Shine your light ft. Milo Pierce
AuteurMessage
MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Shine your light ft. Milo Pierce   Jeu 19 Oct - 18:38


Shine your light
Grace & Milo
Grace était en train de mettre à jour son blog lorsque la panne de courant arriva. Camembert sortit son petit museau de sa cage, pensant que l’obscurité annonçait la nuit : les hérissons étaient des créatures nocturnes. Eclairée seulement par le reflet de la lune sur ses carreaux, après s’être assurée que l’interrupteur ne fonctionnait pas, elle tituba à travers sa demeure jusqu’à un tiroir, où elle rangeait d’habitude ses bougies, qu’elle fabriquait elle-même. Malheureusement, celui-ci était vide. « Quelle idée aussi d’organiser ce diner aux chandelles avec Camembert. Et après, je m’étonne que Maman veuille me caser avec tous les gars de mon âge célibataire qu’elle connaît. » pensa-t-elle en soupirant.

Il était encore tôt, mais la nuit tombait rapidement, en Ecosse. A peine 21h et l’astre lunaire était déjà haut dans le ciel, bien que le mois de juillet soit bien avancé. La jeune femme s’approcha de la cage de son hérisson en lui murmurant des paroles réconfortantes, ne sachant pas vraiment quoi faire. C’était la première fois, depuis qu’elle avait emménagé à Atlantis, qu’une chose pareille se passait. Si seulement elle possédait l’un de ces téléphones portables, comme celui que son frère s’était acheté il y avait peu, elle aurait pu appeler son père qui aurait sûrement trouvé la solution à son problème : malheureusement, elle ne possédait qu’un filaire, qui ne marcherait pas sans courant.

Les lumières de l’immeuble d’en face, soudain, l’interpellèrent. Pourquoi avaient-ils de l’électricité, et pas elle ? Peut-être que, si l’électricité était coupée seulement dans son appartement, elle pouvait réparer le problème toute seule. Grace se dirigea jusqu’à son compteur électrique mais constata rapidement que tout semblait en ordre, car, bien qu’elle ne soit pas experte, elle pouvait voir que les plombs n’avaient pas sautés. Il lui fallait en avoir le cœur net.

Elle prit simplement ses clefs, sur le petit crochet prévu à cet effet, et sortit rapidement de son appartement, se dirigeant vers la demeure du seul voisin qu’elle connaissait dans l’immeuble. Grace l’avait rencontré le jour de son emménagement, il y avait quelques mois de cela, et elle en gardait un agréable souvenir : ce jeune homme si charmant l’avait aidé, d’un coup de baguette magique, à transporter ses affaires qu’elle aurait dû, sinon, monter seule à pieds chez elle. Ils avaient échangés des banalités, mais avaient aussi bien rigolés, surtout lorsqu’ils avaient rejoués la fameuse scène de la série TV Friends en faisant pivoter son canapé dans l’escalier. Depuis, elle croisait le dénommé Milo assez souvent, lorsqu’elle allait chercher le courrier, sortait l’un des chiens du refuge, allait à son cabinet… Le quotidien de deux voisins. Mais il avait toujours un sourire pour elle, qu’elle rendait bien volontiers en le saluant avec entrain. C’était devenu presque un rituel bien particulier entre eux, ces petits moments si courts et au final, plutôt banals, mais qui la rendaient toujours plus contente qu’elle l’était avant de voir le sorcier.

Les coups qu’elle frappa sur la porte de Milo étaient un peu hésitants. Après tout, elle était posée chez elle, avec pour seule compagnie son hérisson, et n’avait pas prévu de sortir avant cette panne de courant : elle portait donc son pyjama Wonder Woman, au demeurant très mignon, mais peu approprié pour une rencontre avec un voisin, et des tongs enfilées à la va-vite. Grace espérait que, vu la situation, il comprendrait. Si elle se souciait assez peu de son apparence, en général, elle tenait quand même à se montrer décente avec le voisinage.

Lorsque Milo ouvrit la porte, elle put constater que son appartement était lui aussi plongé dans le noir, et qu’il tenait à la main sa baguette, qui était illuminée d’un halo jaune ravissant. Bien qu’elle habite à Atlantis depuis 2 ans maintenant, et qu’elle côtoyait tous les jours des sorciers et pouvait voir les prouesses qu’ils étaient capables de faire, elle était toujours émerveillée devant les sorts les plus simples.

« -Bonsoir Milo, je suis vraiment désolé de vous déranger à cette heure-ci, mais je venais simplement voir si vous aussi, vous n’aviez pas d’électricité… Je vois que c’est le cas. Vous n’auriez pas des bougies à me dépanner ? Camembert et moi, nous sommes complétement dans le noir. »

Elle avait tendance à oublier que le nom de son hérisson était singulier, en particulier en anglais, et que les gens pouvaient ne pas comprendre de quoi, ou plutôt de qui elle parlait. Mais c’était aussi cette étincelle de folie et d’excentricité qui faisait son charme, en tout cas, c’était ce que lui assurait sa mère. Toute petite face au géant qu’était Milo, elle lui adressa un petit sourire gêné, ses mains derrière son dos et ses jambes nues se croisant sans cesse.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Lun 23 Oct - 14:49

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


Ca aurait pu être une soirée tranquille. Le dos courbé au-dessus du bureau, je reprenais le mécanisme d’une télé, penché sur les petits composants interne, après avoir dévissé le bac arrière de la bête. Puis ce fut le drame. La lumière s’éteignit brutalement. Bordel, la lampe avait grillé ? Je me levais en soupirant, étirant mon dos avec douleur, un jour où l’autre, j’allais devoir faire attention à ma position quand je travaillais.

Je sortais ma baguette d’un geste, partant en direction du salon. J’avais dû mettre les ampoules de rechange dans l’une des armoires. Mais bien évidemment, la lumière du salon n’eut elle aussi aucune réaction. Je me dirigeais vers le compteur, vérifiant si les plombs avaient sauté et soupirait las. Une coupure générale dans le bâtiment, ce qui manquait à une bonne soirée.

Je n’eu pas le temps de réfléchir à une solution, j’entendis quelques toquements timides à ma porte. Armé de ma fidèle baguette qui éclairait mon chemin, j’ouvrais les verrous un à un, avant d’ouvrir la porte et de passer dans l’entrebâillement de là cette dernière.

Grace était ma charmante voisine, elle avait emménagé quelques mois auparavant et je l’avais aidé à monter ses affaires. C’était toujours curieux de voir des voisins moldus : j’avais grandi beaucoup plus entouré de sorcier et j’avais perdu les plus simples de mes habitudes. C’était avec plaisir que je retrouvais lentement ses réflexes que j’avais pris avec mes parents. La jeune femme était sympa, on se croisait régulièrement le matin et nos échanges restaient courtois, c’était le petit sourire, la salutation, de quoi commencer la journée du bon pied.

Et elle était là, devant ma porte, en pyjama. Je lui faisais un sourire, je ne devais pas avoir l’air plus fin qu’elle, avec mon vieux t-shirt délavé et le pantalon abîmé, taché par de l’huile, des traces de brûlure et d’autre choses moins charmantes dû à mes nombreux travaux. Ok, j’avais aucune classe. Mais je n'étais pas censé savoir que ma voisine allait me rendre visite à cette heure-ci.

