loin, mon Dieu... Je me souviens aussi de mes rage quit sur Donkey Kong Country quand je mourrais 36 fois d'affilé sur le MÊME obstacle. Et toi tu te foutais bien de moi et de mon skill, on aurait dit un débutant ! Non, décidemment il faut vraiment qu'on se refasse ça. Et tu te souvens aussi de la fois où on voulait faire un gâteau pour le manger en jouant et qu'on l'avait oublié dans le four ? Les danger du jeu vidéo... Matthew avait détalé en panique, comme si la maison était en train de brûler. » Charlie rit bien franchement, un sourire jusqu'aux oreilles. Il mit une petite minute à se calmer avant de reprendre, toujours la joie dans la voix. « C'est doux ce que tu me dis. Oui, ça se passe bien, y'a parfois des soucis avec des casse couille comme aujourd'hui mais dans l'ensemble franchement ça va. Du stress, des responsabilité, mais si on n'état pas prêt à les avoir on ne ferait pas ce travail. On devait recevoir un pseudo rockeur mais finalement il s'est pas pointé, donc on va devoir trouver un truc pour combler tout à l'heure. Il marqua une pause. Ça te dit de chanter pour nous ? » puis il rit doucement, bien que, elle le savait, la proposition était sérieuse. Le sorcier avait toujours aimé jouer pour elle et l'entendre chanter pour lui, ils s'étaient d'ailleurs bien trouvé de ce côté là. Deux artistes dans l'âme ; l'une avec une voix d'or, l'autre avec des doigts exercés. Parfois il se demandait ce qui avait bien pu les empêcher de fonder un groupe rien qu'à eux.
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Jeu 23 Nov - 13:23


Entre amis
Grace & Charlie
La jeune femme renifla fortement en entendant Charlie complimenter sa mère. Bien sûr, elle l’aimait, bien sûr, elle était reconnaissante de l’attention que Anne-Marie (car c’était son prénom) portait sur elle, et bien sûr, elle écoutait du mieux qu’elle le pouvait ses précieux conseils. Mais lorsqu’ils portaient sur sa vie amoureuse, c’était une autre paire de manche, parce que sa très chère génitrice pensait encore comme si on était encore dans les années 50, avait oublié qu’on était passé au 21ème siècle et la pressait à avoir mari et enfants au plus vite pour elle ne savait quelle raison bizarre de bienséance.

« -Oh, ne l’appelle surtout pas, sinon je vais en entendre parler pendant des semaines et tu vas la voir débarquer chez toi pour prendre tes mesures de smoking pour notre mariage qu’elle imagine toute seule dans son monde imaginaire, lui dit-elle en hochant la tête, imaginant parfaitement la scène dans sa tête.

Après avoir repris une gorgée de thé, elle reposa la tasse sur la table et s’adossa sur le canapé en ramenant ses jambes sous ses cuisses pour adopter une position en tailleur, comme à son habitude lorsqu’elle était assise.  Elle écoutait avec attention les conseils que lui donnait Charlie, car il était toujours bon de parler à quelqu’un qui avait du recul sur la situation : elle, elle y était jusqu’au cou et n’arrivait pas à ôter les détails de son esprit, pour avoir une vue plus globale. Et il était vrai que la jeune femme n’avait même pas songé au plus simple : pourquoi ne pas arrêter de se prendre la tête, l’inviter à prendre un verre et laisser faire les choses, tout simplement. Parfois, elle réfléchissait beaucoup trop.

-Tu es la voix de la sagesse, Charlie, dit-elle en riant doucement. Que ferais-je sans tes précieux conseils ? Elle fit une légère pause, comme si elle venait de prendre une décision (et c’était le cas, quelque part). Ouais, je ferais ça. Après tout, qu’est-ce que je risque à part prendre un bon gros râteau ?

Encore une fois, elle remercia le hasard de l’univers de lui avoir mis sur sa route un ami tel que Charlie, qui la soutiendrait toujours, mais qui la faisait aussi grandir. Elle qui, comparée avec Matthew, faisait preuve d’une maturité impressionnante, n’était pourtant pas si avancée que ça, en matière de sentiments. Elle avait fait confiance à trop de garçons qui l’avait déçu, et avait laissé passé beaucoup trop d’occasions qui lui feraient à jamais se demander "et si". Au final, sa relation avec Charlie, même si elle s’était déroulée il y a de nombreuses années et n’avait duré que six mois, avait été l’histoire la plus saine qu’elle ait vécu. Ils avaient décidés d’un commun accord de rompre, sachant parfaitement que s’ils continuaient sur cette voie romantique, ils finiraient par rompre leur amitié. Charlie était bien trop introverti pour le caractère vif de Grace, et puis, de toute façon, celle-ci allait partir à l’université et ne croyait pas dans les relations à distance. Dans l’esprit de la moldu, cette rupture avait été bénéfique pour les deux parties, et il n’y avait absolument aucune ambiguïté entre les deux, maintenant. Elle entendait d’ailleurs le sorcier parler avec nostalgie de ces instants qu’ils avaient passés ensemble, à s’amuser aux jeux-vidéos avec Matthew. C’était le bon vieux temps. Un temps révolu.

-Ecoute, quand t’as une soirée de libre, tu me dis, j’accoure avec ma bouteille de liqueur de fraise que ma grand-mère nous a ramené de Plougastel. Tu m’en diras des nouvelles.

Grace avait déjà hâte d’y être : une soirée comme celle là serait forcément réussie. Elle inviterait d’ailleurs Matthew, il avait bien besoin de se changer les idées. Perdue dans ses préparatifs mentaux de cette petite sauterie, elle faillit presque ne pas entendre la proposition de Charlie, et elle sursauta, totalement prise de court. Elle aimait beaucoup chanter, et elle savait chanter juste. Cependant, elle était loin d’être une professionnelle et avait l’impression que l’homme lui proposait ça plus pour lui faire plaisir qu’autre chose.

-Mais Charlie, enfin… Dis pas de bêtises, je vais pas chanter à la radio. J’ai pas envie que tes auditeurs t’écrivent des lettres d’insulte, je ne suis pas une chanteuse. »

Et le pire, c’est qu’elle ne faisait pas preuve de fausse modestie, elle ne se rendait pas compte d’à quel point elle chantait bien, même si Charlie comme son petit frère lui répétait assez souvent. Pour elle, chanter, c’était un passe-temps, un simple hobbies. Mais bien sûr, si son ami insistait, elle le ferait : car après tout, il y avait bien de choses qu’elle ne ferait pas, pour ôter une épine du pied de son premier amour.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t1366-charlie-weiss-l-esprit-domine
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Lun 27 Nov - 9:42

Charlie souriait au mieux bien que les paroles de son amie l'aient heurté. Il ne pouvait pas lui en vouloir, en réalité il ne pouvait en vouloir qu'à lui-même pour être qui il était, et ces pensées n'arrangèrent rien à son état. Mais il avait appris avec le temps à dompter ses démons, alors, bien décidé à passer un bon moment avec Grace, le sorcier balaya les images de son esprit pour ne se concentrer que sur ce qui le rendait heureux en ce moment même ; la présence de la française. Il glissa la main dans ses cheveux pour les recoiffer sommairement dans un style décontracté et des plus simple puis, avec un léger rire, il secoua la tête aux mots de son amie. Lui, la voix de la sagesse ? Elle avait toujours eu une opinion de lui bien plus haute que celle qu'il avait de lui-même ; elle voyait chez lui des qualités que lui ne voyait pas. Elle le rendait beau quand tout lui semblait moche, et c'est aussi pour ça qu'il l'aimait tant. Dans un cas comme dans l'autre il est toujours plus facile d'y voir clair lorsque l'on n'est pas concerné directement.

