[AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mar 12 Sep - 14:22

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres


Avant de commencer, et pour une dernière fois (promis juré)  Sunglasses :

Rappel des règles:
 



Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP

Le vide. L’obscurité. C’est ce qui constitue symboliquement la base de notre univers. C’est également la première chose qui caractérise l’environnement de vos personnages. Ou, plus exactement, l’absence d’environnement. Le néant. La noirceur infinie et douce, terriblement douce, d’un sommeil sans rêves.

La dernière chose dont vous vous rappelez ? La salle d’attente. Le visage de vos voisins. Sereins. Soulagés. Extatiques. Peut-être cette madeleine importée de France ? Ou ce thé amer et novateur inventé récemment à Londres ? Des éléments anodins. Des objets du quotidien.

Et maintenant ? Le noir. Long. Apaisant.

Un repos salvateur. Imposé à votre conscience. Un assoupissement qui ne laisse aucun cauchemar vous submerger. Aucun rêve vous bercer. Juste le silence. Suspendu aux bonnes grâces du temps. Cependant, dans cette absence involontaire, vous sentez des mouvements. Des balancements. Des chocs. Votre corps ? Celui de vos voisins ? Incertitude.

Et une fraicheur vigoureuse succède à la chaleur. Et les minutes deviennent des heures. Tout se perd dans le monde et dans le néant. Plus rien n’a de sens. Vous dormez. Mais ce n’est pas un sommeil volontaire. Ni naturel.

Plus rien n’a de temps ni de lieu.

Soudain, vous sentez l’herbe chatouiller votre visage. Piquer vos joues. Molester vos paupières. Vous ouvrez alors les yeux. A vos côtés, d’autres personnes semblent revenir à elles contre le sol. La plus âgée, une sorcière ayant dépassé la bonne soixantaine, a même les mains entravées par des cordages sommaires.

Autour de vous, une faune européenne – mais sauvage – vous entoure. De moins en moins perceptible à cause du soleil couchant à l’Ouest. Et vers le Sud de votre position, s’extirpant du sommet des arbres et des ombres étranges qui se profilent à l’horizon, vous repérez une sorte de tour. Plus proche de la cheminée industrielle que de la rassurante fortification médiévale. Du moins, vous voyez son extrémité. Aux couleurs délavées, même si vous parvenez à en distinguer des bandes rouges et blanches successives. Menaçantes.

Mais maintenant que vous prenez connaissance de votre situation – toujours aussi inexplicable pourtant – une sensation brutale percute votre conscience. Il vous manque quelque chose. Comme un vide, au-dedans. Comme une angoisse que vous ne pouvez pas qualifier. Que vous ne pouvez pas comprendre. Un sorcier de votre groupe, roux et jeune, tire sa baguette pour défaire les entraves de la vieille femme.

Mais rien ne se produit. Rien. Pas une once. Pas une ondée.

La vérité éclate alors. La magie ne vous répond plus.



Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


* Vos personnages ne savent pas où ils sont. Ni quelle heure il est. Encore moins le jour. Leur dernier souvenir remonte au matin du 3 juillet ... Mais maintenant, qu'en est-il ? Quant à la localisation exacte ... A moins que vos personnages connaissent ou déduisent le lieu en question (et que vous venez me le demander par MP en tant qu'action personnelle et cohérente / logique avec les connaissances de votre personnage), ce dernier sera révélé progressivement au cours de l'aventure. Petit conseil néanmoins : ne pas savoir est parfois un excellent moyen de survivre. Ou de préserver sa santé mentale !  Evil Angie

* Vous avez avec vous des PNJs ! Ils sont au nombre de quatre, et ils ont vraisemblablement vécu la même chose que vous. Voici un petit récapitulatif de vos compagnons, du coup :
Vos compagnons:
 

* Pour le moment, c'est moi qui joue ces PNJs. Mais peut-être que je vous laisserai vous amuser avec un peu plus tard ... Nous verrons  Eyes

* En ce qui concerne la magie - et les personnages qui ont des dons - disons que .... Vous avez toutes les raisons de vous sentir diminués. Et de vous inquiéter. Et de flipper. N'espérez pas réussir à lancer un sortilège mes enfants, c'est (presque) peine perdue ici  Happy

* Si vous voulez réaliser une action particulière, avoir des informations sur votre environnement, vos compagnons, bref une question ou une demande, venez me voir sur Léandre ! Je suis votre maître de jeu pour le pire comme le meilleur !