« -Bonsoir Milo, je suis vraiment désolé de vous déranger à cette heure-ci, mais je venais simplement voir si vous aussi, vous n’aviez pas d’électricité… Je vois que c’est le cas. Vous n’auriez pas des bougies à me dépanner ? Camembert et moi, nous sommes complètement dans le noir. » Je réfléchissais un instant… Des bougies, probablement pas. Je devais encore avoir l’un de mes prototypes lumineux. L’un de ceux que j’avais réalisé il y a quelques années, il devait se promener dans l’un de mes cartons ou quoi. Je n’en avais jamais vraiment et l’utilité, puisque j’avais une baguette. Ca m’avait plus servi d’entraînement qu’autre chose, mais… Si ça permettait à la jeune femme d’éclairer son appartement, tant mieux ! « Pas de problème, Grace. J’ai 0 bougie, mais je dois avoir quelque chose qui pourrait faire l’affaire. » J’ouvrais la porte de mon appartement pour inviter la jeune femme à rentrer : je n’allais pas la laisser dans le noir le temps de ma recherche, quand même. Je lui fis signe de me suivre, le lumos au bout de ma baguette, avant de lancer le sort au milieu de la pièce à vivre d’un sortilège informulé que je maîtrisais à présent. « Désolé, c’est un peu le bordel. »

Il y avait des livres un peu partout, les étagères semblaient pleines à craquer. Certaines étaient dédiés à des figurines que je collectionnais depuis quelques années maintenant, quelques DVD, quelques CD, des boîtiers de jeux aussi. Une vraie garçonnière en sois et j’en étais conscient. C’était pire que tout depuis que je vivais seul : il fallait vraiment que je trouve un colocataire pour contenir le bordel dans ma chambre et arrêter de m’étaler absolument partout. J’avais rangé mes vieux cartons au-dessus de l’armoire dans le fond du salon et je les récupérais à bout de bras sans trop de mal. J’ouvrais le premier sans plus de cérémonie, enfouissant mon nez dedans pour retrouver la sphère lumineuse dont j’avais besoin.

« Camembert hein ? » Fis je avec un sourire, tandis que j’écartais de mes mains les pans du carton. Je me demandais qui était ce camembert. C’était curieux d’ailleurs comme nom, probablement un chat ? J’en avais aucune idée.


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Mar 24 Oct - 8:35


Shine your light
Grace & Milo
Grace pénétra dans l’appartement, un peu intimidée à l’idée d’entrer dans la demeure de son voisin, en pyjama, dans un noir relatif. Heureusement, comme par magie (et c’était le cas de le dire), la pièce s’illumina instantanément, alors que Milo n’avait prononcé aucune formule. Un peu émerveillée, la jeune femme ne put s’empêcher de sourire en fixant la boule de lumière fixée au plafond, qui éclairait toute la pièce tout flottant dans les airs délicatement. La magie était décidemment pratique, mais aussi magnifique.

La curiosité de Grace fut bien vite attirée par l’appartement en lui-même, pendant que Milo allait chercher une boîte. Son regard se posa sur la myriade d’objets qui ornait la pièce, se demandant à quoi diable pouvait bien servir les trois quarts de ces bidules, et regardant avec attention certains bibelots de décoration. Bien sûr, on était loin du magazine Ikea, mais au moins, son habitation avait une âme : on pouvait en apprendre beaucoup sur une personne, simplement en regardant son intérieur. Elle se retint de fangirler sur ses figurines du Seigneur des Anneaux et rigola intérieurement en avisant les boîtes de pizza vides, se rappelant les sermons innombrables qu’elle avait fait à son frère pour qu’il mange correctement et arrête de commander chez Domino’s. Elle se retint de faire un commentaire, néanmoins (bien qu’il aurait été plus amusé qu’autre chose), toujours un peu timide et ne voulant pas passer pour quelqu’un au jugement rapide.

Elle se dirigea plutôt près de Milo et de son carton, qu’il avait posé sur le sol, en tirant sur son short pour qu’il paraisse un peu plus long. Plutôt que de s’accroupir au dessus de la boîte, il s’était penché, et son esprit de kinésithérapeute se mit aussitôt en marche. Elle grimaça un peu, l’air soucieuse, constatant la raideur du dos et du cou de son voisin, ainsi, qu’un peu bizarrement, de sa jambe. Cela serait passé inaperçu pour qui que ce soit, bien sûr, mais son œil avisé de professionnelle ne pouvait s’empêcher de constater ce genre de problèmes. Un peu par réflexe, elle ne put se retenir de lui faire une réflexion.

« -Si vous voulez avoir moins mal au dos, vous devriez vous accroupir au lieu de vous pencher.

Sa phrase était accompagnée d’un petit sourire : elle ne voulait pas être moralisatrice, elle espérait simplement l’aider. Grace avait dû traiter des dizaines de lumbagos qui auraient pu être évités, si seulement ses patients avaient fait plus attention. Elle s’accroupit elle-même, afin de regarder ce qu’il pouvait bien y avoir dans ce carton, et pour donner l’exemple.
Lorsque Milo parla de son hérisson, elle se gratta la tête, un peu gênée. L’accent américain de son voisin sonnait presque étrange à ses oreilles, habituée à entendre ce nom prononcé à la française.

-Oh, c’est… Mon hérisson de compagnie. Je crois que la France et le fromage me manque parfois, du coup, je dois compenser.

Elle avait envie de se cacher devant sa propre explication, et se sentit un peu rougir. Pour dévier la conversation et ne pas paraître trop étrange, elle décida de parler d’un sujet d’actualité qui les concernait tous les deux : la panne de courant.

-Vous pensez que la panne va durer longtemps ? Parce que bon, la lumière c’est embêtant c’est sûr, mais ça m’embêterait de devoir jeter la totalité du contenu de mon frigo.

Elle se concentra sur le contenu de la boite que fouillait Milo, toujours un peu curieuse. Comment est-ce qu’on pouvait vouloir entreposer autant de composants mécaniques chez soi ? Elle se demanda soudain si l’américain s’y connaissait en technomagie, elle qui était fasciné par le mélange de la technologie moldue et sorcière. Peut-être même était-ce son métier ?

-Vous êtes ingénieur ? Ou inventeur ? Vous semblez avoir tellement d’objets bizarres, là-dedans… Elle fit une pause, se rendant donc de sa curiosité pouvait être un peu casse-pied, en tout cas, c’était ce que sa mère lui disait souvent. Enfin, désolé, je ne veux pas paraître indiscrète… »

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Mer 25 Oct - 17:04

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


Je ne l’avais pas vraiment entendu se rapprocher et j’eu un léger sursaut en la voyant à mes côtés, accroupie à côté de la boite. Je me redressais pour aller chercher la seconde boite, l’écoutant avec amusement. Ce n’était pas une question de volonté, c’était une question de capacité : avec ma jambe de bois, l’angle du genou n’était pas vraiment approprié. Mais pour lui faire plaisir, je m’asseyais en me balançant légèrement en arrière, étalant ma jambe sur le côté pour qu’elle ne me gêne pas. Je tirais le deuxième carton vers moi commençant à nouveau mes recherches. Je lui répondais avec un sourire qui se voulait amuser. « Vous avez l’air d’être une spécialiste. » Il ne valait mieux pas que je poursuive le fond de ma pensée. Parce que j'allais peut être dire quelque chose qui dépassait l'entente entre voisin.

Je sortais parfois quelques objets sur les côtés. Parfois, il m’arrivait de m’arrêter sur un objet, le retourner sous toutes ses coutures en me demandant si je pouvais pas réutiliser certaine partie pour des projets actuels. Je devais vraiment faire un tri dans ces cartons : j’étais certain de pouvoir recycler certaines de ses inventions. 

Je la regardais, curieux. « Un hérisson ? » Je n’avais jamais vu un hérisson de compagnie de toute ma vie. Je sais qu’en tant que sorcier, s’étonner de cela était stupide – étant donné la dangerosité de certains animaux fantastiques de compagnie. Je notais dans un coin de ma tête qu’elle était française, sentant sa gêne, je n’osais pas lui poser des questions sur ses origines ou son histoire, de toute façon, c’était intime et on était que voisin. 

Je réfléchissais un instant. « Aucune idée, mais… Si ça dure plus longtemps, je pourrais regarder pour faire un ou deux sorts sur votre frigo, histoire qu’il puisse tenir quelques heures de plus. » Si mes talents en sortilège pouvaient l’aider, tant mieux. Je n’avais pas forcément d’idée sur le coup pour sauver un frigo, mais… avec un peu de magie, quelques bonnes batteries, je pouvais trouver une solution temporaire. On avait déjà trafiqué beaucoup de choses avec Irvin, on avait certains appareils capable d’emmagasiner de la magie pour la redistribuer. Le seul risque ? Défoncer son frigo à tout jamais. Mais rien d’impossible à mes yeux.

Je rigolais à sa curiosité, si elle m’embarquait sur le sujet, je n’allais probablement pas m’arrêter. « Pas du tout. » Je reprenais avec un sourire. « Je suis artisan, de base. L’ingénieur, c’est mon pote. J’ai plus l’âme d’un bricoleur. » Je secouais le fond du carton. « Je suis dans l’équipement sportif. » Curieux quand on savait que j’avais une jambe de bois. « Mais vraiment, si je commence à en parler, vous n’allez pas réussir à m’arrêter et à moins que vous vouliez passer la nuit à parler de résistance, de polycarbonate et d’autres trucs joyeux... » Mon ton était amusé, je savais que je pouvais parfois parler bien trop vite, bien trop longtemps. 

Ce n’était toujours pas le bon carton, je remettais tout ce que j’avais pu trouver dedans, avant d’éteindre la lumière quelques secondes pour amener à moi le dernier carton sur l’armoire. Je remettais quasiment instantanément le lumos dans la pièce, m’excusant auprès de la jeune femme, avant de remettre mon nez dans le dernier carton, le dernier espoir. « Et vous faites quoi dans la vie ? » Le carton entre nous deux, mon regard faisait des aller-retour entre elle et le carton au fur et à mesure de notre conversation. J’ouvrais le dessus du carton, me penchant au-dessus de ce dernier, plus gros que les précédents.

« Ce n'est pas pensable, une petite sphère ça ne devrait pas être difficile à trouver. » Pestais-je plus ou moins intérieurement, déballant une nouvelle fois le contenu du carton sur le côté. J’étais sûr et certain qu’elle était planqué là-dedans. Ce n’était pas possible autrement… 


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Jeu 26 Oct - 10:26


Shine your light
Grace & Milo
Le nez dans ses cartons, regardant chaque trouvaille avec un émerveillement presque enfantin, Milo était absolument craquant et Grace ne pouvait pas s’empêcher de sourire en le regardant. Elle étouffa même un petit rire lorsque celui-ci sortit, tout content, une Game Boy d’une des boîtes et la mit précautionneusement sur le côté, semblant se demander ce qu’elle pouvait bien faire là. Il s’était assis un peu maladroitement après sa réflexion, et elle était un peu curieuse : avait-il un problème de genou ? Elle avait déjà traité un patient qui, après de multiples luxations, s’était vu posé des vis sur la rotule et avait de nombreuses douleurs dans la jambe, peut-être était-ce son cas ? Bien sûr, cela ne la regardait pas et elle n’aurait jamais osé poser la question, mais son cerveau marchait à toute vitesse en réfléchissant à toutes les possibilités de sa gêne. Elle préféra donc répondre à sa question concernant la petite créature qui possédait son cœur : Camembert.

« -Oui, il est absolument adorable. Vous devriez venir le voir, je peux vous garantir que vous tomberiez sous son charme.

Après tout, même Matthew l’avait menacé plusieurs fois de lui voler le petit hérisson, pour cause d’une bien trop grande mignonnerie. Heureusement que Camembert ne pouvait pas parler, parce que probablement qu’elle lui laisserait tout passer. Perdue dans son adoration de sa boule de piquants, elle se rendit soudainement compte qu’elle venait concrètement d’inviter son voisin chez elle. Elle rougit doucement, et préféra continuer la conversation plutôt que de trop réfléchir.

-Oh, vous êtes gentil merci. Par contre je vous préviens, vous n’auriez jamais du accepter de m’aider, parce que maintenant à chaque fois que je vais avoir un problème, je vais me précipiter chez vous. Mais promis, je vous paierai en bons petits plats, cela vous changera des pizzas.

Elle rigola un peu en regardant les cartons qui ornaient la pièce. Elle se sentait bien, à plaisanter doucement avec son charmant voisin, et sentait que sa timidité commençait à s’envoler. C’était rare que ça arrive aussi vite, mais après tout, Milo semblait vraiment être un gars bien. Peut-être, qui sait, tout cela était le début d’une franche et vive amitié.

-Vous savez, j’ai toujours apprécié les gens qui sont passionnés par leur métier. Je n’y connais pas grand chose en bricolage, mais la technomagie m’a toujours fascinée et je suis persuadé que, si je devais rester toute la nuit ici, j’apprendrais plein de choses très intéressantes.

De mieux en mieux Grace. Après l’avoir invité chez toi, te voilà désormais en train de proposer de passer la nuit avec lui. Il va te prendre pour quoi maintenant ? pensa-t-elle. Ce n’était pourtant vraiment pas volontaire, ces phrases à double sens, son esprit bien loin de toutes pensées impures. Heureusement, les rougeurs de ses joues furent cachées par les ténèbres soudaines qui tombèrent sur l’appartement. Allez, reprend-toi ma fille.

-Je suis kinésithérapeute. J’ai un cabinet dans le centre-ville, si jamais vous avez besoin un jour de mes services. Elle était si fière de son petit cabinet. Elle l’avait meublé avec amour et traitait ses patients réguliers presque comme des membres de sa famille. C’était le petit monde qu’elle s’était construite, et elle en était diablement contente. Pour votre mal de dos, par exemple.

Elle faillit rajouter « ou pour votre jambe », mais elle se ravisa au dernier moment. Peut-être qu’il avait eu une blessure récente, dont il ne voulait pas parler ? Même si ce n’était pas le cas, cela lui semblait trop intime et ne voulait pas faire sa fouineuse. Elle pouvait avoir tendance à faire ça, de temps en temps. Elle changea de position pour s’asseoir en tailleur, mettant ses mains sur ses cuisses pour essayer de masquer la nudité partielle de ses jambes.

-Si vous ne trouvez pas, ça ne fait rien, ne vous inquiétez pas. Je ne veux pas vous embêter… »

Elle qui se targuait d’être une femme forte et indépendante, à rester assise pendant que l’homme se démenait pour trouver une solution, Grace se sentait un peu bête. Elle voulait faire quelque chose, mais ne savait pas quoi… Elle se jura qu’au cas où, lorsque tout sera revenu à la normale, elle ferait un stock de bougie et achèterait une lampe torche si puissante qu’elle pourra faire la fête avec Camembert sans problèmes.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Dim 29 Oct - 17:09

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


Elle semblait vraiment passionnée par sa petite bête, c'était vraiment attachant – autant qu'intéressant, ça en disait énormément sur elle – de l'entendre parler de son animal avec autant de tendresse. Le sourire ne s'échappa pas de mes lèvres. « Je n'en doute pas un seul instant. » J'étais sûr et certain que ce Camembert était un hérisson tout à fait adorable et respectable en bon compagnon qu'il était. En tout cas, pour qu'il fasse autant parler sa maîtresse, ça devait être un spécimen intéressant.