« Je ne sais pas si je suis sage, en revanche ce que je sais c'est que belle comme t'es, s'il te met un râteau c'est qu'il est gay ! »

Il lui arrivait souvent de songer à ce qu'il avait bien pu faire de bien pour mériter de l'avoir dans sa vie, incapable de se dire que c'était juste la vie elle-même qui était ainsi. Elle représentait tant pour lui qu'il y avait forcément une puissance divine derrière tout ça. Parfois, il la remerciait d'être son amie et d'avoir toujours été là pour l'épauler, pour l'écouter parler des heures de ses problèmes sans jamais le juger. Pour l'accepter tel qu'il était.

« Ecoute, quand t’as une soirée de libre, tu me dis, j’accoure avec ma bouteille de liqueur de fraise que ma grand-mère nous a ramené de Plougastel. Tu m’en diras des nouvelles. »

« Je te dirais ça ! Je pense que je pourrais me libérer pour une soirée. On pourrait même inviter Matthew, ça lui changerait les idées et je suis sûr que ça lui ferait plaisir. Je nous préparerait une bonne tartiflette, ce sera parfait ! D'ailleurs ta grand-mère va bien ? »

La perspective de passer une soirée avec eux le rendait de bonne humeur. C'était agréable de passer du temps avec ceux qu'il considérait comme sa famille, quand celle du sang était plus occupée. L'espace d'un instant il songea à organiser une soirée réunissant un peu tous le monde ; sa soeur et sa mère avaient toujours apprécié Grace, et cela faisait des années qu'elles ne s'étaient pas vue, alors pourquoi pas ? Contrairement à la mère de la française, la sienne n'était pas du genre à se faire des idées. Elle avait été un peu sceptique dès le départ – sans pour autant ne pas aimer Grace – et n'avait pas été surprise de leur séparation. Ils étaient trop jeune. Elle l'était, en fait, et lui devait reconstruire sa vie d'adulte, ce que sa mère avait bien compris avant eux.

Lorsque elle sursauta à sa proposition le sorcier la regarda en riant un peu, surpris de l'effet que sa demande avait provoqué. Il rit également à ses mot et secoua doucement la tête, roulant presque des yeux, un large sourire attendri au visage. Comment pouvait-elle encore douter d'elle après tout ce temps ? Combien de fois Charlie l'avait complimenté et avait été en admiration face à sa voix ? Et combien de fois elle avait su faire se dresser les poils de ses bras lorsque il l'accompagnait à la guitare ? Le musicien posa le bras derrière elle sur le canapé et pivota dans sa direction.

« Chaton. Arrête de te sous-estimer, tu as une voix PARFAITE et tu chantes mieux que tout ceux que j'ai entendu, il n'y a absolument AUCUNE raison pour qu'on m'envoie des lettre d'insultes. Je ne te proposerais pas si je ne pensais pas que tu as du talent, tu sais. Je pense même que ta voix pourrait me rapporter des auditeurs il rit doucement et la poussa tout aussi doucement Aller. Je t'assure que tu chantes magnifiquement bien, et puis je t'accompagnerais à la guitare. »
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   Mer 29 Nov - 12:26


Entre amis
Grace & Charlie
Charlie savait toujours quoi dire pour lui redonner le sourire : parfois elle se demandait s’il n’utilisait pas ses talents magiques à son encontre pour la rendre de bonne humeur instantanément, avant de se dire qu’il était bien trop gentil et sincère pour faire une chose pareille. La fille avec qui il finirait sa vie sera une personne très chanceuse, et la moldue espérait de tout son cœur que cette hypothétique belle-sœur, peut-être pas du sang, mais du cœur, aurait conscience de cette chance. Et il faudra qu’elle accepte que Grace sera toujours dans la vie de Charlie, et inversement : leur lien d’amitié était si fort que quiconque les aimerait vraiment, n’oserait jamais le briser, tant il était important pour l’un comme pour l’autre. D’ailleurs, la kinésithérapeute savait que Matthew ressentait la même chose, le suisse étant un modèle pour lui, un substitut de père vu que le sien habitait bien loin (et, si les portoloins étaient fort pratiques, ils étaient difficiles à obtenir pour les voyages internationaux, avec toutes les histoires d’autorisations, de passeports et autres formalités administratives). Elle rougit quelque peu du compliment.

