"Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude]

Jude Whitmoreavatar
• Moldu •
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t27-jude-whitmore-travel-farMessages : 490 Points : 135
Pseudo : Lexie
Avatar : Ben Wishaw
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Lun 23 Oct - 17:23
Sebastian m'avait remis le billet pour la finale quelques temps après la journée que nous avions passée ensemble, comme promis. Il était accompagné d'un badge d'identification qui donnait accès à la zone VIP des gradins et à quelques zones des vestiaires, pour que nous puissions rencontrer les joueurs après le match. Il m'avait aussi dit qu'il avait mis mon nom sur une liste spécifique, pour que je ne sois pas confondu avec les fans VIP, mais que je puisse plutôt voir le match en tant que membre du groupe "parents et amis". Je n'étais ni l'un ni l'autre, en y pensant bien, mais j'allais, pour ce jour et dans ces circonstances, jouer le rôle de l'ami du mieux que je le pourrais.

J'aurais pu revendre le billet que je m'étais personnellement procuré en un claquement de doigt. Plusieurs personnes étaient prêtes à l'acheter, car cette finale promettait d'être franchement spectaculaire. Mais un gars que je connaissais voulait y inviter sa mère, qui venait de recevoir un diagnostic de maladie incurable (le cancer, je crois, mais il ne m'avait pas précisé). Il m'avait offert davantage que le prix que j'avais payé pour le billet, mais au final, je le lui avais donné, touché par sa situation et voulant sincèrement mettre un peu de bonheur dans la vie de sa mère.

C'est pour cette raison que, en le croisant en compagnie d'une jeune fille à peine majeure qui semblait en totale adoration pour lui, je me sentis un peu scandalisé, mais surtout bête et honteux de m'être fait avoir de la sorte. Il passa vite, en faisant semblant de ne pas me voir, et je vis dans le regard que la jeune fille me lança qu'elle m'avait reconnu comme l'auteur de romans qu'elle avait sans doute lus. J'envisageai de les arrêter et de demander au gars de s'expliquer, voire même de lui dire ses quatre vérités, mais je savais d'avance que les mots allaient me manquer et que sous le coup de l'indignation et de l'embarras, j'allais me ridiculiser plus qu'autre chose. Et l'admiration que j'avais lue dans les yeux de la fille, admiration qu'elle avait détournée pendant quelques secondes sur moi lorsqu'elle m'avait reconnu, avait suffi pour me décourager de tenter de faire valoir mon point : je ne voulais pas me ridiculiser devant les autres et encore moins devant quelqu'un qui pouvait poser sur moi ce genre de regard.

Le reste du chemin vers la loge des parents et amis, j'en profitai pour me traiter de lâche et de peureux. D'homme prêt à se laisser rouler dessus pour un peu d'admiration. Si Sebastian avait été là, j'étais convaincu qu'il se serait insurgé pour moi et qu'il serait allé voir le gars. Pas pour lui dire ses quatre vérités ou quelque chose du genre, non. Mais pour faire passer le message, définitivement. Il aurait utilisé l'humour, il aurait lancé deux trois sourires à 1 million de livres et le gars n'aurait eu d'autre choix que de rire de sa propre mesquinerie. Étouffant un soupir devant ce fantasme qui se désagrégeait maintenant devant mes yeux, je remis les pieds sur Terre quand on s'adressa à moi pour m'indiquer ma place dans la loge.

Il y avait pas mal de monde et je réalisai que j'étais presque en retard. Le match allait bientôt commencer. J'étais content d'être là. Je n'avais pas vu Seb depuis quelques jours déjà et il me tardait de le voir être le joueur de Quidditch que tout le monde adulait, même si j'avais encore plus hâte de pouvoir le serrer dans mes bras une fois que tous ces entraînements s'espaceraient enfin. En regardant autour de moi, j'essayai de reconnaître un visage familier et adressai quelques sourires par-ci par-là. Une pointe de douleur traversa ma poitrine alors que je réalisais que, dans une loge remplie des parents et amis de mon amoureux, je ne connaissais strictement personne.


Nos heures sont des rivières
Qui courent en une folle frénésie
L'amour est liquide clair
Et nos deux corps sont amphibies
La terre est un brasier
Mais pour un moment l'oublier
T'es la plus belle saison de ma vie
La plus belle saison de ma vie
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 924 Points : 139
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Mer 25 Oct - 14:30


► Stade de quidditch
Les amis de mes amis sont mes amis
Jude & Seb & Ollie


La finale qui allait opposer les Français aux Espagnols, du grand spectacle si on en croyait les journaux sportifs. Ollie était impatiente de voir ce qui allait se passer, surtout que son ami Sebastian jouait avec les Français : c’était une raison de plus de ne pas manquer le match ce jour-là. Et puis, il lui avait filé des supers places : elle était pour la première fois dans une loge familiale. Comme à son habitude, elle avait plusieurs minutes d’avance sur l’horaire prévue : sa ponctualité n’avait aucune limite et en ce jour de finale, c’était hors de question de manquer ne serais ce qu’une seconde de match !

Elle avait reconnu quelques personnes, majoritairement ses coéquipiers qui étaient présents pour encourager le « meneur » de l’équipe. Les discussions allaient bon train dans la loge et c’était avec amusement et bonne humeur qu’elle les retrouvait pour autre chose qu’un entraînement. Évidemment, il y avait d’autres personnes qui étaient arrivées. Deux gars et une jeune femme rousse s’étaient installé pas loin, elle identifia ce petit groupe comme le certain Milo dont il lui avait parlé, son ami et sa vendeuse. Enfin, ça lui paraissait clair comme cela. Les deux hommes avaient l’air assez stressé, elle savait qu’ils avaient dû s’occuper du balai en urgence et elle comprenait leur angoisse.

Sebastian lui avait fait un véritable topo sur qui serait là, en soit ça l’aidait énormément à se préparer mentalement. Ca lui évitait de trop stresser et paniquer en compagnie de personnes qu’elle ne connaissait ni d’Adam ni d’Eve. Et puis, il lui avait demandé de tenir compagnie à un certain Jude. Elle ne savait pas grand-chose sur lui, juste qu’il était écrivain. Elle avait rapidement checker son nom, mais elle n’était pas vraiment dans la lecture ses derniers temps et ses romans ne lui disait vraiment rien. Mais c’était un ami de son grand frère : il ne pouvait qu’être quelqu’un de bien, elle n’en doutait pas.

La porte s’ouvrit une fois de plus et en se retournant elle vit ce qu’elle supposa être justement ce garçon. Il fallait être sociable aujourd’hui, ça allait forcément être compliqué pour elle, mais elle avait promis à Seb de faire un effort et elle comptait bien tenir ses promesses.À demi-assise sur son siège, les jambes presque recroquevillées sous elle et cachées par son t-shirt beaucoup trop grand, elle fit signe au jeune homme de venir à ses côtés. Le siège a ses côtés était vide et elle en retira sa sacoche de cuir qu’elle glissa sous son siège.

« Jude ? Par ici ! » Elle attendit qu’il soit suffisamment proche d’elle pour lui tendre sa main avec un sourire bienveillant. « Je suis Ollie ! » Seb lui avait-il parlé d’elle ? Elle en avait aucune idée, elle enchaîna avec un sourire. « Une coéquipière de Seb, il m’a parlé de toi. » Certes, à un certain degré, elle connaissait le jeune homme, mais … C’était déjà ça de pris. Elle tourna son regard vers le terrain avec un sourire, le match promettait d’être beau, elle voyait les supporters commençait à s’échauffer, le brouhaha du stade se faisant de plus en plus présent.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Jude Whitmoreavatar
• Moldu •
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t27-jude-whitmore-travel-farMessages : 490 Points : 135
Pseudo : Lexie
Avatar : Ben Wishaw
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Jeu 26 Oct - 23:41
Je sursautai presque quand j'entendis mon nom, surpris que quelqu'un le connaisse. Je me retournai dans la direction de la voix qui m'invitait maintenant à me rapprocher, et vis qu'il s'agissait d'une jeune femme dont le sourire contagieux lui fronçait le nez de la manière la plus mignonne qui soit. Je sus immédiatement qui elle était. Sebastian m'avait dit qu'elle serait là et que ce serait l'occasion pour moi de la rencontrer. Je lui rendis son sourire et me dirigeai vers elle. Quand je serrai la main qu'elle me tendait et qu'elle se présenta, je ne fus donc pas étonné. À ses mots suivants, je baissai légèrement le regard, afin qu'elle ne voit pas l'interrogation dans mes yeux. Qu'est-ce qu'il avait bien pu lui dire, sur moi ? Que j'étais un ami, un gars qu'il avait rencontré comme ça ? Avait-il dit qu'on passait pas mal de temps ensemble ou m'avait-il décrit comme une simple connaissance ? Je relevai les yeux vers elle, balayant ces interrogations d'un revers de l'esprit.

- Jude, dis-je donc pour me présenter à mon tour, avant de rougir, réalisant qu'elle avait dit mon nom à peine quelques secondes avant. Enfin, vous saviez déjà ! Euh... Je bafouillai un peu. Tu savais déjà ?...

Voulant mettre un terme à ce malaise que je sentais monter en moi et entre nous, je pris place à côté d'elle, ce qui créa une distraction suffisante pour me permettre de reprendre un peu mes moyens. Le siège était large et vraiment très confortable. Je m'y installai de biais pour pouvoir mieux la regarder.

- Sebastian m'a aussi parlé de toi ! Vous avez l'air proches, tous les deux. Il dit que tu assures toujours ses arrières et que tu le pousses toujours vers l'avant. Enfin il l'a pas dit comme ça, mais c'est ce que j'ai compris ! En tout cas, ça me fait plaisir de te rencontrer.

Des phrases complètes ! Qui l'eût cru ? Je lui adressai un sourire sincère, véritablement content de la rencontrer. Elle était très jolie et, assise comme ça au milieu de son siège, elle semblait toute petite, toute menue. Sauf qu'elle dégageait quelque chose de fort et de très affirmé et, presque sans le vouloir, je m'imaginai qu'elle était le genre de femme qu'on croit fragile mais qui peut déplacer des montagnes, le genre de femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, le genre de femme qui n'en impose pas par sa taille mais qui gronde les autres comme personne et qui fait plus peur qu'une armoire à glace lorsqu'elle est en colère. Tout ça en étant aussi, en même temps, le genre de femme qui sait être douce et prendre soin des gens qui l'entourent. Un petit bout de femme qui en a dedans, qui aime et qui déteste avec la même intensité.

...C'était grave, chez moi, cette tendance à élaborer une personnalité aux gens que je venais de rencontrer, comme si ma première impression était toujours bonne et, surtout, comme si elle était suffisante. C'était pas le cas, bien entendu. Je me trompais souvent. Mais quelque part, et c'était sans doute une déformation professionnelle, j'aimais m'imaginer le caractère des autres, un peu comme on développe un personnage à partir d'une perception fugace. Juste pour le plaisir.

Je jetai un oeil au stade, qui se remplissait à vue d'oeil. Presque toutes les places étaient prises et le match était sur le point de commencer. Je regrettai de ne pas avoir davantage de temps pour parler avec Ollie ; j'aurais dû arriver plus tôt. Mais je me dis qu'on aurait sans doute le temps de bavarder davantage après. En attendant, je voulais me concentrer sur la partie, parce que j'étais pas certain de pouvoir tout bien suivre.

- Dis-moi, tu voudras bien m'aider à suivre le match ? J'avoue que je n'y connais pas grand chose au Quidditch ; j'ai rencontré une serveuse dans un café un jour qui a pris le temps de m'expliquer -- Isolde, son nom, je crois? -- mais c'est flou pour moi, et... Enfin j'aimerais bien comprendre plus en profondeur les trucs dont Sebastian parlera après le match, dis-je en rigolant.

Je me dis que c'était tout de même un bon sujet pour briser la glace entre nous et nous permettre de papoter sur un thème agréable et pas trop personnel.


Nos heures sont des rivières
Qui courent en une folle frénésie
L'amour est liquide clair
Et nos deux corps sont amphibies
La terre est un brasier
Mais pour un moment l'oublier
T'es la plus belle saison de ma vie
La plus belle saison de ma vie
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 924 Points : 139
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Mer 1 Nov - 17:35


► Stade de quidditch
Les amis de mes amis sont mes amis
Jude & Seb & Ollie


Deux introvertis ensembles, voilà qui allait être amusant pour la suite des événements. Même si elle n'en donnait pas réellement l'air à l'heure actuelle, elle était du même acabit. Il ne tarda pas à s'installer à ses côtés et elle réé-talla ses jambes sur le côté, c'était une gigoteuse : elle n'aimait pas vraiment rester assise longtemps, et même si ses sièges étaient d'un confort extrême, elle galérait toujours à trouver une position agréable.

Il avait l'air de quelqu'un de gentil. Enfin, c'était ce qu'il dégageait : elle ne s'en étonnait pas à vrai dire. Sebastian n'était pas du genre à s'entourer de personnes patibulaires… Ou du moins sans le vouloir. Il avait plus la sociabilité d'un golden retriever que d'un humain après tout : il aimait tout le monde. C’était ce qui le rendait attachant, enfin probablement.

Elle eut un petit sourire mi-amusé, mi intrigué. Qu’est-ce qu’il avait bien pu dire sur son dos ? Elle tiqua sur le « proche ». Elle le reprit avant qu’il ne puisse terminer. « Ne crois pas ce que disent les journaux sur nous, des vrais torchons. » Elle préférait mettre les choses tout de suite à plat : ses expériences lui avaient appris que beaucoup de personnes lisaient ses conneries et croyaient en leurs fausses vérités – c’était ça le pire. Ils avaient beau démentir ses propos, c’était toujours les mêmes galères, toujours les mêmes rumeurs qui traînaient derrière eux. Ollie n’y faisait plus attention : elle voyait son visage sur les couvertures, leur jetait un œil et reprenait sa route.

Mais si elle avait été plus attentive, elle aurait appris que le jeune homme était plutôt connu : assez pour lui aussi faire les couvertures. Si son attention avait été portée sur les titres qu’il avait faits, elle aurait pu faire le lien entre lui et son ami poursuiveur.

« Il est adorable. Je lui dois bien plus. »
Des rougeurs étaient un peu apparues sur ses joues : elle trouvait ça touchant que Seb pense cela d’elle. « C’est partagé ! » Son sourire était sincère. Elle ne pouvait pas vraiment lui renvoyait le compliment : Seb lui avait peu parlé du jeune homme, mais elle apprendrait à le connaître. Une grande curiosité attaqua ses entrailles, entre un écrivain et un joueur de quidditch, il y avait tout un monde, elle se demandait vraiment comment il s’était connu, sans pour autant être capable de poser la question : trop intime, trop personnel, trop direct.

Perdue dans ses pensées, elle sursauta légèrement quand le jeune homme reprit la parole et la tira de ses rêveries. Son sourire se fit que plus grand, elle aimait expliquer sa passion – leur passion. Elle s’embourbait régulièrement dans des explications complexes, mais elle se fit la promesse de garder ses propos simples pour lui. « Pas de problème ! Je te ré explique du tout début ou tu as les règles de base ? » Elle avait déjà ramené ses pieds sur le fauteuil, assis en tailleur, tenant ses chevilles avec un petit sourire.

Le match n’allait pas tarder, après tout, ils avaient eu un peu de retard avec les plantes vertes qui s’était mises à pousser brutalement sur le terrain. Mais la fébrilité des supporters lui indiquait que bientôt, le match commencerait. Ils avaient vu les mascottes faire leur spectacle. Et au milieu des feux d’artifice et des cris, les joueurs firent leur apparition. L’équipe Espagnole rentra en première sur le terrain, fit le tour, frôlant les spectateurs avant de s’arrêter au milieu des buts. Les Français rentrèrent eux aussi. Leurs balais filaient comme le vent, en formation, menait par Pujol.

« 3 balles.. 3 poursuiveurs et leur souaffle – ça, c’est le rôle de Seb, tu le sais déjà. 2 Batteurs, 2 cognards – ça, c’est moi. Un gardien et un attrapeur. » Elle se tourna vers lui avec un sourire. Le souaffle s’éleva dans les airs et les équipes s’élancèrent, le coup de sifflet résonna dans le stade. C’était parti. Elle tourna son regard vers le jeune homme. « Je te propose de faire un compte du nombre d’acrobaties qu’il va nous faire. » Merlin savait qu’un jour, il se ferait mal à force d’en faire. .

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Jude Whitmoreavatar
• Moldu •
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t27-jude-whitmore-travel-farMessages : 490 Points : 135
Pseudo : Lexie
Avatar : Ben Wishaw
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Jeu 9 Nov - 15:48
J'étais content du sujet que j'avais choisi et de l'effet qu'il avait. Le visage de mon interlocutrice semblait s'être doublement éclairé quand elle avait commencé à m'expliquer les règles du jeu et j'avais retrouvé, sur ses traits, la même passion que celle que mon amoureux avait envers ce sport. Il me fut encore plus facile d'imaginer à quel point ces deux-là se rejoignaient l'un l'autre ; s'ils partageaient à ce point cette passion, il était inévitable qu'ils s'entendent bien. Je lançai un "de base, ce sera mieux!" pour répondre à sa question, alors que je sentais, cependant, un léger pincement au coeur à l'idée qu'une autre personne partage cette passion avec Sebastian. La rougeur sur les joues de Ollie, quelques instants auparavant, lorsque j'avais nommé la façon dont Seb avait parlé d'elle, me revint en mémoire. Qu'est-ce que cela pouvait signifier ? Avait-elle un intérêt envers lui qui, contrairement à ce qu'elle avait spécifié ?

J'espérai qu'elle ne verrait pas l'ombre sur mon regard et je me concentrai sur ses explications en cherchant à chasser mes mauvaises pensées. Je ne me sentais pas à la hauteur de Sebastian et je ne comprenais toujours pas ce qu'il me trouvait, mais j'étais là, il m'avait invité moi, et il fallait que j'essaie d'en profiter. Elle n'eut cependant pas le temps d'entrer en profondeur dans les explications avant que le match commence. De toute façon, il serait probablement tout aussi efficace d'apprendre le fonctionnement du sport en le regardant et en posant mes questions à brûle-pour-point.

Quand je le vis entrer sur le terrain, grimpé sur ce même balai sur lequel j’étais monté lors de notre premier rendez-vous en tête-à-tête exclusif, mon cœur fit un bond dans ma poitrine. Il était diablement beau et son sourire crevait l’écran sur lequel étaient retransmis les enregistrements des caméras magiquement élevées dans les airs. Les cris des jeunes filles menacèrent de me détruire les tympans lorsque son nom fut nommé, mais je ne pouvais m’empêcher de sourire, pendant qu’une vieille espérance s’insinuait en moi : allait-il regarder vers moi ? Croiser mon regard ?

Pendant un instant, je crus qu’il me chercha des yeux, mais il était loin et le moment avait été fugace.

Me tournant vers Ollie, je souris à sa remarque, cachant tout de même une légère inquiétude. Je savais qu’il avait tendance à prendre beaucoup de risques pour épater la galerie et la simple idée qu’il puisse se blesser, voire... Non, je ne voulais même pas y penser.

Dès les premières minutes du match, il se démarqua. Les buts étaient comptés les uns après les autres et l’avance sur l’Espagne était grandissante. La foule était en délire et chaque fois qu’il se passait un truc hors du commun, je me penchais vers Ollie pour comprendre. Chaque fois, elle m’expliquait avec gentillesse et patience, même si je voyais bien qu’elle était à fond dans le match. Après à peine 20 minutes, le fonctionnement du Quidditch ne m’échappait plus. Et quand les français dépassèrent le seuil de 150 points de différence, ce qui leur assurait la victoire, mon cœur débordait de fierté. Qu’est-ce qu’il était doué ! Je me sentais comme une collégienne devant une Rock Star au sommet de sa gloire et j’avais du mal à croire que cette même personne, qui était révérée par tous les supporters présents et qui allait donner la victoire à cette équipe qu’il connaissait à peine une semaine plus tôt, était le même que celui avec qui j’avais passé la nuit quelques jours auparavant. Le même que celui qui m’avait dit m’aimer.

Et quand la victoire fut acquise, que le stade explosa dans un gigantesque cri commun, j’étais tellement épris que je criai moi aussi, fort, les poings dans les airs, complètement libéré de mes inhibitions. Rêvais-je où étais-je vraiment en train de serrer Ollie dans mes bras, la joie étant trop grande pour ne pas être partagée ?


Nos heures sont des rivières
Qui courent en une folle frénésie
L'amour est liquide clair
Et nos deux corps sont amphibies
La terre est un brasier
Mais pour un moment l'oublier
T'es la plus belle saison de ma vie
La plus belle saison de ma vie
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 924 Points : 139
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Ven 10 Nov - 17:00


► Stade de quidditch
Les amis de mes amis sont mes amis
Jude & Seb & Ollie


Elle remarqua bien la légère gêne du jeune homme, son léger air morose, elle ne comprit pas pourquoi au premier abord et cet air disparu aussi vite qu’il était apparu. Elle ne posa aucune question, se contentant de regarder les joueurs entrer sur le terrain, criant ses encouragements de début de match. Le match commença et elle s’appliqua à répondre à toutes les questions qu’il pouvait avoir. Les joueurs se dispersèrent sur le terrain et elle s’efforça de suivre tout le match, sans se concentrer de trop sur les batteurs comme elle avait tendance à faire d’habitude, sans réellement le vouloir. C’était une espèce de déformation professionnelle.

Son regard voguait sur les joueurs, les étudiants, expliquant les manœuvres au jeune homme à ses côtés. Elle essayait d’être le plus clair possible : de ne pas utiliser des termes trop complexes qu’ils n’utilisaient qu’entre eux. Elle était impressionnée : Seb semblait vraiment en forme et était en train de faire une ruée vers les buts. Son esprit critique ne pus s’empêcher de critiquer les cognards espagnols, trouvant leur lancer mou et sans force, pas étonnant qu’il les esquive avec autant de facilité.

Chaque but était un petit cri de victoire. Elle et Jude étaient à fond dedans, suivant bientôt chacun de ses mouvements. Quand les Français et l’irlandais dépassèrent les 150 points d’écarts, elle n’était pas plus rassurée. Elle avait toujours un peu peur d’une remontée brutale des Espagnols. Mais ce ne fut pas le cas.

Les cris retentirent dans la loge même, la joie débordant de tout le stade. Ça avait été un très beau match. Elle ne sut pas trop comment, mais elle se retrouva ça sautiller de place dans les bras de Jude, qu’elle connaissait encore à peine. Mais la joie était trop immense pour qu’ils restent stoïques. Ils se séparèrent bientôt, Ollie continuant de sautiller sur place en regardant les joueurs quitter le terrain,retournant vers les vestiaires après quelques tours d’honneur de la part des deux équipes et les exclamations des supporters.

Si au départ elle avait probablement un peu jalousé Seb - après tout il avait été appelé à jouer, elle aussi aurait aimer se retrouver à sa place – elle n’était à présent plus qu’une petite boule de fierté. C’était son ami, il avait tout défoncé – malgré les menaces de Pujol.

« C’était un très très très beau match !!! » Elle explosait littéralement de joie. Son sourire était remonté jusqu’à ses oreilles, ses cheveux roux un peu fou qui encadrait son visage aux joues rosies. Elle s’était retourné vers ses coéquipiers, refaisant le match avec eux. Après quelques paroles échangée avec eux elle s’était tourné vers Jude. « Désolé ! On fait un peu de déformation pro, mais c’était vraiment un super match ! Il va rester dans les annales, celui là ! » Fit elle avec un grand sourire vers le jeune homme. Elle savait que Seb était censé remonter vers les loges après match, juste le temps de faire un petit bain de fans et de monter jusqu’ici.

Elle le vit passer la porte et leva ses bras haut dans le ciel en criant. « CHAMPIOOOOOOOOON !!! » Elle le regarda les yeux pétillants de malice. Elle était vraiment contente, beaucoup trop contente. Elle était dans sa bulle, ne faisant plus vraiment attention à ce qui l’entourait ni à ses réactions qui pouvaient paraître excessive.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1094 Points : 167
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Sam 11 Nov - 17:23

"Parents et amis seulement"
Ollie, Jude & Sebastian
La victoire avait toujours, pour Sebastian, un goût un peu particulier : il y avait tout d’abord ce moment de pure exultation après le sifflet final, le relâchement d’endorphine traversant son corps euphorique en un instant fugace mais incroyable. Puis venait la plénitude, une sensation peut-être moins puissante, mais plus apaisante, constante. Les sens revenaient ensuite, les bruits de la foule en délire, les coéquipiers levant des poings vers le ciel, et les commentateurs sportifs criant leur admiration. L’irlandais avait fait fort durant ce match, marquant la grande majorité des points français, et offrant un beau spectacle à la foule, qui scandait son nom. Mais s’il était extrêmement content, et fier d’avoir pu ainsi représenter les joueuses blessées durant l’attentat, l’avis d’une seule personne comptait réellement à ses yeux. Parce qu’après tout, Jude ne l’avait jamais vu jouer en live, et il avait essayé de marquer le plus de but et de faire le maximum de cascades, il fallait l’avouer, pour l’impressionner.

Il mit les pieds sur terre en saluant le public tandis que Marc Pujol saisissait le trophée en criant des mots en français, et que les premiers joueurs sortaient du terrain. Il se dirigea d’un pas vif vers les vestiaires tout en félicitant, malgré le bruit ambiant, son ami Vítor, qui avait été un adversaire redoutable, comme l’ensemble de l’équipe espagnole. Après une douche rapide pour effacer l’odeur persistante de sueur qui accompagne n’importe quel effort physique, Sebastian se dirigea vers la loge VIP où se trouvaient tous ses proches qui avaient pu se rendre au match, empruntant un chemin détourné pour éviter de croiser des supporters qui lui auraient inévitablement demandé de venir faire la fête avec eux.

Dans une autre situation, peut-être que l’irlandais aurait été nerveux de voir Jude : après tout, c’était la première fois qu’il côtoyait vraiment son monde, rencontrant certains de ses amis (il avait même demandé à Ollie de prendre soin de lui, afin d’éviter qu’il ne soit trop perdu) et assistant à un match en live. Mais il était bien trop prit dans la joie du moment pour penser à tout ça, et également, un peu trop fatigué pour réellement penser à autre chose que ses pas qui l’emmenaient inexorablement vers sa destination.

Sans surprise, dès qu’il mit un pas dans la loge, ce fut l’effusion. Les joueurs d’Atlantis, bien sûr, étaient les plus bruyants, habitués qu’ils étaient à l’ambiance électrique de fin de match, et, après avoir administré moult tapes dans le dos et salué Milo et ses amis, qui avaient eux aussi assistés au spectacle, il put enfin se diriger vers les deux personnes qui comptaient le plus pour lui ici. Tout d’abord, Ollie, sa petite sœur de cœur, qu’il salua d’un check qu’ils avaient inventés eux-même, composé de plusieurs mouvements de mains coordonnés et de claquements de doigts. Elle avait un grand sourire sur les lèvres et ses yeux pétillaient : visiblement, le match lui avait plu. Et puis, enfin, son attention se tourna vers son amoureux.

Bien sûr, ils étaient en public, entourés de gens qui le connaissait et qui n’avaient aucune idée de la relation qu’il entretenait avec l’écrivain, et il lui était impossible de le retrouver de la manière qu’il voulait vraiment (à savoir, l’embrasser comme si sa vie en dépendait). Il se contenta donc de le prendre dans ses bras, peut-être un peu plus longtemps qu’une simple étreinte amicale, en lui donnant le sourire le plus sincère qu’il le pouvait et en le dévorant du regard. Le moment lui faisait presque jeter la prudence aux oubliettes.

Tandis que la loge se vidait alors que les joueurs partaient en le félicitant, il prit enfin quelques instants pour s’asseoir sur l’un des sièges afin de souffler un peu. Il mourait d’envie d’entrainer Jude sur ses genoux et d’enfouir son visage dans son cou, pour se reposer de son match tout en se repaissant de son odeur. Il préféra s’adresser à la rouquine, afin de chasser toutes ces idées que lui mettait l’écrivain dans la tête.  

« -T’as vu ce plongeon d’Orazio que j’ai fais ? Pendant deux secondes j’ai cru que j’allais me fracasser la gueule par terre… Mais non, j’ai préféré marquer, se vanta-t-il en gloussant légérement.

Sebastian exultait, encore dans l’adrénaline du match et fatigué à un point qu’il n’était plus qu’une boule de nerf. Il commença à décrire les plus belles actions de la compétition, avant de se rendre compte que cela signifierait forcément que Jude serait mis à l’écart, lui qui n’y connaissait pas grand chose en la matière.

-Alors, t’en as pensé quoi de ce match ? J’espère que vous avez suivi mes instructions, jeune fille, et que vous lui avez expliqué toutes les ficelles, dit-il malicieusement. J’ai pas compté le nombre de buts que j’ai mis, mais si je suis pas sélectionné pour être Balai d’Or après ça, je comprend vraiment pas la Fédération. Enfin, tout le monde était très bon hein, bien sûr, mais sans vouloir me vanter, j’ai fais du bon travail. Vous voulez qu’on aille prendre un verre ensemble ? Qu’on fête ma victoire, quand même.»

On aurait dit un enfant qui cherchait à tout prix la bénédiction de ses parents, parlant comme à son habitude à toute vitesse, jubilant encore de sa victoire. Les soubresauts de sa jambe ne pouvaient tromper personne, il était encore dans le rush, se voyait encore dans les airs et il lui faudrait un petit moment pour qu’il redescende de son petit nuage.



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Jude Whitmoreavatar
• Moldu •
• Moldu •
http://www.catharsis-rpg.com/t27-jude-whitmore-travel-farMessages : 490 Points : 135
Pseudo : Lexie
Avatar : Ben Wishaw
Crédits : Bazzart
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Centre-ville d'Atlantis
Patronus: /
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Sam 18 Nov - 10:45
Trop heureux pour même être étonné de la manière dont je m'étais laissé emporter par la frénésie des supporteurs et par le match enlevant, il n'en aurait fallu que de peu pour que je devienne ému. J'étais tellement fier de Sebastian, de ce qu'il avait accompli, de son talent, de sa discipline, de son dévouement... J'aurais tout donné pour pouvoir le prendre dans mes bras lorsque je le verrais.

J'essayai de suivre les propos d'Ollie et des autres coéquipiers de Sebastian, mais abandonnai rapidement le projet. Je ne comprenais absolument rien à leur conversation, mais la gentillesse de Ollie, qui se retourna vers moi très vite en exprimant quelques polies excuses, me fit me sentir inclus, comme si j'avais ma place dans cette loge. Je ne comprenais pas, techniquement parlant, pourquoi ce match était plus spécial que les autres, n'ayant rien pour comparer. Mais au fond de moi, je savais à l'énergie palpable de la foule et des spectateurs, que nous venions d'assister à quelque chose de très, très particulier. Alors j'essayai de m'intégrer à la conversation du mieux que je le pus, en me remémorant quelques moments que j'avais trouvés particulièrement enthousiasmants et posant des questions afin de savoir quelle technique avait été employée. Plus les gens répondaient à mes questions, plus je me sentais fier de mon amoureux, admiratif. Et quand il entra enfin dans la loge, ce fut comme si le soleil se levait d'un coup sur le désert, sa lumière presque aveuglante venant réchauffer quiconque se trouvait dans le faisceau.

Mais tout le monde fit ombrage en lui sautant dessus pour le féliciter et, privé ainsi du soleil, mon coeur se glaça. J'aurais voulu pouvoir l'avoir pour moi seul, pouvoir laisser libre cours à mon admiration, à mon amour, à ma joie. Mais je comprenais les circonstances. Je comprenais la joie des autres, je comprenais que tous veuillent le féliciter, et je comprenais aussi que Sebastian méritait ces félicitations. Il méritait l'effusion qu'il créait sur son passage. Alors je m'armai de patience. Et il sembla en jouer, parce qu'en se dirigeant vers nous, c'est sur Ollie qu'il porta son attention en premier. Je souffrais de ne pas avoir été regardé encore, je souffrais du manque de son attention sur moi d'une manière qui, même en cet instant, me paraissait démesurée.

Et quand, enfin, il posa son lumineux regard sur moi, la vague de chaleur me traversa enfin. Il y avait tant de choses dans ce regard que j'eus moins mal de ne pas pouvoir l'embrasser avec toute la passion qui déferlait en moi. Notre amour était bien là, bien vivant, et comme quelque chose de précieux dont il ne faut pas abuser, il était contenu, disséminé par gouttelettes à travers nos regards, à travers cette trop longue étreinte, à travers ce sourire ravageur qu'il m'adressa et le mien, plus timide, que je lui rendis, à travers ces félicitations que je lui adressai, d'un air de gamin impressionné.

- T'as été vraiment spectaculaire, j'ai pas tout compris mais Ollie s'est bien occupée de moi et au final, j'en ai compris assez pour savoir que t'étais le meilleur, dis-je, souriant, admiratif.

Il s'assit pour un léger repos bien mérité alors que je restais debout, le regard fixé sur lui, incapable de l'en détacher. La conversation s'installa entre Ollie et lui sur les différentes techniques qui avaient parsemé le match et, intéressé, j'écoutai, essayant de retenir les noms de feintes et les titres de pirouettes. C'était difficile, parce qu'il arrêtait pas de parler, et il parlait vite. Mon sourire s'élargit alors qu'après m'avoir posé une question, il enchaîna avec un flot de paroles incessant. Je le reconnaissais bien là, même si son niveau d'excitation et d'animation était plus grand encore qu'à l'habitude.

Au final, je ne fis qu'acquiescer à sa proposition. L'idée d'aller boire un verre me plaisait et j'étais content de faire partie du cercle si privé de personnes avec qui il avait envie de fêter sa victoire. Je me sentais important. Choisi par le Soleil lui-même.


Nos heures sont des rivières
Qui courent en une folle frénésie
L'amour est liquide clair
Et nos deux corps sont amphibies
La terre est un brasier
Mais pour un moment l'oublier
T'es la plus belle saison de ma vie
La plus belle saison de ma vie
Ollie V. Debenhamavatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenhamMessages : 924 Points : 139
Pseudo : Marinc
Avatar : Emma Stone
Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
Patronus: Un chinchilla
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Lun 20 Nov - 16:26


► Stade de quidditch
Les amis de mes amis sont mes amis
Jude & Seb & Ollie


Il leur avait offert un très beau spectacle, ce n’était même pas la peine d’essayer de mentir. Ils avaient réussi à garder en haleine leurs supporters, gardant une certaine tension dans les gradins, tout en leur offrant un superbe spectacle. Elle voulait donner autant d’émotions sur les terrains qu’il était capable d’en créer. Peut-être un jour, qui sait ? C’était avec espoir qu’elle regardait l’avenir, ça finirait par lui sourire… Elle essayait toujours de relativiser : si elle n’avait pas été prise à la sortie de Poudlard, c’était parce qu’ils n’osaient pas encore faire confiance aux femmes en poste de batteur, surtout avec sa carrure. Mais les choses finiraient bien par changer !

En attendant, seul le moment présent comptait ! Son euphorie était communicante et les deux étaient comme de véritables petites puces. Ils avaient échangé leur check secret, celui qu’ils avaient créé juste pour eux. Même si parfois elle avait envie de lui mettre des claques, c’était le frère qu’elle avait jamais eu. Ses parents n’avaient jamais voulu lui faire la grâce d’un petit frère : du coup, c’était Seb qui avait prit la place, ça lui allait très bien !

Elle les avait observés. En fait, elle se posait toujours la question de qui était vraiment Jude. C’était une curieuse, surtout sur les gens qui étaient amis avec les siens. Le voir câliner un autre homme en soit, ce n'était pas étonnant. Mais ce qu’elle nota, de manière curieuse, ce fut la proximité entre les deux. Mais elle, après tout Sebastian était un vrai chiot : le fait qu’il soit tactile et câlin ne l’impressionnait même plus. Elle s’était installé dos au terrain avec un sourire sur les lèvres, tandis qu’il partait dans ses tirades.

Elle répondit avec un grand sourire. « J’ai cru que t’allait faire défaillir la moitié de tes supporters ! Ils vont finir par faire des crises cardiaques par ta faute, tu vas voir ! » Elle était amusée, Seb était talentueux, on sentait qu’il avait des années d’expérience sur le terrain, mais surtout un équilibre hors norme. Elle en avait vu des joueurs faire ce genre de cascades : mais les enchaîner ? Rarement.

Jude fut impliqué dans la conversation, elle savait à quel point en tant que joueur de quidditch, ils pouvaient rapidement partir dans des explications complexes. Elle espérait qu’il ne leur en tiendrait pas rigueur. Elle fit un sourire à Jude en le saluant un peu militairement. « De rien, toujours là pour aider ! » Elle était vraiment détendue en leur compagnie et c’était peut-être pour cela qu’elle se montrait plus bavarde que d’habitude.

Elle hocha la tête. « Une idée ? Vous connaissez sûrement les coins mieux que moi. » Et puis il devait bien y avoir des endroits où ils seraient un peu au calme. Les supporters allaient probablement être de sortie… Ollie n’était pas du genre à sortir régulièrement et les bars n’étaient pas réellement sa tasse de thé. Les gens avaient tendance à l’angoisser. C’était curieux de voir qu’après les attentats, le stade restait un endroit dans lequel elle se sentait en sécurité.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne




Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'Connoravatar
• Sorcier •
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-enMessages : 1094 Points : 167
Pseudo : Flow
Avatar : Bradley James
Crédits : signature : buckaroo
• Plus d'informations •
Feuille de personnage
Lieu de résidence: Atlantis
Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
Informations supplémentaires:
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | Mer 22 Nov - 9:47

"Parents et amis seulement"
Ollie, Jude & Sebastian
Sebastian se releva d’un coup, euphorique à l’idée de célébrer sa victoire avec Jude et Ollie, son amoureux et sa petite sœur. Il était tellement prit dans l’excitation du moment, l’adrénaline du match courant encore dans ses veines, qu’il ne pensait même pas aux journalistes qui ne cesseraient probablement jamais de lui poser des questions en le voyant ainsi en public avec les deux principaux suspects des reporters dans le grand mystère qu’était sa vie amoureuse. Et puis même sans penser au paparazzi, Ollie était l’une des personnes qui le connaissait le mieux, et ne risquait-elle pas de découvrir la vérité ? Une pensée absurde, folle, passa dans l’esprit de Sebastian : est-ce que c’était si grave ? Il ne voyait vraiment pas la batteuse réagir de manière négative, si jamais elle apprenait la véritable nature de sa relation avec Jude, et, il lui faisait confiance, sachant pertinemment qu’elle garderait son secret, s’il lui demandait. C’était la première fois que le joueur de Quidditch se faisait de telles réflexions, et c’était une preuve qu’il avait évolué, que l’écrivain avait une influence positive sur lui.

« -On peut aller au Scottish Inn, au moins on nous fichera à peu près la paix là-bas, et puis y’a une bonne ambiance !

Ils étaient maintenant les derniers dans la loge, et il pouvait voir que le stade se vidait petit à petit, les supporters français trainards encore en train de clamer des chants français dans les tribunes en agitant des drapeaux bleus blancs rouges, malgré l’absence de joueurs sur le terrain. La plupart des gens étaient allé fêter la fin du match au village sportif, et il pouvait très bien imaginer Marc Pujol offrir des tournées à qui le voulait bien. Le bar d’Atlantis était donc probablement la meilleure solution pour passer une soirée tranquille, tout en célébrant comme il se devait cette coupe d’Europe.

Sans attendre la réponse d’Ollie et de Jude, étant, comme à son habitude, plus excité qu’une puce, il commença à se diriger vers la sortie de la loge, en entrainant ses deux compères à sa suite. Il aurait voulu prendre par la main le moldu, comme à chaque fois qu’ils étaient dehors, tous les deux, ensemble, mais se retint, et se contenta de lui adresser un sourire plus large encore que son visage.

-Outre m’admirer, parce que c’est vrai que je suis plutôt doué sur un balai… Sans vouloir me jeter des fleurs bien sûr ! dit-il en se vantant totalement, et en sachant que personne n’était dupe sur ce fait (il était de toute façon tellement charmant, qui pourrait lui en vouloir ?). Vous avez pu parler un peu tous les deux ? Tu devrais parler de tes livres, croí ! Ollie, les livres de Jude sont super, c’est une histoire policière et y’a de l’amour et tu es jamais sûr de qui est le coupable et il est vraiment talentueux, et… Il s’arrêta quelques instants pour reprendre sa respiration, ne se rendant même pas compte, dans son entrain, qu’il avait appelé l’écrivain « cœur » en gaélique. Et puis Jude, Ollie elle est toute jeune et elle vient de rentrer dans l’équipe d’Atlantis mais elle a un bel avenir devant elle, en plus c’est rare de voir des femmes batteuses et c’est cool, surtout des fortes comme elle tout en restant gentille et humble et une super amie.»

Déjà que Sebastian était quelqu’un de vraiment trop bavard, et avec un enthousiasme à toute épreuve, la combinaison de sa victoire et de la présence des deux personnes qui occupaient une place si importante dans sa vie et dans son cœur, décuplait sa fougue et sa gaieté. Pour un peu, il aurait sautillé sur place tant il était heureux.

Tandis qu’ils sortaient du stade, il ne prit même pas la peine de mettre ses lunettes de soleil sur son nez, sachant que, de toute façon, avec le nombre de passionnés de Quidditch dans les rues d’Atlantis, il se ferait forcément reconnaître. Un membre de la sécurité, prévu par l’organisation de la coupe d’Europe, se présenta à lui pour les escorter jusqu’à la destination de leur choix, afin de dissuader les fans de trop les déranger, et il accepta l’offre avec plaisir, voulant simplement profiter de ses amis et se réjouir de son succès sans être harcelé par des supporters un peu trop zélés.  



    Les amoureux deviendront diamants
    Plus jamais je n'aurai peur de ces étranges lueurs qui apparaissent quelquefois quand je lui ouvre mon cœur. Quand les soleils s'éteignent entre deux corps amants, c'est le bonheur qui saigne, un lys entre les dents. + buckaroo.

Contenu sponsorisé
• Plus d'informations •
Sujet: Re: "Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude] | 
"Parents et amis seulement" [Ollie, Sebastian et Jude]
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Livre I, Intrigue n°3 "Les rois n'ont pas d'amis, seulement des sujets et des ennemis."
» QUI EST JUDE CELESTIN ? POURQUI ET PKWA LUI ET NON PAS ALEXIS ?
» Jude Celestin:Un pouvoir fasciste en gestation en Haiti
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Un kit pour Jude SVP.
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: