Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Les Élections Présidentielles Américaines05-08 Novembre 2000 Retour de notre envoyé spécial sur les élections américaines, touchées à leur tour par des questionnements sur la mixité... LIRE PLUS
Les questions autour de l’égalité entre sorciers et moldus continuent de faire débat15 novembre 2000 Une nouvelle cellule de travail est créée par le gouvernement mixte britannique afin de trouver des solutions aux problèmes d'égalités entre sorciers et non sorciers... LIRE PLUS
INTERVIEW : Le gène sorcier vu par la science21 novembre 2000 Explications sur les différences entre sorciers et non-sorciers ; des tracts du groupuscules Magic is Might renforce la sécurité à l'UPA... LIRE PLUS

 When the unknown appears. Ft. Andreas S. Yaxley
AuteurMessage
Kalis D.M AntoyÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
MessageSujet: When the unknown appears. Ft. Andreas S. Yaxley   Ven 3 Nov - 15:42

Un verre de whisky pur feu. Des yeux attentifs. Une télévision installée devant la foule. Du monde, des cris, des acclamations. Ce soir, Kalis avait quitté son manoir pour aller faire un tour au centre ville afin de se payer un petit plaisir. L'odeur, et le goût du whisky lui avait manqué. Les yeux évasifs, il fixait la télévision qui retransmit le match de Quidditch confrontant l'Ecosse à l'équipe italienne. Mâchant machinalement un chewing-gum, il buvait de temps à autre, ne suivant qu'à peine ce qu'il se passait à l'écran. Le quidditch, il le suivait que rarement. D'ailleurs, ça ne l'intéressait pas tant que ça. Ce qui l'intéressait,  c'était de savoir combien pouvez toucher tous ces joueurs.

Purée ce qu'ils devaient être riches.

Voilà ce qu'il se disait. Le reste, le score, mais qu'elle importance ? Il rêvait d'une vie similaire à la leur, dans les flashs des caméras, ou il serait grand, et riche, et puissant. Comme l'homme à sa diagonale, dont il reconnut le visage. Il ne lui avait pas fallut longtemps avant de se rendre compte de sa véritable identité. Les autres étaient bien trop occupés à acclamer et supporter le match pour l'avoir vu. Mais Kalis, lui, était rusé. Rien ne lui échappait et encore moins cette carrure imposante et reconnue. Posant son verre, il s'approcha lentement de lui, glissant une clope moldue entre ses lèvres.

Il réussit sans mal à  le rejoindre, zigzaguant entre les gens comme une ombre, ignorant les protestations tandis qu'il marchait dans le champ de vision de quelques supporters. Allumant sa clope, il se remit à fixer tout naturellement l'écran devant lui.

Je sais qui vous êtes.

Sa voix était calme et froide, trahissant une pointe d'amusement. Il s'amusa à tenter de créer des formes avec la fumée de sa cigarette. Ce n'était pas tous les jours qu'il croisait quelqu'un comme Andreas Yaxley, qui plus est, quelqu'un qui se trouvait à la télé en même temps de faire parti de la foule de ses supporters déchaînés.

Cherchez vous à vous cachez, monsieur ?

Il fit glisser des yeux  pétillants sur Andreas. Il était précisément le genre d'homme que Kalis avait toujours voulu devenir ; ou même qu'il deviendrait. Et lui parler, c'était un privilège mais il ne le quémandait seulement dans ses intérêts personnels.

_________________

Kalis Dylann Max Antoy
Andreas S. YaxleyProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 15/09/2017 Messages 43 Points d’activité 0
      Pseudo : Dandan
      Avatar : Henry Cavill
      Crédits : o.dream #goddess
  • INFOS UTILES
http://www.catharsis-rpg.com/t1277-yaxley-and-i-can-poison-the-s
MessageSujet: Re: When the unknown appears. Ft. Andreas S. Yaxley   Jeu 23 Nov - 16:42


when the unknown appears


Ça y est, le moment tant redouté était arrivé. L’équipe d’Écosse jouait un match de Quidditch sans lui. De plus, elle affrontait l’équipe italienne qui était un redoutable concurrent. Ce match amical promettait de nombreux rebondissements et un certain suspense. Le score n’était pas joué d’avance, c’est pour cette raison qu’Andreas, alias Yaxley 21, était encore plus frustré d’être mis à l’écart. Il allait devoir assister, impuissant, aux péripéties du match, sans pouvoir intervenir. Il n’avait aucune emprise sur son équipe. Néanmoins, il n’avait pas pu se résoudre à éviter les écrans, il se devait de regarder la rencontre et il s’était dit que passer la soirée à son pub préféré, le Scottich Inn, parviendrait un peu à apaiser son humeur. Là-bas, il se sentait chez lui. La plupart des clients, eux-mêmes écossais, connaissaient le joueur et reconnaîtrait la silhouette sitôt qu’elle aurait passé les portes. Mais il fut heureux de constater que certains moldus s’étaient glissés dans la foule et appréciaient de plus en plus le seul sport qui n’existait pas dans leur culture. Les regards tombaient sur lui, les accolades pleuvaient sur son épaule et d’autres se contentaient d’un mouvement de tête discret. Andreas avait revêtu le masque du joueur professionnel et leur offrit à son tour des salutations enjouées et des sourires pleins d’assurance. Il était volontairement venu juste après le lancement du match, pour ne pas monopoliser l’attention. C’était étrange à dire, mais Yaxley faisait profil bas. Il ne voulait pas avoir à jouer les gars sympas trop longtemps, surtout quand il était dévoré de jalousie au fond de lui. Comme un souvenir amer, la douleur à son épaule se rappela à lui et l’homme commanda expressément un whisky afin de noyer sa raison dans le liquide ambré. Il se faufila entre les silhouettes et trouva un spot parfait, avec une vue imprenable sur les grands écrans, la populace et le comptoir.

Mais à peine eut-il le temps de tremper ses lèvres qu’une silhouette se présenta à lui. Il leva les yeux de son verre quand l’inconnu lui annonça qu’il savait qui il était. Un rictus plus tard, voilà que l’autre surenchérit avec l’évidence. Andreas ne put s’empêcher d’être amusé. Le gamin, il avait du culot. « Mais t’es super perspicace comme garçon, dis-moi. » Il avait envie de lui arracher cette clope du bec, mais ça lui donnait un air prétentieux. Une expression conquérante sur le visage qu’il ne connaissait que trop. « Disons que je préfère la compagnie des cognards que la proximité des autres. Mais chut hein, c’est un secret. » Il lui adressa un sourire avant de s’offrir la première gorgée de ce whisky écossais qui valait tous les whiskys pur-feu de la Terre. Il finit par observer de nouveau le jeune homme avant d’ajouter : « Je suppose que tu n’es pas là pour un autographe... C’est quoi ton nom ? » Mais au fait, était-ce un sorcier ou un moldu à en juger par la cigarette qui pendait de ses lèvres ? Pourquoi perdait-il son temps avec ce garçon ? Il l'ignorait, mais il avait l'impression de se retrouver à son âge. L'arrogance, la confiance. La sensation qu'il pouvait tout obtenir. Jusqu'à l'attention d'une star de Quidditch. Bien joué.

_________________

A STAR'S LULLABYE
When I was a man I thought it ended, when I knew love's perfect ache. But my peace has always depended on all the ashes in my wake. All you have is your fire, and the place you need to reach. Don't you ever tame your demons, but always keep 'em on a leash.

Kalis D.M AntoyÉtudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
MessageSujet: Re: When the unknown appears. Ft. Andreas S. Yaxley   Ven 24 Nov - 12:50

Kalis savait repérer ce que les autres ne voyaient pas. Cet homme, si tranquille, avait bien caché son jeu car il ne l'avait même pas vu arriver dans la salle. Et quand il l'avait observé, longuement, son visage lui était apparu soudainement comme familier. Alors il s'était avancé et ne s'était pas trompé: Il se trompait rarement. L'oeil de lynx et la langue fourchue d'un serpent. Il savait utiliser les mots pour tout un tas de choses ; apprendre, dicter, déstabiliser, révéler la vérité. L'homme qui se tenait à quelques centimètre de lui n'était que réel. Il avait de l'importance. Puisqu'il était célèbre. Il était quelqu'un.

Il aimerait être quelqu'un.

D'abord, il le jaugea d'un long regard et esquissa un petit sourire hautain. Perspicace ? Oui il l'était, bien plus que toutes ces têtes de cons qui léchaient la télé du regard sans oser lever les yeux. Disons que je préfère la compagnie des cognards que la proximité des autres. Mais chut hein, c’est un secret. Etrange pour quelqu'un qui n'aime pas les autres de se retrouver entouré de centaines de fans dans un bar bondé. Cet homme était complexe; et assurément, Kalis aimait la complexité. Devant les caméras, il était toujours bon de faire bonne figure et de sourire parce que l'attraction des flashs et des journalistes nous poussaient à le faire. Mais même les meilleures caméras ne peuvent voir tous les secrets.

Pourtant vous êtes entouré ici. Il y a beaucoup de monde.

Un simple affirmation mais juste. Qu'il ne s'emporte pas, Kalis voulait juste le comprendre. Après s'être rapidement présenté, parce que  finalement les banalités d'usage l'exigent, il pourra lui tirer les vers du nez. La Gloire a bien un chemin, et il voulait savoir lequel emprunter. Non pas la gloire pour l'argent, mais la gloire d'être quelqu'un.

Un autographe.

Il pouffa de rire, moqueur, avant de passer une main dans ses cheveux. L'homme avait vu juste. Lui ne demande pas d'autographe, il tient le stylo.

Perspicace.

Son nom ? Quel importance qu'il le sache ? Devait il lui mentir ?
Devait il user de sa ruse ? Peut être qu'en le lui disant, il aurait l'opportunité, qui sait, de passer le restant de la soirée avec un homme si puissant perdu dans parmi d'autres qui ne le sont pas. Quand il pouvait se servir la main dans le pot sans se faire mal, il le faisait.

Mon nom est Kalis.

D'une voix lointaine, il avait prononcé son prénom qui ne présentait que peu aux yeux des autres. Il voyait dans ses yeux une importance qu'on ne lui donnait pas. Il tira une nouvelle taff de sa cigarette et laissant la fumée s'échapper par son nez. Tranquillement, elle se répandit entre les deux hommes avant de disparaître. Kalis en profita pour détailler le visage d'Andreas, un visage que n'importe qui de ce monde pourrait reconnaître dans la rue.

Je ne vais pas vous faire perdre votre temps à me signer un vulgaire bout de papier que je risquerais de perdre dans l'heure.

Il souriait, amusé. Combien de bouts de parchemin Yaxley avait il signé ? Combien de paires d'yeux avaient ils déjà croisés ? Et combien de paires d'yeux l'avaient dévorés? Il tourna lentement sa tête vers l'écran, ayant replongé ses prunelles claires dans le vide. Devant lui, c'était précisément le visage de cet homme qui apparaissait à l'écran. Il le suivit du regard, perdant lentement son sourire sans pour autant perdre de sa gaieté du soir.

Quand je pense aux flashs des caméras. A ses yeux tournés vers moi, qui me dévorent. Aux gens qui scandent mon nom dans la foule. A ses mains qui m'applaudissent en rythme dans mes rêves...

Un soupir. Une nouvelle taff.

Je les vois. Ils m'appellent, c'est comme si je les entendais.

Un voile s'était étendu devant son regard. Ses yeux brillaient d'une Lumière étrange. Le rêve ; la détermination. Sans un bruit, tout prenait vie dans sa tête. Cela devenait presque réel.

_________________

Kalis Dylann Max Antoy
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: When the unknown appears. Ft. Andreas S. Yaxley   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les souvenirs de Yaxley
» Evie ∾ I walk alone in the unknown
» Alexius Yaxley ♫ Lucius Black
» Andreas Nicholson ▲▼ Among the dead no one proclaims your name.
» Battaille du chateau de merac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Scottish Inn-
Sauter vers:  
Désactiver les particules