-Merci… Elle réfléchit quelques instants. Mais en vrai j’y avais pas pensé. Et s’il était gay ? Il semblait vraiment très proche de son ami Irvin.

Elle aurait été bien loin de le juger, elle qui avait toujours supporté son frère depuis qu’il avait fait son coming out, à seulement 12 ans. Son frère avait toujours su qui il était, et n’avait jamais voulu aller le cacher. Mais c’est vrai qu’elle serait… déçue, si Milo s’avérait être de l’autre bord. Et c’était un euphémisme. Après tout, elle n’allait quand même pas lui poser la question, cela serait non seulement déplacé mais vraiment étrange. Comment allait-elle faire ? Elle se promit d’enquêter du mieux qu’elle pourrait.

« -Matthew s’invitera tout seul, de toute façon, surtout si on parle de fromage fondu ou de gras en général, dit-elle en rigolant doucement, pour se changer les idées de ces pensées. Mémé va bien, comme d’habitude : elle nous enterrera tous, j’ai jamais vu une centenaire aussi en forme. Ça doit être les embruns bretons, ça.

Comme toujours lorsqu’elle parlait de sa famille, son ton se faisait doux et un peu nostalgique, elle qui avait décidé d’habiter dans une ville bien éloignée d’eux. La famille de son père était certes anglaise, mais seule sa tante, une femme légèrement cintrée, était encore en vie et habitait encore dans le pays : du côté de sa mère, tout le monde était en France, certains près de la capitale, d’autres s’étaient installés dans le sud-est, mais la plupart tenaient toujours le fief breton natal. Sa mère d’ailleurs la pressait souvent de s’installer dans l’hexagone pour qu’elle puisse profiter de ses petits enfants, parfait exemple de son continuel chantage affectif : Grace s’empressait de lui rappeler qu’elle n’avait personne dans sa vie, qu’elle n’était certainement pas enceinte, et que, de toute façon, c’était elle qui décidait de son lieu d’habitation, et personne d’autre.

Lorsque Charlie continua de chanter les louanges de sa voix, en accentuant le fait qu’elle devait faire ça pour lui, pour sa radio, pour son projet. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas chanter, loin de là : elle adorait ça. Mais elle ne pensait pas avoir ce qu’il fallait pour devenir chanteuse, et elle était de toute façon heureuse dans son métier. Son talent resterait à jamais cloitré aux salles de karaoké et aux jams qu’elle faisait de temps en temps avec son meilleur ami. Cependant, pour cette fois, elle accepta, devant tant d’insistance, et surtout grâce à l’utilisation de son surnom, souvenir d’un temps maintenant bien lointain.

-Très bien… Mais c’est bien parce que c’est toi hein. Et je dénie toute responsabilité en cas de gens mécontents venant toquer à ta porte.

Elle se leva pour masquer sa gêne évidente, elle qui n’avait vraiment pas l’habitude d’exposer sa voix à des inconnus. Cette timidité ne serait que passagère, comme toujours pour elle, mais pour l’instant, son teint était devenu d’un rouge assez soutenu, ses pommettes saillantes ressortant encore plus de par sa nervosité. Charlie saisit sa guitare et elle le suivit jusqu’au studio, en essayant de souffler pour se calmer.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
Contenu sponsoriséVoir son profil
MessageSujet: Re: Entre amis ft. Charlie Weiss   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Sortie entre amis
» Sortie entre amis (suite)
» Petit pari entre amis
» Une sortie entre amis...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: La Ville Haute-
Sauter vers: