Bienvenue sur Catharsis

#1Votez
#2Votez
#3Votez
Épidémie de Dragoncelle6 Septembre 2000 L'épidémie de Dragoncelle continue son chemin allant jusqu'à mettre certains lieux en quarantaine magique. On recherche toujours un traitement à l'Hôpital de Sainte Mangouste... LIRE PLUS
Un espoir de cure8 Septembre 2000 Un traitement médicamenteux a été trouvé contre la Dragoncelle et l'Eclabouille qui s'était déclarée dans la Moonrise Gallery. On recherche encore une cure totale. Des grèves pétrolières bloquant les importations ont commencé dans tout le Royaume-Uni... LIRE PLUS
Manifestations pour les droits des êtres magiques et non-magiques15 Septembre 2000 Des manifestations mettent en avant les droits des moldus et des êtres magiques en vue de modifier les lois par le Gouvernement. En parallèle les Jeux Olympiques commencent à Sidney, avec des sportifs mixtes, à la fois moldus et sorciers.... LIRE PLUS

 [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Adrasteia N. RaventhroneSorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Lun 8 Jan - 6:02

You say that I'm paranoid,
but I’m pretty sure the world is out to get me.It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy457 mots
Et demain, les ombres

U
n soulagement semblait faire surface alors que le Biélorusse répondait partiellement à ses dernières questions. Même s’il n’en résultait que du minimum, au moins, il répondait du mieux qu’il pouvait. Elle souffla discrètement, un temps soit peu en réaction aux douches pour ce qui concernait les radiations.

« Vous lui reviendrez vite, je le promets… Je …

Et si le sourire sur les lèvres de l’Auror avait semblé calmer ses frayeurs et amplifié ses espoirs grandissant au gré de cette étrange chaleur que provoquait le retour de ses pouvoirs, il n’en fut question que de très courtes secondes.

Ce petit sourire qui s’était glissé sur ses lèvres s’évanouissait si brusquement alors qu’elle pouvait de ses prunelles, l’un des Slaves s’élancer dans l’invraisemblable idée de tirer sur les vampires alors que l’autre s’évertuait à conduire en remplacement, ouvrant ses paupières à leur maximum dans l’intention de s’objecter à la tactique. À peine, toutefois, avait-elle poussée une plainte que de lourdes masses percutant le véhicule se faisaient entendre de tous les côtés, forçant la sorcière à se replier sur elle-même. Penchant son corps contre ses propres cuisses, la brune avait instinctivement porté ses bras pour en protéger sa tête, déchirant sa gorge de hurlements incontrôlés alors que les bêtes tentaient visiblement de se frayer une ouverture par quelconque moyen.

Puis, comme s’il en résultait de ses dernières forces à tenir le coup, un horrible silence semblait l’assener. Plus de bruit, plus de fracas. Et elle se sentait bien pourtant continuer à s’époumoner, tout comme elle percevait bien les secousses du véhicule et les mouvements aux alentours qui se faisaient si nombreux… Et pourtant, tout était si silencieux, si lent…

Mais en fait, il n’était autrement question que de ses nerfs qui lâchaient prise, n’est-ce pas ? La dernière barrière que ses défenses pouvaient déployer devant l’ultime et énième épreuve qu’elle arrivait à supporter avant de littéralement mourir de peur, n’est-ce pas ? Parce qu’elle était déjà si surmenée, la Nymphe malmenée depuis quelque temps, trop de temps. Parce qu’elle n’arrivait simplement plus à trouver assez de force dans ce petit corps aussi frêle qu’exténué par tant de vésanies que de se déployer à concevoir la vie. Et tandis qu’elle levait une dernière fois les yeux, plus par convulsions que par décision, son cœur sembla se serrer sous la vue de Magritte qui se dissipait en proie aux créatures. Et tandis qu’elle poussait un dernier soupire lasse à ses propres oreilles bloquant les sons extérieurs, la Slave tendit mollement la main pour tenter d’aider la vieille femme avant d’en tomber mollement contre son propre corps.

Puis, plus rien… Enfin le silence d’un calme bien mérité. Puis, le néant… Ce repos qu’elle avait tant souhaité, pour elle et son tout petit bébé.

_________________
Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Narrateuravatar
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mar 16 Jan - 13:40

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres



ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord !


Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP


A l’avant, le Slave au gorgerin conduit comme il le peut, à une main : maladroitement et furieusement. Car la survie du plus grand nombre en dépend. Car il n’a pas le choix. Car le véhicule menace d’être complètement transpercé de part en part sous les coups répétés des créatures albâtres et déformées.

Celui qui tire à une cadence effrénée, en écho aux propres visées de Jonathan, lâche un énième juron. Il se démène, le dénommé Igo. Il nettoie à sa manière. Mais il ne peut pas aider à l’arrière. Pas plus qu’Adrasteia dont la terreur primaire semble prendre le dessus.

Seule la réaction de Jonathan permet de sauver réellement quelqu’un. Juan s’extirpe des bras ballants de leurs assaillants tués pour se réfugier davantage contre le corps d’Adrasteia. Il tremble et pleure, tout en gémissant de cette frayeur propre aux civils malmenés. Mais il est reconnaissant, évidemment. Incommensurablement, à l’égard de celui qui vient tout simplement de lui sauver la vie.

Alors que Magritte est empoignée par plusieurs mains. Mais n’est-ce pas plutôt des griffes ? Elle se débat et hurle, dans ce qui apparaît être une étrange danse carminée : teintant sa proximité d’éclats pourpres. Les doigts crochus et effilés des créatures s’enfoncent dans ses flancs pour l’en tirer davantage vers eux.

Et malgré ses tentatives désespérées, le craquement lugubre qui s’en suit et l’emporte dans les ténèbres de la nuit perdure encore quelques instants dans l’air environnant.

C’est seulement à cet instant que leur conducteur improvisé extirpe – ô combien difficilement – de sa poche son salut. Leur salut. Une grenade qui ne ressemble aucunement à celles présentées ordinairement dans les médias. Elle est différente. Artisanale ? « Fermez les yeux ! Baissez-vous ! » Pas le temps de plus, à l’évidence. Lui-même se baisse et perd la route des yeux quelques minutes, tandis que son bras lance l’explosif par la fenêtre de son collègue et que son pied presse rageusement la pédale de la vitesse.

Quelques secondes s’écoulent. Les monstres diaphanes grondent et s’acharnent. Puis, soudain, c’est un éclat aveuglant. Une lumière si vive et si brûlante que même les yeux fermés, les deux Slaves en perdent quelques larmes. Vous aussi, probablement.

Et le silence. Un petit rire soulagé de Igo qui reprend la conduite du véhicule partiellement éventré – évitant de justesse un arbre qui aurait définitivement neutralisé leur fuite – en direction de la base.

Les minutes s’égrènent dans ce même mutisme. Chacun reprenant son souffle alors qu’un bâtiment armé se dessine devant-eux. Des fortifications militaires et récentes … Prises en assaut par d’autres de ces immondes êtres décharnés. Mais le duo de Slave ne s’y arrête pas : ils foncent et passent un dispositif de lumières UV au niveau de l’entrée.

Ils déboulent et s’arrêtent violemment dans la cour de la base. L’effervescence est partout. Igo échange quelques mots rapides et à peine audibles avec un soldat armé qui l’interpelle, puis il s’extirpe de la voiture en faisant signe aux trois survivants de faire de même.

Le Slave au gorgerin le suit et reprend la parole vers Jonathan, en anglais. « Pas bon. La base est attaquée … Il y a des problèmes. Le sorcier a été blessé et … » Et là, d’une petite voix qui cherche son approbation vers l’Auror et la femme enceinte, le roux répond. « Je… Je-je peu-peux … Aider ? Peut-être ? »


Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Pour le moment, en jeu : il ne reste que Adrasteia, Juan, Jonathan. Vous ne savez pas où sont les autres !

* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 

Jonathan RowleProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/09/2017 Messages 402 Points d’activité 44
      Pseudo : Flow
      Avatar : David Tennant
      Crédits : LE TALENT
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un python royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-es
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Jeu 18 Jan - 16:50


Et demain, les ombres
Aventure du Narrateur - 477 mots
Je pouvais entendre les cris de Magritte résonner dans mes oreilles, hantants, insupportables. Mais ce fut bien pire lorsqu’on ne les entendit plus, car cela ne voulait dire qu’une chose : il n’y avait plus d’espoir d’un quelconque sauvetage. Encore une personne que je n’avais pas pu sauver, une de plus sur la longue liste de toutes les victimes de la Grande Guerre. Encore un échec. Et cela n’aurait probablement pas été le seul de la journée si le conducteur n’avait pas extirpé de son sac cette grenade, et, par réflexe, je me précipitai sur Adra et Juan, me baissant avec eux tout en essayant, au mieux, de les protéger. Le bruit fut insupportable. Je pensais au petit être qui grandissait dans le ventre de la jeune femme, et j’espérais que je n’avais pas été trop brusque, bien que je n’avais pas vraiment eu le choix. La survie avant tout. Lorsque tout fut fini, je relevais la tête et relâchais mon emprise sur Juan et Adra. L’un des deux slaves brisa le silence de mort par un petit rire, que je trouvais particulièrement déplacé alors que l’une des nôtres venait de tomber sous les coups de la créature. Mais après tout, c’était probablement le choc qui parlait.

« -Ça va ? disais-je dans la direction d’Adra et de Juan, avant d’immédiatement regretter mes paroles. Bien sûr que ça n’allait pas. Je me reprenais. Vous n’êtes pas blessés ?

La route devant nous était toujours aussi cahoteuse, mais nous approchions de bâtiments aux allures militaires. On pouvait voir d’autres de ces créatures un peu partout, mais elles étaient trop occupées à essayer de défoncer les portes pour nous prêter attention, heureusement. Enfin, l’arrêt du véhicule. D’autres soldats, qui se battent de manière acharnée. Un signe de la part d’Igo. Je le suis, l’arme toujours entre les mains, prêt à tirer et à me défendre moi, ainsi que mes compagnons d’infortune, si le besoin en était. J’écoutais en essayant de garder mon calme. Sans le sorcier, comment pourrions nous sortir de cet endroit chaotique… Et puis, pour la première fois depuis le début de notre périple, Juan dit quelque chose d’utile. Il pouvait aider. Peut-être faisait-il partie du corps médical ? Je me doutai que, vu son attitude précédente, ce n’était pas un médecin de terrain.

-Si vous pensez en avoir les compétences, ne vous gênez surtout pas. Ce sorcier est probablement le seul moyen qu’on sorte d’ici vivant, et qu’on ait un jour la chance de revoir nos familles.

Je me tournais vers Igo, gardant un ton pressé mais professionnel.

-Dites-lui de nous conduire au sorcier. Il pense pouvoir aider », lui dis-je en pointant Juan du doigt.

Et c’était le plus important pour l’instant, avant de poser des questions, de savoir ce qu’il se passait exactement. Je serrais le manche du fusil, prêt à escorter Juan et refusant de me séparer de la femme enceinte, au cas où il lui arriverait quelque chose.

_________________
FALLING
© FRIMELDA

Si vous voulez plus d'informations sur la formation des Aurors, c'est par ici que ça se passe !
Adrasteia N. RaventhroneSorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Jeu 25 Jan - 6:48

You say that I'm paranoid,
but I’m pretty sure the world is out to get me.It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy480 mots
Et demain, les ombres

Ç
a va ? Est-ce que tout allait bien ? Quel drôle de question, pourquoi ça n’irait pas ? N’était-elle pas bien ? N’avait-elle pas l’air de bien aller ? Bien au chaud, confortablement au chaud, par pression rassurante, par repos chaleureux. N’étaient-ils donc pas heureux ? De ce silence convivial qui faisait écho à l’abîme aussi vide qu’accueillant, bienveillant… réconfortant. Mais qu’un bref moment, qu’une fine seconde perturbée par la dureté d’un coude qui se percutait contre son omoplate, ou peut-être était-ce son propre genoux heurtant son thorax pour en couper subitement ce souffle qu’elle avait enfin réussi à apaiser ? Et si la Slave en avait poussé une faible plainte, ce n’était certainement pas uniquement par la douleur physique qui lui revenait de manière si brusque, mais également par accablement alors qu’elle réalisait que cette pauvre brève consolante n’avait jamais rien été autrement que le corps de l’Auror qui n’avait pas hésiter à protéger leurs corps du sien, déjà brutalisé par le passé et le passage du temps. « Ça va ? Vous n’êtes pas blessés ? » - Mollement elle avait secoué la tête, répondant silencieusement d’une négation que les traits de son faciès venaient visiblement contredire, plus par répulsion d’une réalité frappante que par le réel motif de la question.

Et si elle semblait encore confuse, il en résultait d’un abattement qu’elle n’osait plus défier. Lasse d’être épuisée, épuisée de survivre, survivre pour échapper à cette lassitude. C’est sans broncher qu’elle observa le reste du groupe s’agiter avant d’en descendre du véhicule, écoutant silencieusement les explications que le Slave leur rapportait. Attaquer, bien entendu, comment pouvaient-ils tous se montrer aussi surpris ? Et pourtant, son cœur sembla se déchirer lorsqu’ils mentionnèrent vaguement l’état du sorcier, resserrant avec force ses frêles doigts accrochés à la manche de Jonathan, ses lèvres s’entrouvrant pour en laisser résonner un halètement. Non… il était leur dernière chance…

« Je… Je-je peu-peux … Aider ? Peut-être ? »

Sans doute, ne fut-elle pas la seule à se laisser surprendre par la voix qui s’était finalement fait entendre, tournant derechef la tête pour en observer le survivant. Elle inclina légèrement son visage par incompréhension, retenant son souffle une énième fois aux paroles de l’Auror, baissant ses prunelles avec découragement alors qu’il exprimait à voix haute le fond de ses propres craintes. « Dites-lui de nous conduire au sorcier. Il pense pouvoir aider »

La Raventhrone pinça ses lèvres d’hésitations, délestant délicatement sa grippe pour s’approcher du jeune homme à la chevelure rousse. « Je peux peut-être t’aider… mes connaissances tournent principalement autour de la botanique et des potions, mais le russe est ma langue maternelle et je ne crains pas le sang ni les plaies… si je peux t’apporter une quelconque assistance… j’aimerais tellement… revoir les miens… » Avait-elle offert d’une voix douce, fronçant ses sourcils pour en appuyer de sincérité ses propres dires.

_________________
Gonna love you until it hurts,
just to get you I'm doing whatever works, that'll bring you to your knees, praise Jesus, hallelujah. I'ma make you beg for it, plead for it, I want you to fiend for it, wake up and dream for it, 'Til it got you gasping for air and you lean forward. If it's yours and you want it, I want it, promise I need that. 'Till I'm everywhere that you be at, I can't fall back or quit, cause this is fatal attraction, so I take it all or I don't want a shit
Narrateuravatar
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Lun 29 Jan - 20:05

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres



ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord !


Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP


« Si vous pensez en avoir les compétences, ne vous gênez surtout pas. Ce sorcier est probablement le seul moyen qu’on sorte d’ici vivant, et qu’on ait un jour la chance de revoir nos familles. » Les paroles de Jonathan semblent percuter de plein fouet la conscience de Juan. Il regarde l’Auror qui lui a sauvé la vie comme si ce dernier venait de lui donner une claque. Providentielle, pour le coup, à n’en pas douter ! Parce que le rouquin semble se reprendre et adresser un regard entendu au sorcier.

« Dites-lui de nous conduire au sorcier. Il pense pouvoir aider » Igo, plus loin, hausse les épaules sans vraiment comprendre ce qu’on lui demande. C’est le Slave au gorgerin à vos côtés, au prénom toujours inconnu, qui répond. « OK. Venez. Il faut l’ai- » Bien qu’il s’adresse directement à Juan, il n’a pas le temps de finir sa phrase. « Je peux peut-être t’aider… mes connaissances tournent principalement autour de la botanique et des potions, mais le russe est ma langue maternelle et je ne crains pas le sang ni les plaies… si je peux t’apporter une quelconque assistance… j’aimerais tellement… revoir les miens… »

L’intervention d’Adrasteia immobilise les deux hommes dans leur échange. Au loin, par-delà les murs de la forteresse, des cris et des tirs résonnent. Rappel scabreux de début de nuit mouvementé. « Oui … Oui, je veux bien. Allons-y ? » « Venez. ». Ils commencent à s’éloigner. « D’ailleurs, je m’appelle Pavel. Le sorcier Russe, c’est Vasili. J’espère … Que ça vous aidera. »

Au même moment, le dénommé Igo revient vers l’Auror et l’empêche de suivre le reste du groupe. « хлопец ? » Il ne lui pose pas vraiment une question à en croire le ton : il l’interpelle, plutôt, en lui montrant d’abord l’arme toujours en sa possession et ensuite l’une des tours de guet sur les hauteurs de la forteresse. Le Slave se recule de quelques pas et fait signe à Jonathan de le suivre. Il mime un tir vers les bruits de combat qu’ils ne peuvent que deviner et imaginer de leur position. « Boom. Boom. Vampire. Ok ? »

Du côté d’Adrasteia, Juan et Pavel, ils traversent très rapidement un couloir moite et sombre, à peine éclairé par quelques néons aveuglants. Avant de déboucher dans ce qui semble être … Une infirmerie de fortune. Deux soignants, complètement débordés, essayent tant bien que mal de venir en aide à une dizaine de blessés qui geignent et saignent sur des lits sommaires. L’un d’eux, le visage à moitié déchiré par ce qui semble être un coup de griffe des créatures albâtres, semble répéter en boucle la même phrase. En russe. « C’est lui. Putain … C’est horrible. » Pavel le désigne à Juan et Adrasteia. Le rouquin ne se fait pas prier pour l’ausculter et lui prodiguer les soins attendus. « Vous pouvez … Vous savez s’il a des potions ? C’est un sorcier, non ? Au milieu de moldus, il doit avoir ses … Potions, non ? » « Je sais pas… Je suis pas un sorcier. Désolé… »

Juan adresse un regard à Adrasteia. « Vous pouvez lui demander ? Je vais le stabiliser, mais la potion serait un plus … »


Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Pour le moment, en jeu : il ne reste que Adrasteia, Juan, Jonathan, Pavel et Igo. Vous ne savez pas où sont les autres !

* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 

Jonathan RowleProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/09/2017 Messages 402 Points d’activité 44
      Pseudo : Flow
      Avatar : David Tennant
      Crédits : LE TALENT
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un python royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-es
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mer 31 Jan - 20:42


Et demain, les ombres
Aventure du Narrateur - 491 mots
J’étais tourmenté par la demande du slave, pourtant élémentaire de simplicité et de logique malgré son manque de connaissance dans la grammaire anglaise. En pleine bataille, on ne pouvait se séparer du moindre de ses soldats, et les soldats qui combattaient vaillamment les vampires qui étaient en train de faire des ravages dans ce camps auraient bien besoin d’une paire de bras supplémentaire. De l’autre côté, je me sentais vraiment mal à l’idée de me séparer d’Adrasteia : nous avions déjà tant traversé d’épreuves ensemble, que je ne pourrais jamais me le pardonner s’il lui arrivait quelque chose en mon absence. Mais n’avais-je pas un devoir envers ces soldats qui nous avaient secourus ? Sans eux, qui sait ce que nous serions devenus… Probablement l’une de ces bêtes qui étaient froidement abattues de balles en bois en plein cœur, ou tout simplement un amoncellement de boyaux peu ragoutants. Je serrais la main d’Adrasteia en la quittant, en lui faisant un petit sourire de réconfort.

« -Je ne serai pas bien loin, si vous avez besoin de moi. Je me tournai ensuite vers Juan. Gardez un œil sur elle, d’accord ? Et soignez ce sorcier, qu’on sorte enfin de ce merdier. J’ai confiance en vous. »

Et dans ces derniers mots, je ne m’adressai pas qu’au soigneur, mais aussi à la jeune femme qui allait l’accompagner. Vu le caractère assez… fragile du rouquin, il avait besoin de tout le soutien nécessaire, et je comptais sur elle pour lui fournir en mon absence. Sur ces bonnes paroles, je suivais Igo en direction des tours de guet qu’il avait désigné : là-bas, nous allions avoir un angle de vue parfait pour tirer sur le plus possible de ces créatures sanguinaires. Le bruit des combats était de plus en plus fort à mesure que nous nous approchions des structures, et je serrais mon arme, sur le qui-vive. Je n’étais pas arrivé jusque là pour me faire surprendre par un de ces monstres, alors que nous allions bientôt rentrer chez nous. Atlantis… Qui encore il y a peu de temps, me semblait si inhospitalière, si peu adaptée à mon mode de vie reclus et autonome : pourtant, sans que je m’en rende vraiment compte, grâce à Annie, ce nouveau travail qui commencerait en septembre, et la mixité manifeste de la ville, c’était devenu mon chez moi. Je comptais bien y rentrer, si possible avec tous mes membres et sans crocs ou une soif pour le sang humain.

Arrivé en haut de la tour, je pouvais voir le camp, qui était réellement envahi par les vampires. Adrasteia et Juan, au loin, suivaient Pavel, avant de rentrer dans un bâtiment, où je les perdis de vue. Merlin. Faites qu’il ne leur arrive rien. Et puis, un dernier souffle, avant de bloquer ma respiration, de caler mon fusil sur mon épaule, et de commencer à tirer. Avec précision et hargne. Me vengeant sur les créatures pour toute la rancœur que j’avais, pour la mort de Magritte, pour ces enfoirés qui nous avaient kidnappés et laissé en offrande, pour la peur et l’angoisse que je ressentais au fond de mon ventre.

_________________
FALLING
© FRIMELDA

Si vous voulez plus d'informations sur la formation des Aurors, c'est par ici que ça se passe !
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Xander & Bridget]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain (Narcisse)
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain.
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Pv. Leslie]
» Les Ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Le Monde :: Autres destinations :: Toute autre destination mondiale-
Sauter vers:  
Désactiver les particules