Je regardais autour de moi, en effet, j'avais bien laissé quelques cartons à aller jeter dans le coin… Elle était observatrice, je lui devais ça. Je lui faisais un sourire amusé. « Vous avez trouvé ma faiblesse ! J'accepte votre deal. » Il y avait eu dû laissé aller ses derniers temps – voir ses dernières années, c'était vrai – et je n'allais pas me mentir : de bons petits plats préparés avec soin… C'était très tentant. Ce n'était pas que je n'étais pas très bon cuisinier : j'avais juste aucune patience derrière les fourneaux et je manquais aussi de temps. Mais si gentiment proposé par cette charmante personne… Je ne pouvais décemment pas refuser.

Elle semblait vraiment se détendre à mes côtés : son débit était plus fluide, elle était aussi plus bavarde. J'étais certain qu'elle se lasserait vite de mes explications techniques. Je relevais mes yeux vers elle l'espace de quelques instants, amusé. Je claquais légèrement la langue avant de retourner à mon carton. « Vous êtes vraiment gentille, vraiment. Mais je vous assure que ça vous endormirez en une dizaine de minutes. »

La situation devait être cocasse : je m'étais arrêté brutalement dans mon action. Elle était dans le médical. Pire, elle était kinésithérapeute. De tous les métiers possibles, Grace était une kiné. J'avais rarement de bons souvenir de mon kiné, j'avais encore quelques séances de temps en temps, mais je me souvenais surtout des séances que j'avais eu suite à mon opération. J'essayais de passer outre cette sensation qui me prenait. Inconsciemment, je posais ma main sur ma cuisse. Je relevais doucement les yeux vers elle et lui faisait un sourire. Elle n'est pas ton ancien kiné, elle est là en tant que voisine, elle ne te veut aucun mal. « J'ai eu le droit à quelques séances y'a plusieurs années… » Je replongeais mes yeux dans le carton. Elle devait probablement se doutait de quelque chose maintenant, si ce n'était pas déjà fait. Mais tant qu'elle ne me posait pas de question, je ne préférais pas m'étaler sur le sujet. C'était pas le genre de sujet que j'abordais spontanément avec quelqu'un au premier abord.

Je finissais par mettre la main, quelques minutes plus tard, sur l'objet tant convoité, je le sortais du carton avec un petit rictus de victoire. À mon bon souvenir, en la tapotant un peu, elle démarrerait comme au premier jour. Sauf que… À part quelques éclairs de lumière, et un vrombissement pas du tout normal, la petite sphère ne démarra pas d'un iota. Je restais interdis, l'objet dans la main. « Bon ? Et bien… » J'eu un rire nerveux. Ok, je devais passer pour un raté là, tout de suite maintenant. Je levais la boule vers le lumos, la rapprochant de mes yeux pour en voir le contenu et comprendre où était la panne. Et pour être sincère : je ne comprenais définitivement pas. Je tentais un reparo sur la petite sphère, sans aucune réaction de la part de celle-ci. « Alors celle-là, c'est la meilleure. » Je relevais la tête vers la jeune femme, essayant de conserver un air sérieux. « Décidément, nous ne sommes pas plus éclairé sur la situation.» J'avais pas pu empêcher un sourire de suite ma superbe punchline. Ca méritait bien un petit highfive mental.


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Lun 30 Oct - 16:06


Shine your light
Grace & Milo
Lorsqu’il accepta sa proposition de cuisiner pour lui, elle ne put s’empêcher de sourire. Elle adorait concocter toutes sortes de plat, en particulier pour les autres : c’était beaucoup plus plaisant de passer du temps derrière les fourneaux pour quelqu’un. Et puis visiblement, Milo n’avait pas relevé l’ambiguïté de sa proposition : un mec macho ou un peu trop lourd aurait pu faire des commentaires déplacés, mais ce n’était pas son cas, visiblement.

« -Je vous promet que je ne suis pas un cliché français ambulant et que je ne vous proposerai pas de fromages qui puent… Enfin, à part si vous insistez, dit-elle en rigolant doucement.

Grace se sentait vraiment à l’aise avec son voisin. Non seulement il persévérait dans sa recherche d’une source de lumière pour elle, mais il répondait à leur discussion légère par des phrases simples et honnêtes : l’ambiance, qui aurait pu être aisément étrange ou malaisante vu la situation, était juste détendue et joyeuse, comme s’ils étaient deux amis qui se connaissaient depuis plusieurs années. Elle n’avait pas besoin de faire semblant, et c’était quelque chose de très important pour elle.

Lorsqu’elle évoqua son métier, à sa demande, il se figea, et elle en fut quelque peu perturbée. Elle se repassa ses dernières phrases dans sa tête, essayant d’analyser si elle avait pu dire quelque chose de mal, mais elle ne voyait pas. La main de son voisin se posa sur sa jambe : elle avait pu constater qu’il avait un problème de ce côté là, et ses dires confirmèrent la chose. Grace avait travaillé avec de nombreuses personnes qui avaient été brisés à cause d’accidents. Souvent, elles niaient en bloc ce qui leur étaient arrivés, et n’assumaient aucunement leurs handicaps, même lorsque ceux-ci étaient passagers. La moldue n’était pas psychologue, et ne prétendait pas connaître la psyché humaine, néanmoins, elle pouvait reconnaître la douleur lorsqu’elle la voyait. Elle laissait une trace, toujours, et elle ne voulait pas mettre mal à l’aise Milo avec des paroles qui pouvaient rouvrir de vieilles blessures. Elle se contenta donc de lui adresser un sourire de compassion : il n’y avait pas une once de pitié en elle, simplement du soutien.

-Ma porte est toujours ouverte, si vous avez besoin de quelque chose. Que ce soit un massage ou une tasse de thé.

Pas de questions. Grace n’était pas comme ça. Elle était de ceux qui soutiennent, qui accompagnent, et c’était pour ça que c’était une bonne kiné. Elle préféra donc changer de sujet, et ce serait à lui de reprendre cette conversation s’il le désirait.

Milo sembla trouver ce qu’il cherchait dans son carton, et Grace en fut presque déçue. Si elle avait trouvé de quoi s’éclairer, elle n’avait pas vraiment de raison de rester ici… C’est pourquoi elle fut mine d’être désolé lorsque la « lampe » ne marcha pas, alors qu’elle jubilait intérieurement. La jeune femme se surprit à penser à penser à la prochaine fois qu’ils se verraient, comme si c’était presque une évidence que cela arriverait. Elle passait décidemment trop de temps avec son hérisson et son frère, et pas assez avec des hommes de son âge. Une conversation et elle était déjà toute chamboulée.

Elle rit du jeu de mot du jeune homme, probablement plus que ce qu’il s’imaginait, mais elle qui adorait ce genre de traits d’esprit, elle était servie. Elle en profita d’ailleurs pour en rajouter un.

-Nous ne sommes pas prêts de faire la lumière sur cette affaire, en effet, murmura-t-elle en reprenant tout à coup son sérieux, avant de repartir dans un éclat de rire.

Lorsqu’elle fut calmée, elle ôta ses mains de ses jambes, maintenant définitivement à l’aise. Elle s’appuya sur ses bras, vers l’arrière, en soufflant sur une mèche de cheveux qui tombait sur sa joue. Si sa mère était présente, elle lui aurait probablement dit que non seulement sa tenue n’était pas appropriée pour une rencontre avec son voisin, mais qu’en plus c’était sa posture, maintenant, qui n’était pas digne d’une demoiselle. Comme d’habitude, elle l’aurait aussi envoyé paître.

-Ça vous embête si on se tutoie ? On doit avoir à peu près le même âge, ça me fait un peu bizarre… Et puis vous m’avez vu en pyjama, je pense qu’on peut sauter quelques étapes. »

Son ton restait badin, mais quelqu’un d’observateur ou qui la connaissait bien aurait pût repérer quelques notes de flirt dans sa voix. Ce n’était en rien calculé, et quelque part, elle ne le remarquait même pas, perdue dans ce moment qui semblait surréaliste, alors qu’ils étaient seulement éclairés par la boule de lumière au dessus de leurs têtes.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Mer 1 Nov - 20:12

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


Atlantis était vraiment une ville curieuse. C’était l’une des rares villes où les moldus et les sorciers cohabitaient vraiment dans les même quartier. Mais à présent j’apprenais que ma voisine était française et c’était un fait : j’étais italien. J’étais sûr et certain qu’en s’y plongeant bien, dans le bâtiment, il y avait de quoi faire un bon tour de l’Europe. Il suffisait ne serais ce que compter Torvi, qui était suédoise. C’était vraiment une ville plein de surprise, ça ne faisait que renforcer mon envie d’installer la prochaine boutique ici. « Croyez-moi, je suis blindé avec le parmesan chaud, plus rien ne me fais peur. » Merci mamma. Elle avait toujours pris l’habitude de mettre le parmesan dans le risotto, et merlin savait que pris à part, ça sentait le vomi de bébé. Très appétissant. Je lui faisais un sourire.

Même si elle sembla noter ma gêne, elle ne m’en fit aucune remarque et je lui en étais reconnaissante. Je n’avais pas vraiment besoin qu’une personne de plus s’apitoie sur mon sort. Je m’étais suffisamment détesté pendant les 6 dernières années, je n’avais jamais eu besoin de pitié supplémentaire. Je la remerciais chaleureusement de son offre, c’était… Adorable ? De sa part. « J’y penserais à l’occasion, merci. » Cela faisait longtemps que je n’avais pas été voir un kiné après tout : j’évitais toute force de corps médical et je gérais mon propre moignon comme un grand… Mais pourquoi pas ?

Son rire fut communicatif, et je ne pus qu’être heureux de sa réaction à mon stupide jeu de mots. Elle avait de l’humour, c’était un bon point. Et le meilleur ? Elle me répondit sur le même ton. Évidemment, ça suffisait largement a déclencher mon rire. Nos esclaffades résonnèrent dans la pièce et cela fit un bien fou, après la tournure sérieuse qu’avait prit notre conversation quelques minutes auparavant. Je secouais la tête en rigolant, je l’appréciais déjà. Ça faisait longtemps que je n’avais pas ri comme ça : avec les éventements récents, la pression de la coupe d’Europe de quidditch et le stand, je n’avais pas eu une minute à moi. Cette soirée tombée pile au bon moment.

Et puis elle semblait bien plus à l’aise comme ça, maintenant. « Ca me va ! » Je me relevais lentement, la petite lampe à la main. Je lui tendais la mienne pour l’aider à se relever, le sol avait beau être confortable, j’étais sûr qu’elle préférerait le canapé. Je l’aidais à se relever. « Je vais regarder pour réparer ça. » J’allais rapidement dans la pièce avoisinante, la lumière du salon venant bercer la pièce d’une lumière très tamisée. Je récupérais ce dont j’avais besoin, espérant que ça suffirait. Je revenais dans la pièce, j’en profitais pour prendre un bout de parchemin et une plume. J’allais envoyer un message à Irvin, histoire de voir s’il pouvait me filer sa prise électrogène pour le frigo de la damoiselle en détresse.

Je revenais dans le salon avec mes victuailles, installant tout sur la table basse. « Fais comme chez-toi, vraiment. » Je commençais à démonter tranquillement la petite lampe, quelques réparations devaient pouvoir suffire. Je dictais en même temps un mot pour Irvin, armé de la plume à Papotte. En attendant, j’étalais les composants et regardais ceux qui nous avaient abandonnés. « Tu peux rouler le petit parchemin et l’accrocher à la patte de Meneldor ? » La cage de la chouette était dans un coin de la pièce et elle semblait légèrement assoupie. « Il ne mord pas promis, tu lui ouvres la fenêtre. » Je reprenais, le circuit dans les mains, l’œil dessus. « C’est pour Irvin. Il devrait avoir quelque chose pour sauver ton frigo. » Je faisais quelques modifications sur le circuit pour l’améliorer, utilisant mon petit fer à souder qui marchait à l’aide de magie.

Une fois, cela fait, je relevais mes yeux vers elle. « Je manque à tous mes devoirs en fait. T’as soif ? » J’avais un peu de tout dans mon frigo. Ça allait de la bière au jus d’orange, elle avait clairement l’embarras du choix à ce niveau-là. Et puis je ne savais pas pour combien de temps j’en avais à réparer le circuit, autant qu’elle prenne ses aises tant qu’elle restait là.


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Jeu 2 Nov - 15:28


Shine your light
Grace & Milo
Lorsqu’il l’aida à se relever, Grace put se rendre compte à quel point Milo était gigantesque, surtout face à son petit gabarit. Il était probablement aussi grand que Charlie, peut-être même plus : et si elle laissait suffisamment divaguer son esprit, elle pouvait entendre Matthew se moquer d’elle en disant qu’elle ne sortait qu’avec des géants, probablement pour compenser sa petite taille. Mais là, c’était différent, c’était son voisin, rien d’autre. Et puis elle venait de le rencontrer. D’accord, il était assez mignon, et définitivement sympathique, mais Grace ne voulait pas s’avancer dans cette pente glissante et se mettre à imaginer des choses qui n’auraient pas leurs places en ce moment. Elle secoua la tête. Pense à autre chose, et il n’y aura aucun problème, se dit-elle. Grace passait une bonne soirée, malgré son commencement un peu désastreux, et elle comptait bien que ça continue ainsi, sans que des pensées parasites envahissent son esprit.

Elle allait s’installer dans son canapé lorsque l’italien lui demanda d’envoyer un message à l’aide de sa chouette. La moldue avait prit l’habitude de côtoyer ces oiseaux au refuge pour animaux dans lequel elle était bénévole, car, ceux-ci étant les animaux de compagnie de prédilection des sorciers vu leur praticité, ils étaient également, depuis la levée du Secret, devenus la population la plus importante dans les gîtes animaliers. Mais c’était le nom de la chouette, surtout, qui la fit sourire. Elle même était extrêmement fan du Seigneur des Anneaux, depuis qu’elle était toute petite, et depuis qu’il avait été annoncé que des films allaient sortir au cinéma, elle était excitée comme une petite puce. Son frère se moquait gentiment d’elle en la traitant de nerd lorsqu’elle parlait de sa passion, mais il lui suffisait de parler de son Chewbacca en peluche, avec qui il dormait chaque soir, pour qu’il se taise.

Elle s’approcha de la cage en roulant le message, sans vraiment écouter le nom du destinataire, plus excitée à l’idée de caresser les plumes de l’animal qu’autre chose. Après avoir ouvert la porte, elle tendit ses doigts vers l’oiseau, lentement, afin qu’il comprenne qu’elle ne lui voulait aucun mal. Après l’avoir caressé quelques instants, et s’être rendu compte que la chouette se laissait faire, elle attacha le message autour de sa patte en faisant bien attention à le fixer correctement, ne prêtant absolument plus attention à son voisin. Elle murmurait des petits mots d’apaisement et lui disait à quel point il était beau et bien élevé, gagatisant, comme à son habitude, sur l’animal.

Grace finit enfin par ouvrir la fenêtre, et alors que l’oiseau prenait son envol, elle ne put s’empêcher de s’écrier « Ruca, calwa aiwë », ce qui signifiait « Vole, bel oiseau » en quenya, ou haut-elfique, la langue fictive inventée par Tolkien, qu’elle maitrisait à peu près (Grace détestait les cours de biomécanique fonctionelle à l’université, et passait la plupart des cours magistraux sur son ordinateur à apprendre la langue sur d'obscurs forums de fans). Son accent était un peu faible à cause du manque de pratique, mais il était suffisamment compréhensible pour quiconque aurait des bases dans la langue (et ils étaient bien peu, il fallait l’avouer). La kiné se retourna enfin pour voir Milo le nez plongé dans ses soudures, et sourit doucement devant son air concentré.

« -Ne te lève pas, je vais me servir ! Je t’apporte quelque chose aussi ?

Enfin quelque chose qu’elle pouvait faire. Grace détestait rester là, les bras ballants, alors que le sorcier se démenait pour elle : ce n’était peut-être pas très progressiste, avec l’homme qui travaillait et la femme qui lui apportait à boire, mais après tout, c’était elle qui l’avait décidé, et elle le faisait avec plaisir. La moldue s’approcha du frigo et en sortit deux bières, qu’elle décapsula nonchalamment sur le comptoir, sans avoir besoin d'un décapsuleur, d’un geste qu’on voyait expérimenté, les soirées étudiantes ayant fait leurs œuvres. Elle n’était pas du genre à se rendre régulièrement à ce genre de fêtes, mais elle avait accompagné bon nombre de ses camarades et ex petits amis et y avait appris plusieurs tours du genre : elle était aussi une experte en beer pong.

Elle apporta la boisson à Milo en la posant à côté de lui, veillant à ne pas déranger les différentes parties de son bricolage, avant de s’asseoir en tailleur sur le canapé, regardant avec attention ce qu’il faisait tout en avalant une gorgée d’alcool.

-En fait, t’es une sorte de McGyver c’est ça ? Tu répares des usines nucléaires avec une épingle à cheveux et tu sauves les demoiselles en détresse ? » dit-elle malicieusement.

Cela la changeait agréablement de pouvoir faire des références de pop-culture avec un sorcier, eux qui avaient tendance à snober les créations moldues. Elle se doutait qu’il n’était probablement pas sang-pur, mais même les sang-mêlés pouvaient avoir la propension de s’éloigner de leurs origines non magiques. C’était dommage, car pour Grace, c’était le mélange entre ces deux cultures qui faisaient la richesse du monde dans lequel ils vivaient. C’était ce que représentait Atlantis, après tout.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Sam 4 Nov - 19:46

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


C’était plaisant d’avoir un peu de compagnie, je voulais bien le concéder. Ma mère m’avait toujours dit qu’on pouvait juger l’âme d’une personne à la façon dont elle traitait les animaux : si un être humain n’était pas foutu de respecter une boule de poil, c’était impossible qu’il respecte un être égal… Et Grace ? Je pense que ce bon vieux Meneldor n’avait jamais eu autant de caresses d’un coup. Je le vis rouler des plumes et ça m’arracha un rire. Je retournais en souriant sur ma petite boule lumineuse. Elle commençait à doucement reprendre vie… La petite pile avait explosé à l’intérieur et avait absolument tout détruit… C’était un effet secondaire indésirable à l’utilisation de la technomagie. Parfois tout n’était plus vraiment stable et en général, c’était la batterie qui prenait toute la charge… Heureusement depuis, j’utilisais des condensateurs. J’en avais rajouté un sur le circuit pour éviter que le drame ne recommence.

Je relevais brutalement la tête quand je l’entendis lâcher la chouette dans la nuit. Non, elle était sérieuse ? Bon, je me doutais qu’une personne ayant de si bons goûts en pyjama était forcément un peu portée sur le fantasy, les comics, ce genre de choses. Mais elle venait de parler Quenya n’est ce pas ? Je ne l’avais pas appris, mais il n’y avait pas quinze mille langages qui avait les mêmes consonances que celui-là. « Tu parles le haut Elfique ? J’ai toujours voulu l’apprendre, jamais trouvé le temps. » C’était vrai en plus… En tout cas, elle était vraiment surprenante, vraiment très surprenante. Elle me rendait presque ému : on était nombreux à lire Tolkien, mais je n’avais pas croisé beaucoup de personnes ici qui étaient vraiment fan.

Et je commençais à me dire qu’elle était parfaite. Parce que je n’eu pas à me lever, elle ramener deux bières, déjà décapsulées. « Merci. » Je faisais tinter le verre de nos bouteilles avec un sourire amusé. « A la panne de courant ! » Je buvais une gorgée de bière tranquillement avant de refermer soigneusement la boule lumineuse. Quelques sorts et elle serait prête à l’emploi, si elle n’explosait pas entre nos doigts avant. C’était drôle : quand je bricolais, j’avais toujours l’impression de jouer à la roulette russe.

J’eu un fou rire en entendant la jeune femme me comparait à ce bon vieux MacGyver. C’était probablement le plus beau compliment qu’on pouvait me faire. « C’est ça. Mais pas n’importe quelle demoiselle en détresse. J’ai des critères. » Je lui fis un sourire. Je prenais une gorgée supplémentaire d’alcool avant de concentrer les quelques sorts sur la sphère transparente. Un petit sort de protection, celui de flottage et d’énergie devraient largement suffire à alimenter la sphère pour quelque temps. Je jetais la balle vers le ciel et elle s’arrêta en suspension à quelques mètres du sol, diffusant la lumière de façon homogène dans la pièce.

Je souriais comme un con en regardant la petite boule flotter, fier de moi. Je la récupérais du bout des doigts, la pressais pour éteindre la lumière et la reposer sur la table. « Ca devrait t’aider à y voir plus clair dans ton appartement. » Je lui fis un sourire en continuant de boire ma bière, m’étendant dans le canapé tranquillement. « Et sinon, qu’est ce qui t’a amené à Atlantis ? » C’était curieux, je ne doutais pas de sa présence ici : tout le monde avait besoin de kiné… Mais c’était quand même curieux venant d’une moldue. Sans être désagréable, bien au contraire.


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Mar 7 Nov - 13:01


Shine your light
Grace & Milo
A la réflexion sur sa connaissance de la langue imaginée par Tolkien, Grace esquissa un petit sourire entendu. Parce que non seulement Milo avait reconnu son accent, mais de plus, il avait trouvé exactement de quel langage il s’agissait, le quenya pouvant facilement se confondre avec le sindarin, langue des elfes gris dans la saga littéraire, qui possède les même racines. C’était un fin connaisseur, visiblement.

« -Je l’ai appris à la fac, mais depuis qu’ils ont annoncés les films, j’essaie de m’y remettre. J’ai toujours eu des facilités dans l’apprentissage des langues, vu qu’on en parlait deux différentes à la maison : même trois, lorsque ma grand-mère nous baragouinait des phrases en patois breton, expliqua doucement la moldue.

Et lorsqu’ils trinquèrent ensemble, Grace se demanda pourquoi elle parlait aussi facilement à cet inconnu. C’était quelqu’un de sociable, c’est vrai, et elle parlait facilement avec ses patients, avec son boulanger, avec n’importe qui qui voudrait lui adresser la parole. Mais elle ne parlait pas d’elle ou de ses parents, toujours de choses légères, qui n’avaient pas d’importance, comme le temps qu’il faisait ou les actualités d’Atlantis. Elle s’étonnait de pouvoir aussi facilement parler à Milo, qui, certes était son voisin, mais qu’elle venait de rencontrer. Mais elle rangea cette pensée dans un coin de la tête, préférant profiter de l’instant présent.

-Oh, et ces critères sont donc essentiellement des voisines moldues en pyjama, ou tu as fais une exception pour ce soir ?

Tout en prenant des petites gorgées de sa bière, elle regardait les mains de Milo s’agiter avec précision sur l’artefact lumineux, assez impressionnée de sa dextérité. On voyait qu’il était bricoleur, et elle pouvait entendre la voix de sa mère, toujours la même, lui souffler à l’oreille « ma fille, trouve toi un homme qui sait se servir d’outils, ou tu t’en mordras les doigts lorsqu’il ne saura pas se servir du plus important de tous ». Elle n’avait pas compris cette phrase à l’époque, mais maintenant, elle rougissait en se rappelant de ces mots. Mais quelle sorte de parents dit ça à une gamine de douze ans, de toute façon ? Et dire que sa mère lui reprochait de préférer son père.

Milo réussit à réparer, enfin, sa boule lumineuse, qui s’éleva dans les airs en une sympathique lueur tamisée, et Grace sourit pour cacher son pincement au cœur. Car s’il avait fini son œuvre, elle n’avait plus de raisons valables pour rester dans l’appartement, n’est-ce pas ? Elle était venue pour de la lumière, elle en avait.

-Merci beaucoup Milo. Tu es un vrai sauveur, dit-elle précipitamment, pour masquer son trouble.

Mais à sa grande surprise, celui-ci ne se leva pas pour l’emmener à la porte. Au contraire, il s’enfonça dans son canapé et ses yeux se tournèrent vers elle, attentifs, brillants. Elle réfléchit quelques instants à faire une danse de la victoire, mais elle se dit que ça serait probablement un peu bizarre, et se contenta de faire un highfive mental tout en replaçant une mèche de cheveux derrière son oreille.

-Lorsque j’ai eu la possibilité d’ouvrir mon cabinet, j’ai pensé d’abord le faire à Londres. Après tout, c’était la ville que je connaissais le mieux, j’avais des amis là-bas, et mon frère y avait son appartement. Mais j’avais toujours voulu vivre ici. Ce mélange entre la technologie moldue et la magie… Atlantis, ça en est le symbole. Alors je suis venue ici et j’ai construis ma petite entreprise. C’est pas grand chose, je n’ai même pas de secrétaire pour prendre mes rendez-vous, mais c’est à moi, et à personne d’autre.

Elle avait un grand sourire en regardant un peu dans le vide, toute fière d’elle. Elle se rendit soudain compte qu’elle pouvait paraître un peu folle, à parler de son cabinet comme si c’était un enfant à qui elle avait donné naissance.

-Enfin, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire… Même si ça marche pas et que je suis obligée de fermer, ou quoi que ce soit, je pourrais toujours me dire que j’ai accompli quelque chose que je voulais faire. Me dire que, en quelque sorte… Si je me donne à fond dans un projet, je peux réussir, et sans l’aide de personne.

Bien sûr, son père l’avait aidé financièrement, mais cela n’avait été qu’un boost. Il avait offert de l’aider à trouver des artisans, ou que des contacts lui fassent de la publicité, mais elle avait refusé. Cela avait son projet, de bout en bout.

-Mais je parle, je parle… C’est comme toi avec la mécanique, si tu me laisse faire, je peux blablater sans m’arrêter jusqu’au bout de la nuit. Et toi ? L’équipement sportif, c’est vaste. Tu le répares, c’est ça ? »

Son visage tourné vers son voisin, ses yeux curieux ne contenaient rien d’autre que de la bienveillance. Elle acceptait cette conversation comme étant une sorte de trêve, une pause dans ce monde qui s’agissait sans cesse. Après l’attentat qui s’était déroulé il y avait peu à Atlantis, et la rééducation des blessés qu’elle avait dû réaliser (et cela avait été avec joie, son but premier étant, toujours, d’aider l’autre) l’avait plus chamboulé qu’elle ne le laissait paraître. Une simple conversation avec quelqu’un d’aussi gentil et intéressant que Milo, c’était ce dont elle avait besoin.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 16/04/2017 Messages 182 Points d’activité 60
      Pseudo : Marinc / Mymy
      Avatar : Zachary Levi
      Crédits : cranberry
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis, demeure résidentielle. En collocation avec Novenka.
      Patronus: Requin-Baleine
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t799-milo-x-there-are-no-mis
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Mar 14 Nov - 16:11

J'ai ce qu'il te faut !
Grace & Milo


Elle avait un côté très passionnant – c’était probablement dû à ses goûts sûr : une personne qui appréciait l’univers de DC, le seigneur des anneaux et j’en étais certain : plein d’autre chose, était forcément quelqu’un d’extraordinaire. Ou au moins quelqu’un de bien. Elle avait probablement un vice caché. Je ne savais pas encore quoi, mais pour l’instant, elle était charmante. « Je comprends ! » Je lui fis un sourire, lui demander des cours particulier de Quenya, c’était trop demander n’est ce pas ? Enfin en tout cas à une personne qu’on connaissait à peine, c’était en effet trop.

Je ne pus qu’avoir un rire. « Essentiellement oui. Je suis très sélectif. » J’avais adopté une espèce de mine sérieuse, mais le masque ne tarda pas à craquer. Je ne pouvais décemment pas garder mon sérieux avec une telle discussion. Je n’étais pas la personne la plus farouche en vérité : en bon gryffondor qui se respectait, j’avais tendance à foncer la tête premiers dans des murs. J’étais beaucoup moins réfléchis qu’Irvin en matière de sociabilité.

« Pas de problème, si t’as un souci, ma porte est toujours ouverte. » J’adorais réparer des trucs, des machins et des bidules de toute façon. Ça me donnait des petits défis et ça faisait travailler mes méninges.

Moins accablé par la réparation de loupiote, je pouvais lui donner toute mon attention. Et pour le coup : en profiter pour mieux observer ma voisine. J’avais tourné le reste de mon corps vers elle. J’avais hésité à poser mon pied gauche sur mon genou, pour au final le laisser au sol. Je savais que ma prothèse se verrait forcément dans cette position, et même si je me sentais à l’aise, à l’heure actuelle, avec elle, je n’avais pas le cran de lui avouer cette faiblesse.

On aurait presque pu se croiser à Londres donc ? « Londres, c’est bien, mais… bruyant… Enfin, je trouve. » Je me souvenais de ce petit appart que j’avais sous les toits, et même si j’en avais eu de bons souvenirs … J’étais heureux d’être ici, tout comme elle. Atlantis était une ville très étonnante. Je ressentais exactement la même chose qu’elle a propos de ma boutique : c’était mon gosse, ma victoire personnelle. « J’te comprends totalement. » Je lui faisais un sourire. In consciemment, je m’étais penché vers elle pour mieux l’écouter. Probablement une habitude que j’avais prise avec Irvin. M’en rendant compte, je redressais un peu le dos. Déjà, parce que c’était mauvais pour mon dos et elle m’en ferait la remarque, mais aussi parce que je ne voulais pas franchir sa bulle personnelle. « Et c’est ton projet à toi, c’est génial. » Peu de gens pouvaient se vanter d’aller aussi loin dans le leur. « Promis, je te ferais de la pub, mais je suis sûr que tu vas bientôt être débordé par les demandes. Et embaucher une secrétaire. » Je prenais une gorgée de ma bière tranquillement avant de reposer ma bouteille sur la table basse en riant doucement. « Je répare entre temps, mais je crée surtout. »

C’était parti pour le petit monologue de la soirée. « Mais en effet, c’est vaste. Je fais majoritairement du quidditch, j’ai appris avec un fabricant de balais, à la base. Et quand il est parti en retraite, il m’a refilé sa boutique en location, avec le fond de commerce et ce qui y était rattaché. Il m’a dit d’y faire ce que je voulais, tant que je la faisais pas exploser. Littéralement. » Comme ma jambe. C’était clairement ce que m’avait dis Archi, mais ça, je me gardais bien de le préciser. « Donc de là… beeeeh, j’ai créé ma petite entreprise et j’ai commencé à ajouter de l’équipement sportif plus «moldu » » Je mimais les guillemets avec mes doigts. « L’idée, c’est de donner accès à du matériel technomagique à des moldus et des sorciers… Pour du foot, de la natation, de l’équitation, ce que tu veux. » Je souriais. On revenait de loin avec cette idée et ça avait demander pas mal de temps. « Après, oui, c’est vaste, on fait plus de commandes qu’autre chose. Mais ça me permet de travailler avec des artisans moldus et d’avoir du matériel de qualité donc c’est tant mieux. » C’était rendre accessible, créer une entente entre les deux partis. J’étais plutôt fier de moi d’ailleurs : pas seulement parce que la boutique fonctionnait bien, mais parce que cette entente portait ses fruits. J’avais vu des sorciers venir, découvrir des sports moldus et s’y intéresser. J’avais vu des passionnés prêt à relever des défis toujours plus fou à l’aide de mes objets. Toutes ses petites victoires, c’était ma fierté. J’essayais de ne pas trop parler, de ne pas trop m’étaler au risque de m’emballer.

J’avais presque terminé ma bière, mais je n’avais aucune envie de la raccompagner à la porte. En plus, je devais attendre la réponse d’Irvin … Donc nous avions encore un peu de temps devant nous.


Emi Burton

_________________
 
I tell people, "You can do this." And they write back and say, "You were right. I can do this. And now I believe I can do anything."


MolduavatarMoldu
http://www.catharsis-rpg.com/t1344-grace-hamilton-here-s-to-the-
MessageSujet: Re: Shine your light ft. Milo Pierce   Ven 17 Nov - 8:25


Shine your light
Grace & Milo
A chaque mot que prononçait Milo, le sourire de la jeune femme s’agrandissait, elle s’esclaffait et devait sans cesse remettre ses cheveux peu coopératifs derrière ses oreilles, tant ils glissaient à cause de ses mouvements de tête induits par ses rires. Là, à simplement boire une bière avec cet homme qu’elle connaissait pourtant à peine, elle se sentait parfaitement à sa place, comme si quelque chose, peut-être le destin si elle avait cru en ce genre de sornettes, l’avait poussé à se retrouver sur ce canapé en compagnie de Milo, comme un événement évident et inévitable. Grace en oubliait presque ce qui l’avait emmené dans l’appartement au départ, se laissant porter par le moment comme une barque sur un court d’eau tranquille.

Lorsque le sorcier se pencha légèrement, elle s’apprêta à lui rappeler son précédent conseil, de se tenir bien droit avant de se faire mal, lorsqu’une pensée étrange la frappa. S’il avait trop mal, elle pourrait lui faire un massage, n’est-ce pas ? Sentir les muscles dorsaux de l’homme sous ses doigts, parcourir la chair de ses paumes… Elle se sentit rougir alors que Milo se redressait tout seul. Peut-être que sa mère avait raison, et que cela faisait bien trop longtemps qu’elle était célibataire, après tout. Elle avait conscience que la plupart des gens pouvaient croire que les massages qu’elle effectuait dans le cadre de son travail pouvaient déboucher sur… autre chose, mais ce n’était évidemment pas le cas, et elle essayait, toujours avec succès, de mettre toute notion d’une quelconque sensualité le plus loin possible de son esprit lorsqu’elle effectuait une thérapie sur un patient. Et pourtant, avec Milo, rien que l’idée de toucher du bout des doigts sa nuque la faisait chavirer. Qu’est-ce qui t’arrives à penser à ce genre de trucs comme ça, sans raisons ?

Grace secoua la tête doucement, essayant de stopper toutes pensées déplacées. Et pourtant. Encore une fois, il lui souriait de manière totalement craquante, comprenant ce qu’elle lui disait concernant son cabinet, et lui proposant même de faire de la publicité.

« -Merci… On verra bien. Je l’espère en tout cas.

Elle changea doucement de position sur le canapé, ses jambes croisées en tailleur glissant vers le sol tandis qu’elle déposait sa bière à moitié vide sur la table devant elle. Grace était réellement touchée par les mots de son voisin, il n’avait probablement même pas conscience à quel point il était agréable de recevoir des encouragements totalement gratuits et sincères. Elle écouta donc avec attention son explication concernant son propre business : elle pouvait voir que, tout comme elle, sa boutique était important pour lui, c’était son bébé, sa fierté dont le futur succès ne dépendait de rien d’autre que sa propre détermination et travail.

-Et bien, c’est vraiment un super projet. Il faudra que je passe pour voir cet équipement moldu de mes propres yeux…

Voilà qu’elle commençait déjà à imaginer dans sa tête elle qui venait le voir pendant qu’il était en train de travailler, en s’asseyant près de lui sur le comptoir en chantonnant, paisible, à sa place. Oh. Calme toi Grace. D’abord le massage, maintenant ça, c’est quoi, dans 2 secondes tu t’imagines votre mariage ? Faut que tu redescendes sur terre. Si ça se trouve, c’est un gros sociopathe qui cache bien son jeu, tu viens littéralement de le rencontrer. Et si la petite voix dans sa tête avait parfaitement raison, celle de son cœur, par contre, n’était pas du même avis, lui criant que le crush était inévitable, et que ce n’était que le début.

Un peu mal à l’aise par ces pensées contradictoires qui bataillaient dans sa tête, elle se décida à se lever pour s’approcher de la bibliothèque la plus proche du canapé, essayant en quelque sorte de s’éloigner de Milo, dans une tentative de reprendre ses esprits, et faisant mine d’admirer les figurines qui s’y trouvaient. Et c’était vrai, de toute façon, elle reconnaissait la plupart des personnages, même ceux de Star Wars : elle n’avait jamais vu les films, mais son frère lui rabâchait suffisamment les oreilles à leur propos pour qu’elle fasse le lien. Bien qu’elle meure d’envie de le faire, elle se retint d’effleurer les bibelots du Seigneur des Anneaux, sachant pertinemment que c’était des objets de collection et pas des jouets, lorsque son attention fut attirée par une pile de films déposés un peu en vrac sur une étagère. Un titre, en particulier, lui sauta aux yeux.

-Oh, The Mask ! Mon frère et moi, on est allé le voir 5 fois au cinéma quant il est sorti, on était vraiment à fond. J’avais même refait le costume de Tina dans la scène finale cette année là à Halloween.

Elle rigola avec tendresse, comme à chaque fois qu’elle se rappelait des moments comme ceux là qu’elle avait partagé avec Matthew. Elle était encore étudiante à l’époque et elle avait passé tous les temps auprès de sa famille, qui vivait encore à Londres. Tout était plus simple, lorsque son frère n’avait pas encore de symptômes de sa maladie. Elle se retourna cependant bien vite vers son hôte, ne voulant pas passer pour une impolie.

-Enfin, parler des trucs bizarres que mon frère et moi faisons dans notre temps libre n’est pas des plus intéressant, je sais… »

A cause de ses pensées « impures », Grace se sentit tout à coup plus tendue, moins à l’aise que précédemment. Ce n’était en aucun cas la faute de l’homme, et elle essayait au mieux de cacher ses émotions, pour ne pas qu’il prenne sa distance soudaine personnellement.

_________________
Don't fear the future
 
I've discovered the secret of happiness is not to run too fast. You can still beat them by coming in last. I've discovered the secret of happiness is, though we can run that hill, happiness comes when we learn to be still. by anaëlle.
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Stacey - Shine A Light On Me [Done]
» After darkness, the light ∆ Milo & Emmy
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Le 23 mai... Vénus de Milo... Merci Dumont d'Urville...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Le Centre-ville :: Demeures résidentielles-
Sauter vers: