Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Épidémie de Dragoncelle6 Septembre 2000 L'épidémie de Dragoncelle continue son chemin allant jusqu'à mettre certains lieux en quarantaine magique. On recherche toujours un traitement à l'Hôpital de Sainte Mangouste... LIRE PLUS
Un espoir de cure8 Septembre 2000 Un traitement médicamenteux a été trouvé contre la Dragoncelle et l'Eclabouille qui s'était déclarée dans la Moonrise Gallery. On recherche encore une cure totale. Des grèves pétrolières bloquant les importations ont commencé dans tout le Royaume-Uni... LIRE PLUS
Manifestations pour les droits des êtres magiques et non-magiques15 Septembre 2000 Des manifestations mettent en avant les droits des moldus et des êtres magiques en vue de modifier les lois par le Gouvernement. En parallèle les Jeux Olympiques commencent à Sidney, avec des sportifs mixtes, à la fois moldus et sorciers.... LIRE PLUS

 Under Pressure Ft. Ollie Debenham
AuteurMessage
Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Jeu 21 Sep - 16:54


Under Pressure
9 JUILLET 2000 – 8h30
La nuit avait été courte pour Sebastian, ses songes peuplés de visions de bombes, de corps mutilés. Il n’était pas sur place, le soir de l’attentat, mais il aurait pu, et il ne devait sa vie qu’à une once de chance, un coup de pouce du destin. Il était triste pour ces morts et ces blessés, pour leurs vies arrachées par des terroristes, mais il était en colère, surtout. On avait attaqué sa communauté, celle du Quidditch, et c’était la raison pour laquelle il n’avait pas hésité une seule seconde lorsqu’on lui avait proposé de disputer le match de la France contre la Suède. Cela doublait sa charge de travail, déjà importante, mais l’honneur qu’on lui faisait était énorme, en lui faisant confiance pour une si importante compétition, et il devait rendre fières les joueuses qu’il remplaçait.

Depuis quelques jours, c’était donc double dose d’entrainement : le matin avec les Phénix, comme d’habitude, avec les premiers joueurs arrivant à 9h sur le terrain, et l’après-midi avec les français. Plus que du véritable jeu, il assimilait avec eux les techniques de jeux spécifiques qu’ils utilisaient, ayant un style bien plus agressif que ce dont il avait l’habitude, et apprenait à connaître les autres sportifs, qu’il connaissait au final assez mal. Tout ça, couplé avec, comme d’habitude, la presse qui ne le lâchait pas, les rumeurs de ses apparences avec Jude commençant à se répandre, et, il fallait l’avouer, les fêtes dont il prenait part avec ses amis de l’équipe espagnole, il était difficile pour lui de ne pas être constamment fatigué. Il faisait bonne figure, bien sûr : c’était ce qu’il faisait toujours. Un sourire plaqué sur le visage, et c’était parti.

Après s’être rapidement préparé, cachant ses cernes derrière ses fidèles lunettes de soleil, il se rendit au stade, en essayant de se motiver malgré ses yeux qui se fermaient tout seuls. Une fois qu’il eut posé ses affaires au vestiaire, et récupéré son balai dans les casiers enchantés, il se rendit sur le terrain. Malgré sa fatigue, il arrivait à l’être dans les premiers arrivés, toujours aussi sérieux : en réalité, seule Ollie était déjà là, les autres encore en train de se changer.

Sebastian la salua d’un geste de la main en courant vers elle au ralenti, de manière totalement dramatique, et en criant son prénom d’une voix grave et en étirant les syllabes, tout content de voir son amie. Arrivé devant elle, il éclata de rire. Il aimait beaucoup la jeune batteuse, qui était un peu timide mais très gentille quand on prenait la peine de commencer le dialogue avec elle.

« -Mlle Debenham, vous êtes particulièrement en beauté, aujourd’hui, dit-il en saisissant sa main et en faisant mine de lui faire un baisemain.

Après avoir minaudé quelques instants, il commença à s’étirer à côté d’elle, pour préparer ses muscles à l’activité physique qu’ils allaient entreprendre. Ce n’était pas le moment de se faire une blessure. Il faisait le clown avait Ollie parce qu’il aimait profondément faire rire les gens, mais aussi parce que se concentrer sur les autres lui permettait de ne pas penser à ses propres problèmes. Il était constamment inquiet, en ce moment : inquiet de faire capoter sa relation avec Jude à cause de son égoïsme évident qui le pouvait à vouloir cacher leur couple ; inquiet que la presse découvre la vérité ; inquiet de ne pas être à la hauteur des attentes de son entraineur ; inquiet qu’il arrive quelque chose à Jude, alors que des groupes extrémistes mettaient sous tension la ville d’Atlantis et le monde en général. Personne ne se doutait de ses pensées bien sûr, à part l’écrivain, mais il devenait de plus en plus difficile de plaquer son célèbre sourire sur son visage.

-Alors, quoi de neuf depuis tout ce temps ? Ça fait au moins 24h qu’on s’est pas vu, je suis sûr que tu as brisé le cœur d’au moins 3 beaux gosses depuis. »

Pendant qu’il blaguait ainsi avec la rouquine, son esprit ne pouvait s’empêcher de dériver, et il espérait qu’elle ne remarquerait pas de changements dans son attitude. Demain aurait lieu le match de la France contre la Suède, et il espérait qu’une fois cette journée passée, il pourrait prendre un peu de temps pour souffler. Depuis son rendez-vous à balai avec Jude, il y avait de cela une semaine, il n’avait eu aucun moment de répit, et il arrivait à la limite de ce qu’il pouvait supporter en terme de pression.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Ven 6 Oct - 20:19



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Les journées passaient avec lenteur, chacune ressemblant à la précédente dans une manège étourdissant aux yeux de la rouquine. Les ombres de l’attentat ne cessaient de la poursuivre dans ses songes et elle se réveillait régulièrement en sueur, trempée jusqu’à l’os, plus perdue que jamais. Il lui fallait plusieurs minutes pour se souvenir de son environnement et Morphée lui faisait rarement la grâce d’un second passage. Tout n’était qu’un cycle et cela faisait plusieurs jours, à présent, qu’elle n’avait pas dormi à poings fermés. Si bien que lorsqu’elle se réveilla ce matin-là, elle ne put s’empêcher de savourer quelques minutes supplémentaires le corps emmêlé dans ses draps, un sourire béat étendu sur ses lèvres.

Ses matinées étaient relativement calmes. C’était en général son chien, Mulligan, qui venait la réveiller si elle ne le faisait pas d’elle-même. S’enchaînait ensuite son sport matinal, son planning variant en fonction des jours, le thème principal étant le cardio. Une petite douche rapide, elle engloutissait son petit-déjeuner complet et partait ensuite pour le terrain, son compagnon à quatre pattes sur ses traces. À côté de tout cela, elle feuilletait la gazette d’Atlantis, à la recherche d’un petit boulot pour compléter son salaire. L’appartement qu’elle avait choisi était plus adapté à une colocation qu’une personne seule et elle s’interrogeait sur un possible déménagement dans les mois à venir.

L’heure tourna et le sac sur l’épaule, elle passa la porte suivie par le berger australien. Sa philosophie, c’était d’arriver toujours avec un peu d’avance. La ponctualité faisait parti des traits de caractère qu’elle estimait chez une personne comme étant important, et c’était dans cette optique qu’elle faisait toujours l’effort d’arriver une dizaine de minutes en avance. Le chemin vers l’aile aérienne lui sembla bien court ce jour-là, peut-être l’euphorie d’avoir passé une nuit sans cauchemars. Dans tous les cas, elle se dirigea vers le vestiaire, s’y changea rapidement pour revêtir une tenue plus adaptée au quidditch, avant de se rendre sur le terrain, balai et batte à la main. Elle salua le coach d’un mouvement de tête avant de poser ses affaires sur le côté. Quant à Mulligan, il était parti se mettre à l’abri sur le côté du terrain après une caresse de sa propriétaire.

L’échauffement était l’une des parties les plus importantes de leurs entraînements et c’est ainsi qu’elle s’élança en petites foulées le long du stade. Elle enchaîna sur quelques étirements et ce fut à ce moment-là que son complice de toujours fit son apparition sur le terrain.

Si on lui avait dit qu’un jour, elle deviendrait amie avec le pas moins connu Sebastian O’Connor, elle aurait probablement crié au mensonge. Pourtant, de loin, Seb’ était la personne avec lequel elle s’entendait le mieux dans l’équipe, sa joie de vivre était communicante. Un rire timide s’échappa de ses lèvres, amusé par l’arrivée du blondinet. Elle lui fit une révérence, baissant la tête. « On pourrait en dire la même chose de vous, Mr O’Connor, vous semblez particulièrement en forme aujourd’hui ! »

Elle continua les étirements à ses côtés, essayant de garder un souffle régulier, lui répondant entre deux exercices. Le sol humidifié par la rosée du matin ne l’empêcha pas de s’y asseoir pour étirer son dos.

« Tu me sous-estimes. Ils étaient au moins 5, c’est un peu comme toi, je les compte plus maintenant ! » Fit elle en souriant, rougissant un peu. Elle se souvenait de ce garçon dans les gradins quelques jours auparavant : ce Jackson, qui lui avait fait tourner la tête. Parler de ce garçon n’était pas dans ses priorités et abordé le sujet lui semblait vraiment compliqué, même si pour le coup, elle aurait vraiment eu besoin d’éclaircissement. Peut être que Sebastian pouvait l’éclairer sur de tels agissements ?

Les prochains matchs de demi-finale étaient dans peu de temps maintenant, ce n’était plus qu’une question de jours. Elle aurait rêvé de voler aux côtés des Français, de balancer des cognards en rythme avec Pujol. Elle enviait clairement Sebastian de pouvoir jouer avec eux. Elle lui fit un sourire et lui posa la question qu’elle lui posait quasiment tous les matins à présent. « Prêt pour la demi-finale ? Ca se passe bien avec les Français ? »

Elle lui fit un doux sourire avant de se redresser récupérant son balai et sa batte. Elle n’allait pas tarder à mettre le pied à l’étrier à présent.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Ven 6 Oct - 23:01


Under Pressure
9 JUILLET 2000
Heureusement qu’Ollie était là pour lui redonner le sourire. C’était une force vraiment positive dans sa vie, lui qui n’avait pas vraiment de famille à qui parler (sa sœur étant la seule exception, mais en tant que médicomage urgentiste et mère de famille, elle avait peu de temps à lui consacrer), et peu d’amis à Atlantis, venant d’arriver il n’y avait qu’un peu plus de deux mois. Il avait Jude, bien sûr, mais leur relation était toute neuve, et il ne l’avait pas revu depuis leur sortie à balais, lui qui avait été extrêmement occupé. Il considérait Ollie un peu comme sa petite sœur, qu’il devait protéger mais aussi avec qui il pouvait faire les 400 coups : en plus, c’était vraiment une batteuse de talent, jeune, un peu verte, mais qui avait une belle carrière devant elle.

Pendant qu’ils s’étiraient, ils échangeaient plaisanteries sur plaisanteries, profitant qu’Andreas et sa mauvaise humeur ne soit pas encore dans les parages.

« -Voyons, si on en croit les journaux, la seule personne qui a grâce à mes yeux en ce moment, c’est toi. Il paraitrait même que nous prévoyions de nous marier en janvier. Ses commentaires, s’ils étaient dit sur le ton de l’humour, restaient acerbes : ils détestaient lorsque les médias parlaient de sa vie personnelle. Mais qu’est-ce que ça peut leur faire, franchement ? Et puis, si ça se trouve, qui sait, je suis secrètement gay et personne ne le sait hein ?

Le rire qui s’ensuivit était beaucoup trop exagéré, même s’il ne s’en rendait pas compte : heureusement qu’Ollie n’était pas une journaliste, car n’importe qui aurait suspecté baleine sous gravillon. Sa stratégie était de masquer les rumeurs qui couraient déjà sur sa prétendue homosexualité (rumeurs qui étaient au final, plutôt fondées) par un humour très forcé… mais le problème avec ce plan, c’est qu’il était très mauvais comédien. Quelqu’un devrait vraiment lui dire d’arrêter, avant qu’il n’essaie cette stratégie sur la mauvaise personne.

Pendant qu’il enfourchait son balai, une petite merveille déniché il y a peu Milo’s Magical Sports Supplies et qui lui avait été fait spécialement sur mesure, la rousse commença à lui poser, comme à son habitude, une question sur la demi-finale qui approchait.

-Ça se passe super ! J’ai parlé de toi à Marc d’ailleurs, il veut absolument qu’on prenne un verre tous ensemble un de ces quatre. Je ne sais pas comment il fait pour tenir sur un balai avec le nombre de bières qu’il s’enfile chaque jours… sans parler de la charcuterie. Il paraît qu’il fait sécher son propre jambon.

Il s’éleva doucement dans les airs, accompagné de la jeune fille. La sensation de vitesse le prit tout de suite de plein fouet, le coefficient d’insertion dans l’air de son Ecu de Sobieski modifié étant bien supérieur à la normale. Il cria un peu fort, afin qu’Ollie l’entende en vol.

-Je te le dis, Ollie, je dois absolument t’emmener dans la boutique où j’ai trouvé mon balai. Non seulement le type est un génie mais il est hyper sympa. Vous vous entendriez bien, je suis sûr. Il se gratta la tête, une idée germant dans son esprit. Je sais, je devrais lui donner ton contact, vous feriez un couple tellement mignon tous les deux !

Après quelques tours autour du stade pour se dégourdir les pattes, Sebastian proposa à Ollie de lui lancer des cognards d’entrainement, afin qu’elle améliore son lancer, et lui son esquive. C’était bien pratique d’occuper des postes différents, mais assez complémentaires.

-Et rappelle toi : je suis beaucoup trop beau pour qu’on m’abîme le visage », s’écria-t-il en rigolant.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Dim 8 Oct - 22:27



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Les journaux commençaient à lui briser les ovaires. Un soupire amusé s’échappa de ses lèvres, c’était devenu une habitude. Ses yeux parcouraient les pages de la gazette le matin, elle tombait parfois sur son nom, toujours associé à celui de Seb. C’était presque rageant dans un sens et elle le comprenait parfaitement. Se concentrer sur sa vie privée alors qu’il avait une vie professionnelle formidable, c’était d’une stupidité effarante. « Et en page 8, TOP 10 des idées qu’ils ont eut pour leur lune de miel ... » Ironisa t’elle. Elle ne comprenait pas vraiment l’intérêt des gens pour leur vie privée. Sebastian était quelqu’un d’adorable et talentueux, il ne méritait pas ça. Elle n’osait pas imaginer ce que c’était de vivre ça. Mais peut être qu’un jour elle le subirait de la même façon que lui : pour l’instant, elle n’était qu’un pion.

Elle haussa les épaules. « Je ne comprends pas non plus ... » Elle lui fit un petit sourire avant d’enfourcher son balai. Elle l’avait eu il y a quelques années, une seconde main, mais en extrêmement bon état qui lui avait été offert par sa famille. Il n’était pas aussi puissant que celui de Seb, mais il avait une bonne stabilité qui lui permettait de pouvoir donner de la forcer et des effets à ses cognards, c’était non négligeable à ses yeux. Elle lui fit les gros yeux. « Je voulais juste un autographe à la base Seb. » Et c’était pour une bonne raison, elle allait probablement balbutier et être incapable d’aligner deux mots d’Anglais face au géant qu’était Pujol. Un sourire timide étira ses lèvres, elle buvait peur, occasionnellement. De toute façon, l’alcool et sa personne ne faisaient pas bon ménage, un ou deux verres et les drames commençaient à pointer le bout de leur nez.

Batte à la main, son talon frappa le sol pour faire décoller sa bête et d’une main tranquille le dirigea vers les hauteurs, essayant de ne pas trop se retrouver distancer par son coéquipier. Elle lui fit un sourire, elle n’avait pas encore économisé assez pour s’acheter un nouveau balai. Ceci dit, elle n’eut pas le temps de lui répondre qu’il enchaînait déjà, déstabilisé par ses paroles, sa batte lui glissa des mains et elle piqua rapidement vers le sol pour la récupérer avant qu’elle ne finisse dans le sable. « SEB ! » Son rire fut plus semblable à du malaise que de la joie. « En vrai, je serais ravie de voir ses balais, je verrais plus tard pour lui en prendre un, peut-être. » Ses épaules se soulevèrent légèrement. « Et à vrai dire… J’ai… euh. Des questions à te poser sur la gente masculine. Justement. » Elle ne pouvait plus faire demi-tour maintenant. Elle lui en parlerait en fin de séance, enfin. C’est ce qu’elle pensait et ces dans cette optique-là qu’elle acquiesça quand il lui proposa quelques cognards d’entraînement.

« Mr O’Connor, vous êtes irrécupérable. » Le cognard ne tarda pas à foncer dans les airs et en appuie sur ses jambes, poussant le balai à aller vers l’avant pour aller à la rencontre du danger aérien. Lâchant son manche, elle tapa de plein fouet la balle qui fonça droit vers Sebastian. En attendant qu’il l’évite, elle commença à entamer un tour pour le prendre à revers la prochaine fois.
CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Mer 11 Oct - 19:07


Under Pressure
9 JUILLET 2000
S’entrainer avec Ollie était un réel plaisir. Elle était vraiment douée, et il n’avait aucun doute de la retrouver, dans quelques années, dans le circuit international. Bien sûr, jouer contre une adversaire redoutable entrainait moins de chance de victoire pour l’Irlande, mais il avait l’esprit sportif et cela ne lui serait jamais venu à l’idée d’essayer de lui mettre des bâtons dans les roues ou de mettre en péril leur amitié, au contraire. Après tout, certains de ses meilleurs amis étaient dans des équipes adverses, et il savait faire la part des choses entre le combat qu’il pouvait mener sur le terrain, et la vraie vie. Mieux, il était fier de connaître tant de gens si talentueux et faisait tout pour qu’ils évoluent au mieux de leurs capacités, tant pis s’il venait à perdre contre eux.

Il rigola doucement lorsqu’il vit que la rousse avait perdu sa batte, lorsqu’il avait mentionné Milo. Elle était tellement timide et innocente, qu’elle n’avait même pas compris qu’il n’était pas vraiment sérieux, même si c’était vrai qu’ils feraient un beau couple, elle tellement jolie et mignonne, lui si grand et séduisant : cela ne pourrait donner que de magnifiques bébés. Mais Sebastian n’était pas du genre à jouer les entremetteurs pour des personnes non consentantes, et il savait que ni elle, ni le vendeur de balais, ne seraient vraiment confortables à l’idée de laisser quelqu’un planifier ainsi leurs vies amoureuses.

« -Je t’y emmènerai, tu choisiras le balai que tu veux, et je te l’offrirai pour Noël. Ou pour ton anniversaire. Ou pour ton non-anniversaire. En vrai, pas besoin d’occasions, ça me fait plaisir et en plus, ça servira l’équipe.

Il disait ça sans arrière pensée aucune, et c’était déjà acté, acquis dans sa tête, même si la connaissant, elle allait probablement protester. Il aimait faire plaisir aux gens qu’il aimait, avait peu de proches qui comptaient réellement, et avait la chance d’avoir les moyens de faire des cadeaux extravagants : pourquoi s’en priver ?
Son attention fut tout de suite happée lorsqu’elle lui lâcha la bombe. Des questions à lui poser sur la gente masculine ? Est-ce que c’était toujours Ollie Debenham à qui il parlait ?

-Qui êtes-vous et qu’avez vous fait d’Ollie ? dit-il en rigolant.

Cependant, il reprit bien vite son sérieux. Pour que la rouquine prenne son courage à deux mains pour lui parler de ça, c’est que ça devait être important pour elle, et il ne voulait surtout pas sembler condescendant, ou pire : tout ce qu’il voulait, c’était aider au maximum son amie.

-Pas de soucis, j’essayerai de fermer ma grande bouche, pour une fois, et d’ouvrir mes deux oreilles, et, en tant que représentant de l’espèce mâle, t’apporter toute l’aide que je peux.

Il entendit le soufflement caractéristique d’un cognard, et comprit que la sorcière avait commencé à le mitrailler. Il effectua une manœuvre du paresseux, nommé ainsi car, pour éviter la balle ensorcelée, il roula sur son balai de sorte à se retrouver à l’envers, retenu seulement par ses pieds et ses mains. S’il était facile de se mettre dans cette position, les amateurs avaient tendance à l’éviter car, pour se remettre en position, il fallait avoir beaucoup d’abdominaux et de force dans les jambes. Sebastian, lui, reprit sa place en quelques secondes seulement. Il rigola de la remarque d’Ollie.

-Je prend ça comme un compliment ! Mais vas-y plus fort, là, t’as cru que j’étais en sucre ? »

Il était volontairement arrogant, sachant pertinemment qu’Ollie se prendrait au jeu, d’autant plus qu’elle connaissait le niveau de Sebastian et qu’il faisait ça pour, qu’elle aussi, elle atteigne son plein potentiel. L’exercice était facile pour lui, habitué à devoir éviter des cognards tout en devant s’occuper de mettre le plus de buts possibles en récupérant le Souaffle, et de plus, les cognards d’entrainements étaient moins rapides et féroces que les véritables balles. Alors, il ne fallait surtout pas qu’elle hésite à redoubler d’imagination, pour au moins réussir à l’effleurer.

Il vit qu’elle commença à tourner autour de lui, un peu comme un prédateur autour de sa proie, et, tout sourire, il fit mine de ne rien remarquer, pour voir comment elle allait réagir. Les autres joueurs n’allaient pas tarder à arriver sur le terrain, et il voulait leur offrir un beau spectacle.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Dim 29 Oct - 0:05



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Sa langue claqua sur son palais à l’entente de la promesse du joueur. C’était hors de question qu’il lui offre un tel cadeau. Sa grand-mère lui avait appris le prix des bonnes choses et à ses yeux, ce genre de présent était bien trop précieux. Son balai actuel était très bien : certes, elle aurait pu avoir mieux… Mais à l’heure actuelle, elle se contentait du bien. C’était peut-être stupide de sa part, elle savait qu’il avait une carrière fleurissante qui lui permettait de lui offrir un tel bijou de technologie… Mais ça n’enlevait au rien au fait qu’elle refusait qu’il le fasse. « C’est mort Seb. Tu te sers de l’équipe comme excuse. Mon balai va très bien comme ça. » Elle lui fit un petit sourire. Son attention la touchait, vraiment. Mais sa raison, son éducation, la forçait à ne pas accepter son offre.

Le vent qui fouettait son visage avait déjà rougi ses joues, mais elle baissa les yeux en se mordant les lèvres. Sa discrétion habituelle contrastait avec ses propos, mais pour le coup, avoir son avis lui semblait indispensable. Parce que c’était tout un monde inconnu, qu’elle abordait sûrement beaucoup trop naïvement, et avoir un point de vu extérieur pouvait lui être indispensable. Elle lui fit un petit sourire timide. « Merci Seb. »

Elle repartait dans le jeu, commençant à le contourner soigneusement, tranquillement, la batte sur l’épaule. Il la narguait, un sourire amusé, elle continua tranquillement de tourner autour de lui, lui balançant le cagnard d’une façon très classique. C’était juste un échauffement pour elle, elle savait très bien qu’il les éviterait tous. Du moins sans trop de problèmes, c’était une évidence.

« Je te ménage, tu commences à prendre de l’âge. » Fit-elle le regard amusé. Il était légèrement plus vieux qu’elle et elle ne ratait pas une occasion de lui rappeler. C’était devenue sa petite habitude et puis il la cherchait un peu aussi, elle était obligée de réagir.

Et puis d’un coup, elle se pencha sur son balai, pris de la vitesse tout en piquant sous le jeune homme, essayant de prédire ses mouvements, gardant un œil sur lui, l’autre sur le cognard qui arrivait à pleine balle. Elle dévia sa trajectoire au dernier moment, remontant son manche aussi souplement qu’elle le put d’une main vers la droite. Elle était quasiment en retrait derrière lui à présent. Le cognard arriva vers elle à pleine vitesse, elle fit pivoter la batte dans ses mains, donnant un effet au cognard qui au lieu de décrire une trajectoire droite, ou plus ou moins courbes, pris un gros virage pour arriver sur la droite du jeune homme, légèrement par en dessous.

« Allez Papi ! C’est bien beau d’avoir un beau balai, si on ne sait pas manier le manche, ça sert à pas-grand-chose. » S’amusa t’elle en maniant sa batte. Ils pouvaient être deux à jouer à ce jeu-là, elle s’y prêtait bien en tout cas. Oh, mais elle savait qu’il ne ferait qu’une bouchée d’elle. Elle s’éleva dans les airs rapidement, bouclant dans un looping revenant à pleine vitesse sur le jeune homme. Les collisions ne lui faisaient pas peur. Armée de sa batte, elle attendit le moment fatidique pour cogner la balle et l’envoyer en arrière vers la queue de son balais, filant ensuite dans les airs.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Lun 30 Oct - 18:08


Under Pressure
9 JUILLET 2000
Ollie savait ce que ferait réagir Sebastian : son âge. A 29 ans, il avait encore de belles et longues années de carrière devant lui, mais il ne pouvait s’empêcher de redouter le moment où il devrait stopper son métier parce que son corps l’empêcherait de performer à son maximum. Le Quidditch était toute sa vie depuis si longtemps, qu’il n’arrivait pas à imaginer un monde où il ne serait pas sur un balai, en train de marquer des buts. Il pensait que son métier, en quelque sorte, le définissait. Les piques de la batteuse étaient amicales et joueuses, il le savait, mais il ne pouvait s’empêcher de redoubler d’effort pour prouver qu’il n’était pas encore un tas de vieux os.

Alors lorsqu’elle lui lança un cognard avec effet, qu’il évita sans grand effort, et qu’il vit son amie faire un looping et foncer sur lui, prévoyant probablement de l’éviter au dernier moment afin de le déstabiliser et utiliser sa batte pour réussir à le toucher, il fit un petit sourire : celui qu’il faisait toujours lorsqu’il s’apprêtait à faire quelque chose de stupide et de terriblement dangereux. Tout se passa en une fraction de seconde. Ses mains poussèrent le manche de son balai vers le bas, comme s’il allait descendre en chandelle pour éviter la rouquine. Mais cela aurait été bien trop simple, pas assez impressionnant. Son amour des cabrioles et des cascades était connu de tous, pour le plus grand plaisir des journalistes sportifs et des amoureux du Quidditch spectacle, au grand damn de ses entraineurs et, en général, des gens qui pouvaient avoir peur pour sa vie. On pouvait ressouder facilement des os, surtout avec les potions des médicomages et le mélange avec la technologie moldue, mais le handicap, en cas de chute trop importante, pouvait être irréversible, et ça, c’était seulement dans le cas s’il s’en sortait en vie…

Mais après tout, les Gryffondors n’étaient pas connus pour réfléchir avant d’agir. Alors que son balai descendait, lui se propulsa vers le haut en se servant des câles de ses pieds, faisant un salto avant et passant au dessus de la rouquine. Une fois l’impulsion passée, il tomba en chute libre, à une dizaine de mètres du sol. Il pouvait entendre le vent siffler à ses oreilles et même Andreas, son coach, crier au loin. Mais il avait toujours son sourire plaqué sur le visage. Pratiquement au moment où il allait s’écraser au sol, son balai passa entre ses jambes et il repartit immédiatement dans les airs : il avait parfaitement calculé son coup. Il n’avait pas été question de calcul d’angle ou de trajectoire dans sa tête, simplement la force de l’habitude et de l’expérience, et une bonne dose d’inconscience du danger. Il se permit même, après avoir reprit un peu d’altitude, de refaire un looping très serré, sans raison aucune, pour le simple plaisir d’amuser la galerie.

Les joueurs de l’équipe, sur le terrain, l’applaudissaient, pour la plupart. Les autres étaient blancs de peur, comme s’ils avaient cru que la dernière heure du poursuiveur était arrivé. Après une dernière boucle, il posa les pieds sur le terrain, près de ses camarades, en attendant qu’Ollie en fasse de même. Elle serait probablement un peu fâché contre lui, mais il était quand même très fier de lui. Il pouvait voir Andreas le regarder d’un air mauvais, sans qu’il ne fasse de commentaire.

Lorsque la rouquine le rejoignit, il avait toujours ce petit air supérieur sur le visage, comme s’il lui disait « on me cherche, on me trouve ». Ses cheveux étaient ébouriffés par la vitesse, renforçant l’insolence de son sourire.

« -Alors, pas mal pour un ancêtre, pas vrai ? »

Il venait de risquer sa vie et sa carrière pour étaler ses compétences à la face de quelqu’un qui ne lui voulait rien d’autre que de la bienveillance. Sebastian O’Connor, messieurs dames. Peut-être qu’il avait 29 ans, mais en tout cas, il avait environ 13 ans d’âge mental.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Sam 25 Nov - 0:30



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Elle savait pourtant que Seb était un ancien gryffondor. Et que les Gryffondors étaient parfois des êtres stupides, capable du pire, juste pour prouver qu’ils avaient raison. C’était un problème : elle n’avait jamais compris pourquoi ils avaient mis toutes les têtes brûlées au même endroit, c’était un bordel monstre de les gérer à Poudlard. Elle avait complètement hormis ce fait. Ses paroles avaient dépassé ses pensées et évidemment, la réaction du joueur fut à la hauteur de tout ce qu’elle avait pu craindre.

Son balai filait dans les airs, tout était prévu pour que le cognard termine sa course dans la brosse de son coéquipier. Histoire de le déstabiliser, en tout cas, c’était ce qu’elle espérait. Le but du jeu était d’éviter le joueur au dernier moment pour frapper de sa batte la balle maudite légèrement vers l’arrière, au dernier moment. Mais ce ne fut pas lui qui fut déstabilisé : c’était elle. À partir du moment ou un coéquipier s’envoyait littéralement en l’air au-dessus de vous, c’était assez déroutant

Elle avait vu le balai filait vers le bas, elle avait frappé le cognard, mais trop tard, il était parti dans les choux. Son coup était raté, et a présent, elle voyait sa vie défiler devant ses yeux. Le vent sifflait dans ses oreilles, mais elle ne faisait plus attention à son environnement, ses yeux étaient perdues sur la silhouette du joueur qui d’un instant à l’autre allait s’écraser sur le sol. Elle était paralysée par la peur, le balai stoppé dans les airs. Elle avait freiné brusquement en voyant Seb foncer vers une mort certaine, l’horreur inscrit sur son visage.

Mais il se rattrapa. À la dernière minute certes, mais il se rattrapa. Ollie avait relâché un souffle de soulagement. Le sol sous ses pieds lui fit un bien fou et elle se dirigea vers l’attroupement qu’avait créé Seb. Oh oui, il pouvait être fier le con. Fier de lui avoir fait frôler la crise cardiaque ! Elle lâcha sa batte au sol et frappa d’un coup-de-poing le torse de Seb. « TU NE FAIS PLUS JAMAIS CA SEBASTIAN O’CONNOR !! » Elle avait les larmes aux yeux, de rage et de tristesse. Une chance pour lui, elle avait abandonné sa batte, sinon elle l’aurait probablement frappé avec. « Tu aurais pu te tuer !! » Elle frappa une fois de plus son torse. « T’es taré !!! » On pouvait sentir qu’elle était en train de relâcher la pression qu’il avait créé en une dizaine de secondes.

Finalement, elle lui avait tourné le dos, refusant de lâcher une larme pour ses conneries d’acrobaties. Elle avait repris son balai en main, sa batte au sol, et s’était dirigée plus loin sur le terrain. Le cognard était revenu vers le sol et elle l’avait renvoyé dans les airs de rage.

Elle pouvait paraître indécise, mais elle était plutôt perdue dans ses émotions. La rage et la peur formaient une espèce de bouillon au fond de son estomac et la sensation était détestable.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Sam 25 Nov - 22:15


Under Pressure
9 JUILLET 2000
Quand un petit chiot fait une bêtise, il faut rester fort, et droit. Parce que le dit canidé fera une tête absolument adorable, les yeux pleins de larmes, (alors que c’était quand même lui le fautif, à la base), au moment même où on commencera à le disputer. Sebastian n’était peut-être pas un golden retriever, mais cela aurait pu être son animal totem si l’on croyait à ce genre de choses, et présentement, alors qu’Ollie l’engueulait copieusement pour son inconscience (et elle avait bien raison), il ressemblait étrangement à ce même chiot qui essaye d’échapper aux ennuis avec sa petite bouille adorable. En réalité, il s’attendait à ce que son amie soit fâchée, mais pas à une réaction aussi violente. Visiblement, elle avait eu peur, et bien plus que ce qu’il avait calculé.  

« -Mais Ollie j’allais pas mourir… Enfin je veux bien que ce soit un peu dangereux mais…

Un autre coup de poing sur son torse. Il n’avait pas vraiment mal : elle ne retenait pas ses coups, son intention n’était visiblement pas de le blesser, mais il aurait probablement des bleus le lendemain (cette satanée peau d’irlandais avait de toute façon tendance à marquer) à cause de la poigne obstinée de la batteuse. Elle s’éloigna de lui et sut qu’il était allé trop loin, vraiment. Ce foutu caractère de Gryffondor le perdrait tôt ou tard. Sebastian la rejoignit en petite foulée, son petit air de chien battu sur le visage, ses cheveux toujours ébouriffés par sa chute libre. Lorsqu’il atteint son amie, il se mit devant elle, afin de la regarder dans les yeux pour qu’elle comprenne qu’il était sincère.  

-Je suis désolé. C’était stupide de ma part. Faudrait que j’apprenne à réfléchir avant de faire des trucs idiots dans ce genre.

Et il la prit dans ses bras, parce que c’est ce que faisait Sebastian quand ses amis n’allaient pas bien. Il faisait tout ce qu’il était en son pouvoir pour que les larmes se changent en joie, la colère se change en liesse. C’était la chose la plus importante au monde pour lui. Cette étreinte fut bien vite interrompue par Andreas qui signala à l’ensemble des joueurs que l’entrainement allait commencer, et qu’il espérait que tout le monde s’était bien échauffé. L’irlandais lâcha alors à regret la rouquine, espérant qu’il s’était fait pardonner, et dirigea son attention vers l’entraineur.

La séance se passa de manière assez banale. Andreas, comme d’habitude, était dur avec lui, alors qu’il était dans une forme impeccable et qu’il se donnait à 110%, méritant totalement le titre de joueur "star" de l’équipe d’Atlantis, mais il commençait à avoir l’habitude et ne se rebellait même plus. Lorsqu’enfin, les joueurs mirent les pieds au sol après un rapide débriefing sur l’entrainement, Sebastian put enfin se concentrer sur sa petite sœur de cœur, tout en s’essuyant le visage avec une serviette pour éponger sa sueur.

-On est en forme Debenham, à ce que je vois ! Super lancers aujourd’hui, complimenta Sebastian, avec sincérité. Il prit une gorgée d’eau, avant de se rappeler, visiblement, de leur conversation précédente. Oh mais avec tout ça, j’avais totalement zappé ! De quoi tu voulais me parler tout à l’heure, sur les garçons ? »

C’était suffisamment rare pour Ollie de parler de ce genre de chose : à vrai dire, c’était la première fois qu’il entendait la rousse évoquer la gente masculine, et il s’était demandé plusieurs fois si elle n’était pas attirée par les filles. Mais après tout, qui était-il pour juger, alors qu’il lui cachait lui-même sa véritable orientation sexuelle ? Toujours était-il qu’il était ravi de voir que la batteuse lui faisait confiance pour parler de ce genre de choses, et il était prêt à l’aider du mieux qu’il le pouvait. Et puis, après tout, il était bien mieux placé qu’un hétéro pour comprendre les problèmes de mecs…

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Dim 24 Déc - 11:23



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Avec toute la volonté du monde, elle n’aurait jamais pu lui en vouloir bien longtemps. Ollie n’était pas connue pour être rancunière, et ce n’étaient sûrement pas les cascades du poursuiveur qui allait la faire changer. À peine quelques pas après avoir récupéré son balai, elle sentie la présence du joueur derrière elle et ses barrières s’affaisser, déjà. Rien ne pouvait contrer l’air de chien battu de Sebastian à cet instant. Si bien qu’elle accepta avec plaisir ses excuses, mais surtout son calin, qui avec un balai et une batte était devenu bien maladroit. De façon étonnante, elle avait toujours associé Sebastian à un chien, pas dans le sens péjoratif du terme évidemment, mais sa loyauté et sa volonté à faire le bien autour de lui, lui rappelait sans équivoque l'image qu'elle se faisait des compagnons canins. Après tout, on parlait d'un animal qui de sa hauteur voit constamment le double menton de ses maîtres, mais les aime de façon démesuré malgré cela, tout n'était qu'une question de point de vue. Dans tous les cas, elle était certaines que Seb aurait fait un parfait poufsouffle à Poudlard, s'il n'avait pas eu la mauvaise manie de risquer sa vie pour la beauté du spectacle.

Bientôt, l'affaire fut oubliée et les deux comparses s'élancèrent dans les airs sous la demande de leur coach. Elle appréciait Andreas, c'était vrai, mais cette manie de les renvoyer dans les cordes lui donnait parfois des envies de meurtres. Avoir du sang sur les mains n'étant pas une option, elle prenait sur elle et donnait le maximum durant les entraînements. Ils mirent bientôt pied au sol et retrouver le plancher des vaches avait quelque chose d'étrange après avoir passé tant de temps les pieds dans les airs. Il y avait quelque chose dans le quidditch et le vol en général qui lui faisait perdre ses repères les plus instinctifs. Épuisée, le souffle encore court, les joues rosies et les cheveux en bataille elle redescendait doucement sur terre. Si elle avait expérimenté les relations charnelles, elle se serait rendu compte qu'elle prenait presque autant son pied à voler, et qu'elle en partageait les mêmes symptômes, voilà qui était une remarque amusante.

"On en parle de ton talent inné à esquiver tout les cognards aussi ? Sois gentil fait au moins semblant d'avoir de la difficulté !
" Un franc rire était sorti de ses lèvres. Seb était vraiment bon dans ce qu'il disait et elle avait beau essayé de se montrer originale ses cognards atteignaient bien trop rarement leur cible. Son rire s'effaça pourtant bientôt et elle bu quelques gorgées d'eau à son tour. "C'est .... Compliqué." Tout était compliqué à ses yeux, surtout quand cela concernait les relations. Ses yeux se baissèrent et elle essuya la transpiration de sa nuque, l'effort étant passé, son corps essayait de se débarrasser de tout le surplus qu'il n'avait pu utiliser. Elle reprit en réfléchissant un peu. " Imaginons, de façon tout à fait hypothétique bien sûr, qu'un mec me plaît..." L'hypothèse toujours l'hypothèse "comment je suis censé savoir que je lui plais aussi ? Comment je .... Dois m'y prendre ?" Ollie était une personne assez cartésienne et elle savait rarement comment s'y prendre avec les gens. Ses relations avec la gente masculine était systématique, la fuite inévitable. Mais elle voulait changer, avoir confiance. Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête et elle ne savait pas vraiment comment les formuler. Son regard était rempli d'incompréhension et de peur, elle espérait de tout cœur qu'il pourrait l'aider ne serais ce qu'un peu pour remettre de l'ordre dans son esprit

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Mer 27 Déc - 23:24


Under Pressure
9 JUILLET 2000
Seul un petit rire, un peu arrogant il fallait l’avouer, franchit les lèvres de Sebastian face aux compliments de sa coéquipière. Il avait mis des années pour réussir à entretenir l’illusion que toutes ses figures et acrobaties étaient élémentaires (d’ailleurs, le joueur avait reçu bon nombre de hiboux de parents leur disant qu’à cause de lui, leurs enfants s’étaient brisés des membres en essayant de reproduire ses cascades), et il savait qu’en ne lâchant aucun lest pour la joueuse, elle pourrait un jour parvenir à son niveau, voir même le dépasser. Plus il mettrait la barre haute, plus la rage de l’atteindre à son tour serait grande : et vu le travail qu’elle effectuait chaque jour, l’irlandais n’avait aucun doute qu’elle irait loin.

Son humeur nonchalante s’effaça bien vite, cependant, devant l’attitude crispée, même un peu paniquée de la rouquine. C’était la première fois qu’ils avaient une conversation de ce genre, et savait qu’il ne devait pas prendre ses mots à la légère. Même s’il agissait la plupart du temps comme un grand enfant et se savait franchement immature sur de nombreux points, il avait quand même sept ans de plus que son amie et probablement bien plus d’expérience dans les histoires amoureuses (bien qu’il était loin d’être le Don Juan que les médias pensaient, la discrétion de son orientation sexuelle étant bien souvent un problème pour ses relations). Un air sérieux sur le visage, qui semblait totalement en décalage avec ses joues rosies par l’effort et ses cheveux blonds ébouriffés, il calcula savamment sa réponse.

« -C’est jamais facile de savoir, c’est sûr… On reste toujours dans l’expectative, avant que quelqu’un se décide enfin à faire le premier pas. Y’a pas de recettes miracles, malheureusement. Certains te diront qu’ils ont vu une étincelle dans les yeux de l’autre… Mais je crois pas à ces conneries, perso. A un moment, t’es pas Legilimens, faut prendre son courage à deux mains et y aller. Ouais, tu risques de te ridiculiser complet si l’autre est pas intéressé, mais est-ce que la possibilité que l’attirance soit réciproque ne vaut pas le coup de prendre ce risque ? Je pense que oui. Mais encore une fois, ce n’est que mon avis.

Il n’était pas un Gryffondor pour rien, après tout. Il préférait mettre les pieds dans le plat plutôt que les non-dits, détestait les manipulations et les chemins détournés. Certes, il n’avait pas vécu une tonne de relations, mais ses expériences avaient toujours été sincères : lorsqu’elles étaient purement sexuelles, il n’y avait eu aucune ambiguïté, et lorsque c’était plus, il avait toujours donné son cœur à 100%.

-Mais de toute façon meuf, t’es hyper belle donc t’as pas trop de soucis à te faire, celui qui te rejetterais serait aveugle ou taré, y’a pas d’autres solutions, dit-il comme s’il s’agissait d’une évidence (et ça l’était probablement pour tout le monde, à part Ollie).

Les joueurs commençaient à quitter le terrain, puisque l’entrainement était fini, et Sebastian faisait des signes de la main à ses coéquipiers pour leur dire au revoir, tandis qu’il rangeait sa serviette dans son sac de sport aux couleurs de l’équipe nationale d’Irlande. Sa voix était basse, il n’avait pas vraiment envie qu’un de ses camarades vienne mettre le nez dans cette conversation privée, pour ne pas trop mettre mal à l’aise son amie.

-Lorsque j’ai rencontré la personne que je vois en ce moment, je n’y suis pas allé par quatre chemins. Je l’ai vu, j’ai craqué devant son sourire, je suis allé la voir, y’a eu une sombre histoire de pizza à l’ananas que je passerai sous silence, et puis… ça s’est fait naturellement en fait.

L’irlandais sourit à la rouquine. Ses paroles pouvaient sembler un peu facile, mais c’était pourtant la vérité, bien qu’il omettait volontairement certains détails un peu trop personnels. Et rien que de parler de Jude, même s’il devait taire son nom, il pouvait sentir son cœur battre et son visage s’éclairer. Ollie méritait d’être aussi heureuse qu’il l’était au côté de son brun.

-Le seul véritable conseil que je peux te donner, c’est de rester toi-même. Ne change pour personne, parce qu’après, c’est fonder tout le début de la relation sur des mensonges, du coup, ça rend le truc vraiment pas sain. Et puis si le mec t’acceptes pas pour ce que t’es… C’est un enfoiré parce que même si t’es une petite tête, t’es une petite tête parfaite.

Il conclu sa diatribe sur un éclat de rire. Oui, il en faisait un peu trop, mais quand est-ce que Sebastian O’Connor faisait dans la demi-mesure ? Il se donnait toujours corps et âme dans ce qu’il décidait de faire, que ce soit en Quidditch, avec Jude, ou même une banale conversation avec sa petite sœur d’adoption.

-Faut que j’aille prendre une douche, je pue, dit-il, naturel au possible. Mais tu veux qu’on mange ensemble, qu’on continue d’en parler ? Tu viens chez moi, tu sais que ma porte t’es toujours ouverte. »

HRP:
 

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Lun 1 Jan - 22:03



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
Si elle devait remercier Sebastian de tout ce qu’il avait pu lui apporter, la liste serait probablement très longue. En quelques mois, il était devenu indispensable à son quotidien, sa vie sans lui serait bien morne. Elle l’écouta attentivement, hochant la tête, réagissant à ses propos par quelques rires et sourires, essayant de tout assimiler. Ses réponses la rendaient perplexe : elle était contente d’en avoir, mais définitivement pas rassurée. Faire le premier pas,…. Un frisson lui parcourut la colonne à l’idée même de la chose, c’était terrifiant.

À sa remarque sur sa potentielle beauté, ses yeux roulèrent vers le ciel, un petit sourire accroché aux lèvres. Il était adorable, vraiment, mais Ollie ne se trouvait pas spécialement jolie, encore moins un minimum attirante. C’était bien pour cela qu’elle planquait son corps sous des couches de vêtements. L’été, c’était plus compliqué, oui, mais rien qu’un t-shirt bien trop grand ne puisse dissimuler. Elle le laissa cependant dire, décidant de faire fi de ses commentaires.

Mais sa curiosité fut attisée. Il y avait donc bien quelqu’un dans la vie de Seb… Il ne lui en avait pas vraiment parlé, elle était curieuse de savoir qui. Évidemment, il gardait tout cela secret, elle ne pouvait pas lui en vouloir : leur vie privée était bien trop précieuse, la conserver était tellement compliqué… Et vu le nombre d’années qu’il avait déjà dans les jambes avec les médias, elle savait qu’il voulait garder un peu de son jardin secret. Elle ne put s’empêcher cependant, de le taquiner un peu. « Tu en as trop dit, cette personne accepte l’ananas sur les pizzas ? » Elle avait pris un air mi-choqué, mi étonné. Si c’était le cas, leur relation était compromise. CLAIREMENT. « Tu me la présenteras ? Un jour ? » Elle était plus sérieuse, plus douce. Elle ne voulait pas le forcer à quoi que ce soit, parce qu’après tout, ce n’étaient pas vraiment ses affaires.

Elle eut un sourire. « Je t’aurais bien fait un câlin pour te remercier, mais… Merci Seb...» Elle secoua son t-shirt un peu trop grand qui lui aussi commencé à sentir la mort. Ella acquiesça les propos du jeune homme, elle aurait sûrement des questions qui viendraient quand elle serait sous la douche à réfléchir à tous les choix stupides qu’elle avait pu faire ses derniers temps. « On se retrouve après alors ? »

Elle était partie dans le vestiaire côté fille, rejoignant les dernières de l’équipe qui traînait là. Elle se prélassa sous la douche quelques minutes. L’eau tombait sur ses muscles, sa nuque se relâcha et la tension coula tout le long de son corps. C’était abandonné tous ses petits problèmes-là. Elle ne tarda pas à sortir, revêtant une tenue plus « civile » avant de sortir du stade , le sac sur l’épaule. Elle retourna vers Seb. « On passe chercher à manger ou on fait à manger ? » Certaines craintes avaient brutalement remonté, des souvenirs douloureux qu’elle avait eu sur ses dernières années, elle sentait le besoin de se confier sur le sujet. Peut-être aujourd’hui, peut être demain, peut être dans dix jours, elle ne savait pas vraiment.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Mar 2 Jan - 22:51


Under Pressure
9 JUILLET 2000
Il en avait peut-être un peu trop dit. Sebastian aurait du se douter que parler de la personne qui partageait sa vie entrainerait forcément des questions, qui étaient somme toutes légitimes, mais auxquelles l’irlandais ne savait pas répondre. Il pensait pouvoir faire confiance à Ollie : cela faisait certes peu de temps qu’ils se connaissaient, quelques mois, mais un lien très fort s’était créé entre eux et il était à peu près sûr qu’elle n’était ni homophobe, ni une de ces personnes qui iraient tout raconter à la presse pour un peu d’argent ou de gloire. Et pourtant, il se retenait, encore et toujours. Car il n’avait jamais fait de coming out, pas vraiment en tout cas : sa famille ne savait pas, ses amis non plus. Les seuls au courant avaient été ses amants de passage, bien peu nombreux, surtout quand on connaissait sa réputation de séducteur dans les médias, et Jude. Personne d’autre ne connaissait la vérité, oh, il y avait des rumeurs, bien sûr, mais rien d’avéré. Et Sebastian ne savait pas du tout si un jour cela changerait… Il préféra donc éviter la question, plutôt que d’y répondre directement.

« -Pour qui tu me prends ? JAMAIS je n’accepterai côtoyer quelqu’un qui met de l’ananas sur sa pizza, j’ai un minimum de goût, quand même. Une hésitation. Que lui dire sinon des fausses promesses ? Une esquive, plutôt. Mais voyons Ollie, tu la connais. Tu sais bien ce que disent les journalistes : nous entretenons une relation torride et nous prévoyons de nous marier aux Bermudes l’année prochaine.

Et il savait bien que cela soulèverait encore plus de questions dans la tête de la rousse, mais que faire d’autre ? Il ne voulait pas lui mentir, pas à elle, qu’il considérait comme une petite sœur adoptive. Il remua ses remords dans sa tête, en se dirigeant vers les vestiaires et en se glissant sous la douche. Sebastian se maudissait de sa couardise. Il était censé venir de Gryffondor, la maison des courageux, et pourtant, il était incapable d’assumer ce qu’il était vraiment ? Enfin, ce n’était pas tout à fait exact. Il assumait aimer les hommes, et ce depuis la puberté : mais il avait si peur de la réaction des autres, lui qui vivait pour les sourires et les applaudissements, qu’il se sentait devenir plus effrayé qu’un enfant dans le noir, lorsqu’il pensait à révéler la vérité.

L’eau sur ses muscles tendus par l’effort fourni durant l’entrainement lui fit le plus grand bien. Il se frotta le crâne avec son shampoing parfumé aux myrtilles, ses pensées voguant entre son rendez-vous volant avec Jude de la veille, la coupe d’Europe qui arrivait à grand pas et toute la pression qui venait avec, et une chanson des Spice Girls qui était irrémédiablement bloquée dans son cerveau. Chantonnant Wannabe en s’essuyant, il songea soudainement à sa famille, qu’il n’avait pas vu depuis plus de 7 ans maintenant. Il avait de temps en temps des nouvelles de sa sœur, bien occupée vu son métier de Médicomage à Ste Mangouste, son mari et ses enfants (d’ailleurs, Sebastian n’avait encore jamais vu ses neveux et ses nièces, car il avait toujours eu un match, un évènement de charité, ou d’autres obligations qui l’empêchait de se rendre à Londres), mais il n’avait aucune idée de ce qu’il advenait de son père, sa belle-mère et son frère, encore moins de son grand-père ou de ses tantes et oncles. Malgré le rejet de sa famille depuis son enfance, il ne pouvait s’empêcher de se sentir coupable de cet éloignement : c’était dans son caractère, il liait bien plus d’amitiés qu’il n’en détruisait. Il enfila un maillot de Quidditch aux couleurs de l’Irlande (c’était, s’il se souvenait bien, celui qu’il avait porté lors des quarts de finale des Championnats d’Europe, il y avait 3 ans), sécha rapidement ses cheveux blonds trempés, et se dirigea enfin vers la sortie. Il voulait se concentrer sur Ollie plutôt que sur ses propres problèmes. C’était plus facile comme ça, de toute façon.

-On va direct chez moi, je vais te faire une ration de riz-dinde dont tu me diras des nouvelles, ironisa-t-il. Il était parfois difficile de suivre leur régime si strict de sportifs de haut niveau, même si ça valait largement le coup. Si on devient même carrément dingue, on peut aussi se faire des brocolis ! »

L’appartement des Salines de Sebastian était assez loin du stade, mais il avait prit l’habitude de faire le trajet tous les jours à pied entre les deux lieux, et il savait que ça ne dérangerait pas Ollie de faire de même : après tout, comme lui, c’était une athlète, et c’était un bon moyen de s’ouvrir l’appétit et de se reposer après l’effort physique qu’ils avaient fournis. Sebastian aurait pu choisir d’habiter à côté du stade, son manager, lorsqu’il avait appris qu’il rejoignait l’équipe d’Atlantis, lui avait sélectionné un logement cosy dans les Tours d’Or Blanc, mais il avait trouvé l’ensemble trop pompeux à son goût : il avait donc choisi un duplex aux Salines, tout aussi luxueux, décoré avec goût par des architectes côtés, mais plus moderne et avec une vue magnifique sur les falaises de Manadh. En plus, il était doté de tout un tas d’appareil moldu que le sorcier n’avait jamais possédé, notamment un frigo et une télévision, et il se demandait maintenant comment il avait fait pour s’en passer toute sa vie.

Il marchait ainsi tranquillement aux côtés d’Ollie, blablatant de tout et de rien. Il savait que leur conversation précédente n’était pas finie, mais la rue n’était pas un lieu propice aux confidences, surtout lorsque n’importe quel passant pouvait être en réalité un journaliste à la recherche d’un scoop à se mettre sous la dent. Il dut s’arrêter deux ou trois fois pour distribuer quelques autographes, mais rien de bien important, et bientôt, ils arrivèrent devant sa maison.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Ollie V. DebenhamSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 21/12/2016 Messages 711 Points d’activité 118
      Pseudo : Marinc
      Avatar : Emma Stone
      Crédits : sawyer (bazzart) & lux aeterna (bazzart)
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis - Faubourg
      Patronus: Un chinchilla
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1187-ollie-v-debenham
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Sam 20 Jan - 0:22



► Stade de quidditch
Under Pressure
BigSeb & Ollie
C'était une promesse : elle n'essayerait pas de savoir qui était l'heureuse élue du cœur de Seb. Elle le laisserait s'ouvrir à elle quand il le voudrait, elle n'allait pas le forcer à quoi que ce soit. Parce que ce n'était d'abord pas son genre, d'abord, mais aussi parce qu'elle respectait ses choix. Même si elle pensait être proche de lui – elle le considérait comme le frère qu'elle n'avait jamais eu – elle pouvait aussi concevoir le fait que ce n'était peut-être pas tout aussi réciproque. Mais ce n'était pas ce qui allait l'abattre.

Elle l'attendit à peine quelques minutes à la sortie du stade, depuis les attentats, la sécurité avait été décuplé. Son sac sur la hanche, elle avait glissé les lunettes de soleil sur son nez : un achat indispensable depuis qu'elle avait rencontré Seb. Ils passèrent la sécurité en se dirigeant vers l'appartement de Seb. Mulligan la suivit de près, elle était partie le rechercher après être sortie des vestiaires. Il était parti au-devant des deux joueurs, ne restant jamais trop éloigné d'eux. Elle avait de la chance, il avait un sacré rappel.

Elle prit un air mi-serieux. « J'en salive d'avance ! Ca fait tellement longtemps que j'en ai pas mangé !!! » Elle eut un rire, ça faisait deux jours seulement. Ils avaient beau mangé varié et équilibré, leurs plats tournaient régulièrement en rond et c'étaient souvent les mêmes choses qui revenaient. Elle ne s'en plaignait pas, ça lui allait. « Des brocolis ? Mais tu es fou. » Elle secoua la tête./ « Franchement, venant de toi, je m'attendais plus à des haricots. Genre... Des brocolis vraiment ? » Leurs discussions allaient bon train tandis qu'ils avançaient dans la ville. Évidemment Seb se fit arrêter par quelques fans et Ollie s'y était fait.

Le berger australien s'était arrêté devant l'immeuble et avait commencer à japper en sautillant sur la porte. Elle suivit Seb jusqu'à l'appartement, prenant l'ascenseur : Mulligan n'avait pas l'habitude de prendre les escaliers vu qu'elle n'en avait pas et elle préférait toujours le prendre à bras quand elle en croisait. D'ailleurs, Mull' semblait beaucoup trop excité. Il savait qu'a chaque fois qu'il venait chez Tonton Seb, il avait le droit à plein de nourriture. Ils entrèrent dans l'appartement et Ollie posa tranquillement ses affaires dans l'entrée en s'étirant un peu.

Son appartement était plus grand que sa propre maison, presque démoralisant. Elle fit attention à ce que Mull' ne grimpe pas dans le canapé, mais il avait plutôt l'air décidé à embêter Seb. Ollie se dirigea vers la cuisine tranquillement, il fallait faire à manger maintenant. Elle avait pleins de choses qui tournaient en tête, mais elle ne savait pas vraiment comment les aborder. Jusque-là, elle avait fait un peu le vide et pourtant à peine avait-elle franchis les portes de l'immeuble, une multitude de doutes l'avait assaillie.

« En fait… J'ai rencontré un gars genre… y'a pas longtemps. Et il m'a invité à un rendez-vous. » Elle avait ouvert le frigo pour sortir ce qu'il fallait à un bon repas, s'occupant un maximum les mains et évitant un peu le regard de Seb. « Et … Beh le mec m'a fait parvenir une tenue... ? » Elle ne savait pas vraiment comment y réagir, il lui avait fait parvenir une robe avec la lettre et elle était restée interdite. Evidemment, elle avait fait d'autres découvertes, mais elle voulait déjà voir un peu la réaction de Seb.

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



_________________
Climb these hills, I'm reaching for the heights
« And even when the answer's "no" or when my money's running low. The dusty broom and wand glow are all I need and it's another day of sun. »

Sebastian M. O'ConnorSorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/06/2017 Messages 668 Points d’activité 24
      Pseudo : Flow
      Avatar : Bradley James
      Crédits : avatar : mwa signature : little wolf
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: S'il pouvait en faire un, un Setter irlandais rouge
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t998-sebastian-m-connor-s-il-y-a-en
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   Dim 21 Jan - 1:53


Under Pressure
9 JUILLET 2000
A marcher tous les deux, les lunettes de soleil sur le nez, Mulligan trottinant en agitant la queue, et discutant légèrement de tout et de rien, pas étonnant que les journaux accusaient Ollie et Sebastian d’être un couple : ils faisaient un beau spectacle, la rousse et le blond, tous les deux bien trop séduisants et gentils par rapport au commun des mortels qui se retournaient sur leur chemin. Effet amplifié par la célébrité de l’irlandais, qui se faisait arrêter pour signer quelques autographes et prendre des photos, d’ailleurs. Mais au final, malgré cette aura presque divine de nos deux compères, ils restaient des gens simples, comme tout le monde : c’était ce que Sebastian pensait en tout cas, alors qu’ils rentraient dans son luxueux appartement des Salines, avec vue impeccable sur la mer déchainée de Manadh, des meubles de designer hors de prix et son mur entier dédié à abriter les coupes et diverses récompenses qu’il avait gagné tout au long de sa carrière de joueur de Quidditch professionnel.

Ollie faisait comme chez elle, et elle avait bien raison : l’irlandais, qui n’avait jamais réellement eu d’amis proches, était plus que réjouis de voir qu’elle avait déjà ses petites habitudes, et qu’elle évoluait chez lui un peu comme elle l’aurait fait chez de la famille. La petite rousse s’était fait une place très importante dans sa vie, sans qu’il ne le prévoit réellement. Sebastian, l’animal social, le mec rieur et solaire qui était toujours au centre de l’attention, avait beaucoup d’amis, mais ils n’étaient rien d’autres que des connaissances. C’était difficile de trier le vrai du faux, lorsque la plupart des gens qui vous abordent sont plus intéressés par votre célébrité que par votre réelle personnalité, et c’était encore plus difficile lorsqu’on doit cacher un secret qui pourrait briser votre carrière, s’il venait à s’ébruiter. Alors de voir que la batteuse était si à l’aise avec lui, et inversement, qu’il pouvait lui faire confiance, ça lui donnait presque envie de lui dire la vérité… Presque. Il n’était pas encore prêt. Peut-être qu’un jour il pourrait s’assumer, et se promener avec Jude main dans la main dans les rues d’Atlantis. Un doux rêve que seul sa couardise l’empêchait d’atteindre. Il était beau, le Gryffondor.

Mais ce n’était le moment ni de rêver, ni de désespérer, de toute façon. Outre le repas à préparer avant de le déguster, il fallait surtout qu’il soit là pour son amie, qui semblait réellement embêtée par ses problèmes avec la gente masculine. Sebastian se concentra. Il ne voulait pas la laisser tomber, et pendant qu’Ollie sortait la nourriture du frigo, il s’occupait à sortir des poêles et de quoi faire cuire et réchauffer les aliments, un air concentré sur le visage, en pleine réflexion. Ainsi donc, elle avait rencontré quelqu’un… La fibre curieuse du poursuiveur le poussait à vouloir poser mille et une questions, à trouver son identité, et à l’inviter à bruncher avec lui afin d’apprendre à connaître ce mystérieux inconnu. Pour son amie, cependant, il se retint. Et puis… son air si hésitant, ses membres quelque peu tremblants alors qu’elle se confiait… L’irlandais sentait que quelque chose clochait. Il ne savait pas quoi, mais il le sentait pas, ce gars. Pas vraiment à cause des paroles de la batteuse, qui pour l’instant en tout cas, n’étaient pas catastrophiques : ce mec semblait un peu de la vieille école, mais bon, peut-être était-il juste un peu maladroit ? Parlons plutôt d’un sixième sens, d’un instinct protecteur fraternel qui le poussait à vouloir protéger sa rouquine préférée.

« -Hum… Bon c’est vrai que c’est un peu étrange, on est plus en 1830 mais… tout dépend de la manière dont il l’a présenté en fait, je pense… Il se gratta la tête, avant d’agiter une poêle exagérément près de sa tête, rieur. C’est pas comme s’il t’avait juste vu deux secondes puis qu’il t’a envoyé ta tenue comme ça, sorti de nulle part, sans te prévenir, ça, ce serait vraiment trop bizarre !

Il brisa quelques œufs dans un petit saladier pendant qu’il commençait à réchauffer le poêlon sur le feu, allumé d’un coup de baguette magique, tout en réfléchissant. Il faisait de l’humour pour essayer de remonter le moral d’Ollie, car il ne voulait surtout pas la mettre mal à l’aise en posant trop de questions. Parce qu’il était vrai que s’il avait fait un truc du genre, n’importe qui aurait fuit en courant, n’est-ce pas ? Il tourna les yeux vers son amie.

-Mais c’est quelle genre de tenue ? Genre il a conscience que t’as voulu venir en jean au mariage de Cole, et qu’heureusement je t’ai fais changer d’avis au dernier moment ?

Il exagérait un peu bien sûr, elle avait simplement voulu venir en pantalon à l’union de leur coéquipier, au plus grand désespoir de Sebastian qui aurait adoré la voir rayonner dans une petite robe cintrée : mais Ollie détestait vraiment les vêtements girly et en particulier les robes, et c’était quelque chose d’assez connu, pas besoin d’être un génie pour le comprendre lorsque la jeune femme était sans cesse affublée de pull bien trop larges et de vêtements extrêmement masculins (en tout cas reconnus comme étant masculins, dans la société). Si l’inconnu avait été assez stupide pour lui envoyer quelque chose de grande classe… Il ne connaissait vraiment pas la batteuse.

-Raconte tout à tonton Seb, ma fille. Que je sache si le gars est un psychopathe et que je doive te faire protéger par une armée de garde du corps, ou s’il est simplement juste pas très à l’aise en société. »

Il déglutit. Son ton était toujours aussi humoristique, bien sûr, mais il y avait un fond de vérité dans ses propos.

_________________


You're the one for me
'Cause I've been waiting for some sort of sign and ll these days it's been there in your eyes. BY PHANTASMAGORIA
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Under Pressure Ft. Ollie Debenham   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le Conseil de presse du Québec pressure un journaliste haitien
» 03. Under pressure
» COMMANDE OLLIE EDWARDS
» « It would be possible to describe everything scientifically, but it would make no sense. It would be without meaning, as if you described a symphony as a variation of wave pressure. » - Colin Newton. - En cours.
» we rule our universe ➺ Olive&Ollie.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Université Paracelse d'Atlantis :: Aile Aérienne :: Stade Sportif-
Sauter vers:  
Désactiver les particules