* Et maintenant ... A vous  Sourcils


ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 12/04/2017 Messages 74 Points d’activité 0
      Pseudo : Cécile.
      Avatar : Beyoncé Knowles
      Crédits : Stolen Paradise / Beerus
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Demeures aménagées aux Salines
      Patronus: Une anguille électrique (gymnote)
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t776-i-break-chains-all-by-m
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mar 12 Sep - 16:07

La manière dont elle écrit, ma mère

Ta mère allait mieux. Accalmie passagère. Nécessaire.
C’était le moment de prendre du temps pour toi. Elle avait réussi à te convaincre, elle était forte pour toi. Et après tout elle n’avait pas tort. Prendre soin d’elle était important mais il fallait que tu reprennes des forces après une année épuisante à s’inquiéter pour sa santé.
Des vacances.
Tu ne savais pas quand était la dernière fois que tu étais partie.
Tu voyageais tout le temps pour le travail, tu avais toujours un projet en tête une espèce à découvrir, une langue à pratiquer.
Mais des vacances, des vraies vacances. La dernière fois, ce devait être avec elle. Juste avant que tu quittes Poudlard.
Il y a une éternité.
Tu as pris tes dispositions, quelqu’un viendrait nourrir Bâton-Rouge. Joli Cœur avait presque fini son apprentissage de troll de protection et il surveillerait qu’il n’arrive rien à ta mère.
Tu avais tout, quelques affaires, du matériel de plongée, de quoi profiter.
Tu n’es pas seule dans la salle d’attente. Il flotte dans l’air l’insouciance de l’été. Un sourire apparaît sur ton visage. Tu reviendrais ressourcée pour reprendre l’année. Oublier les tensions, les manigances, les trahisons.
Sereine, tu te laisses glisser doucement dans les bras de Morphée, engloutie dans les profondeurs du sommeil.
L’odeur de l’herbe fraîche.
Il te semble revenir à ton enfance, jouant dans le champ à côté de chez Mamie.
Comme un doux rêve.
Tu pourrais presque la toucher.
Tu la sens.
Tes yeux s’ouvrent.
Rien. Rien de familier. Une sensation étrange forme un nœud dans ton ventre.
Tu balayes la scène des yeux, mais rien ne te revient. Tu ne sais pas où tu es. En Europe il semblerait aux vues du paysage, mais tu ne reconnais pas.
Tu n’es pas seule. Si certains visages te semblent familier sans que tu réussisses à leur associer un nom, d’autres semblent inconnus.
Il apparaît assez rapidement que la magie ne vous sera d’aucune aide.
Une légère vague de panique commence à t’envahir et tu resserres ton emprise sur ta baguette. Elle ne te servira à rien.
Mais ce n’est pas l’inconnu. Tu n’as pas toujours connu la magie.
Tu sais faire.
Avant de parler, tu analyses la situation et l’environnement.
« D’abord, je m’appelle Céleste. Est-ce que quelqu’un sait quoi que ce soit sur où on est et pourquoi ? »
Tu remarques que le petit garçon semble vraiment paniqué et tu t’accroupis à sa hauteur en prenant sa main.
« Hey p’tit loup, fais-moi confiance, tout ira bien. »
Tu te souviens des conseils de ta mère.
« C’est valable pour tout le monde, il va nous falloir rester calme et comprendre. »


☆☆☆ Beerus


Spoiler:
 

_________________
But I made lemonade.
My grandma said "Nothing real can be threatened." i was served lemons but i made lemonade
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mer 20 Sep - 22:42

*tousse ...* j'ai toujours pas redémarré mon ordi et heeu donc voilà ... je changerai les gifs demain  Dizzy faire abstraction plz ...  Panique  Panique  Panique Tho désolée pour le retard, ce n'est pas par manque de motivation ou rien, une broutille de chronologie qui devait être mise au clair avant de pouvoir poster ici  Duck

Et demain, les ombres
NOM DU JOUEUR 1
Adrasteia N. Raventhrone
« You say that I'm paranoid, but I’m pretty sure the world is out to get me. It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy. »
NOM DU JOUEUR 2
Aventure du Narrateur
« I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. »

I'm holding on, why is everything so heavy? Holding on so much more than I can carry. And I drive myself crazy, thinking everything's about me, 'cause I can’t escape the gravity.



Et si tout ne s’était résumé qu’à ça ? Vingt-deux ans, tout près, à errer sans trop savoir pourquoi… pour ça. Vivre le néant, subir le silence, observer l’obscurité la plus stoïque. Et si c’était ça, l’enfer…

Vingt-deux ans et puis quoi ? Et puis rien, qu’elle seule à s’aliéner d’une vie éternelle au centre d’un rien, à songer à ce néant qu’elle avait été. Des sanglots atones pour une fillette qu’elle n’arrivait pas à se rappeler. Et il y avait bien quelqu’un à pleurer n’est-ce pas ? Un visage qui n’avait pas de nom, pas de souvenirs, pas de sons… Un rien qui venait percuter les parois d’un crâne au vide absolu. Des images qui se succédaient dans leurs brouillards aux ombres sinueuses, reflétant des choses qui n’était que… que…

« Léandre ! »

Sa voix s’était déchirée aussi douloureusement à sa gorge qu’à ses oreilles, ses paupières s’ouvrant avant de se refermer en raison des derniers rayons du soleil violentaient ses pupilles. Des confusions qui donnaient étrangement l’écho à se vide qui se perpétuait au-delà de ce sommeil forcé. Forcé… Imposé… oh non.
Son souffle déjà précaire, s’activa brusquement alors qu’elle observait les alentours d’un iris alarmé, croisant nerveusement ses bras pour en atténuer - instinctivement - ses angoisses premières. La crise était présente, la panique était primitive, la paranoïa s’imposait d’une oppression justifiée par les évènements récents. Et ses doigts s’activaient frénétiquement contre le tissu qui couvrait son ventre, dans ce qui semblait être une recherche de caresses rassurantes. Les souvenirs se fracassaient les uns aux autres, couvrant le moindre bruit pour recréer cet ondoiement au creux de ses oreilles, ne laissant que les pleurs de l’enfant brutaliser cette crise d’angoisse qui s’aggravait chaque seconde. Ils n’allaient pas mourir… Elle… Devait…

Et tandis que la voix de Céleste se faisait rassurante, l’attention de la Slave se portait sur les cordages de la vieille femme, à qui l’on portait aide juste à ses côtés. Ses mains véloces s’étaient activées, s’agrippant aux cheveux de la femme pour en renverser sa tète, son pied se pressant avec force derrière ses genoux pour en forcer la sexagénaire à s’agenouiller au sol, les observant d’une œillade outrée. « Êtes-vous tous imbéciles ? Nous sommes je-ne-sais où, pour je ne sais quelle raison, sans magie, à quelques jours près d’un attentat et vous croyez que c’est le bon moment pour se la jouer empathique sur la seule et unique personne qui est ligotée ? Huh huh … Autant le dire de suite si vous voulez mourir, je suis persuadée de trouver quelque chose de plus rapide et sans douleur dans la forêt. Mais cette femme reste comme elle est. Compris ? »



RÉSUMÉ
Spoiler:
 

_________________
You think I’m incredible ; seems like I'm an illegal on my own, I wonder if they'll miss me when I’m gone. but no matter what you think imma do my own thing. Don’t matter what you say imma stay awake. Don’t matter what you do, imma get my own way. Soon you’ll see, only I got me. And soon you’ll see, I’m capable of anything. Let me be, I’m comfortable being alone, and imma run in solo. I got this on my own, yes I know that I have a long way to go, but it’s always been just me and my shadow. Out of the deep, still locked in shallow. I’m unpredictable; I’m up to no good. I ain’t got a chill, and I’m back for some deathblows.
Étudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 22/12/2016 Messages 1341 Points d’activité 0
      Pseudo : Rémus
      Avatar : Don Benjamin
      Crédits : Mwaaaaa <3
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Atlantis
      Patronus: Un Tigre
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t175-jasper-la-discorde-est-
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Sam 23 Sep - 5:39

Mordu de modes moldues


Son corps se balançait, doucement, de droite à gauche comme dans ces danses exotiques qu'il avait vu à Dakar. Les corps se déhanchaient, les sourires se décrochaient, la joie imprégnait le lieu. Mais pas ici... Pas là où ils étaient tous, endormis, allongés sur le sol, leur visage grattant le sol par moment. Ses paupières, étrangement, s'étaient soutirées à leur sommeil silencieux quelques secondes. Il ne savait comment. Il ne savait pourquoi. Pourquoi, soudainement, la fatigue l'avait quitté pour lui offrir cette vision. Pourquoi ses yeux avaient désiré quitter le noir qu'elles avaient su vite trouver. Pour apercevoir dans une brume floue les contours des lumières au dessus de leur tête. Il n'avait su quoi en penser. Il n'avait pu penser, l'esprit pris dans les entraves narcotiques de ce sommeil lourd qu'on l'avait obligé d'adopter. Il se souvenait avoir eu mal au dos, mal peut-être dans tout le corps même. Avoir grommelé quelque chose sur le confort de la suite. Qu'importe. A son réveil, cette réalité n'existerait plus. Ou n'existerait que dans sa tête. Ses souvenirs seront recalés dans le fond de sa mémoire. La vérité qu'il avait entraperçu sera devenu des visions, des hallucinations, des mirages de la conscience ou bien des rêves inconscients. Rien qui n'importait... Alors que là était toute la clé.

Un vent frais venait caresser son visage. Il sentait la bruine de l'herbe venir humidifier ses bras, le froid du zéphyr s'infiltrait dans ses vêtements, le souffle de la brise venir mordre ses côtes. Ses paupières s'ouvrirent et ne captèrent qu'un bleu, immaculé, un brin sombre peut-être. Et une voix. Connu, celle d'Adrasteiah. Qui criait. Comme elle avait crié à la coupe de Quidditch. Son nom, alors qu'il s'effondrait contre la porte. Groggy, ankylosé, tous ses mouvements témoignant de l'engourdissement qui avait pris place dans ses membres, Jasper se releva et tituba avant de parler d'une voix encore un brin endormi, alors que son palet empâté cherchait à extirper les mots de son esprit :

Je suis d'accord. On la laisse attaché, inutile de prendre des risques. On ne sait ni où on est, ni ce qu'on nous veut. Pour la plupart, nous n'avons pas grand chose pour nous défendre alors, on attend que tout le monde se réveille puis on va chercher de l'aide... 

RÉSUMÉ:
 

_________________





Étudiant・SorcieravatarÉtudiant・Sorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 01/03/2017 Messages 1020 Points d’activité 3
      Pseudo : Mazi/Lili
      Avatar : Ana de Armas
      Crédits : Jaspichou
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Dans un grand appartement très luxueux aux Salines, Atlantis
      Patronus: Aigle royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t568-mazikeen-a-avery-maybe-
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Dim 24 Sep - 13:05

ET DEMAIN, LES OMBRES


Le sommeil avait soudainement pris Mazikeen en défaut mais elle n'était pas la seule. Impossible de lutter contre ce second état et de rester éveiller. Quelque chose clochait, sachant qu'en arrivant ici, l'aristocrate était pleinement motivée par ce nouveau voyage en étant parfaitement réveillée. Hélas, ses paupières lourdes en étant dans cette salle semblaient vouloir montrer l'inverse. Ce fut donc le noir absolu.

Les yeux de la jeune Avery s'ouvrirent lentement, sentant quelque chose lui toucher, étant couchée sur le sol. Elle se frotta les yeux à l'aide de ses poings pour apercevoir un endroit fort différent de cette salle d'attente. L'herbe la frôlait et le vent frappait la peau de son visage alors qu'elle venait de prendre une position assise. Secouant de la tête, Mazikeen entendit des voix alors qu'elle se levait à l'aide de ses mains. Baillant, elle se tourna pour apercevoir son Jasper, Adrasteia, Swanson et quatre inconnus dont une vieille dame qui semblait ligotée. Une dernière à se réveiller, l'héritière Avery n'a pu tout entendre ou comprendre la conversation qui a eu lieu, seulement quelques brins de celle-ci. Du coup, elle alla se poster vers le groupe.

Alors qu'elle demeurait silencieuse après les paroles de Jasper, Mazikeen leva les yeux et vit, entre les arbres, au loin, une genre de tour, ou du moins, c'est ce qu'elle croyait. Est-ce que le groupe devait s'y diriger ou chercher de l'aide comme Jasper le proposait ? En plus, la magie semblait inutile selon les dires, même si elle avait manqué la tentative du roux envers la vieille ligotée.

« Je propose qu'on file vers cette tour, là-bas. » Elle pointa l'endroit où elle avait aperçu l'étrange tour. « Qui sait, peut-être allons-nous y voir plus clair vis-à-vis notre situation actuelle. » La jeune Avery regarda Jasper, prête à partir à l'aventure comme elle l'avait fait durant ses années en-dehors du pays. Néanmoins, contrairement à ces années-là, la magie ne fonctionnait pas. Là était le problème et les surprises étaient sûrement à venir.

Spoiler:
 

(c) AMIANTE

_________________
Pureblood and proud of it
I may not hate mudblood but I'm proud to be a Avery and a pureblood despite the past of my family. I just want to restore the reputation of my family. ©️ by anaëlle.
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Lun 25 Sep - 15:45

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres



ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord ! Lors du premier tour, un de vos camarades est venu me voir et a obtenu un petit coup de pouce de la part du Narrateur. Donc, vraiment, venez me voir ! Je ne mords pas  Coeur


Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP


Et alors que vos consciences s’éveillent doucement, ici et là contre le sol herbacé, le soleil semble vous abandonner davantage. Le ciel, vers l’Ouest, s’anime d’une multitude de faisceaux mordorés en réponse à cette fuite en avant. Face à cette débandade logique. Naturelle et éternelle à la fois. Pourtant, les ondoiements nocturnes qui se dessinent à l’Est, par-delà le sommet des arbres … Paraissent étrangement … Atypiques.

Ils ne présagent en aucune façon d’une nuit rassurante. Réconfortante. Bien au contraire : le crépuscule illumine d’un dernier adieu les formes triomphantes d’un cumulonimbus naissant. D’autant plus troublant que sa verve tempétueuse dévore les étoiles par de multiples gonflements … Et annihile la lumière bienfaitrice par des ténèbres sifflants. Toujours plus exacerbés.

Mais ces maux du monde ne captent pas forcément vos regards. C’est plutôt Céleste, la première à prendre vraiment la parole, qui se retrouve au centre de l’attention. « D’abord, je m’appelle Céleste. Est-ce que quelqu’un sait quoi que ce soit sur où on est et pourquoi ? » Sans obtenir de réponse, toutefois –  si ce n’est une œillade hésitante de la vieille sorcière – de la part de l’assemblée hébétée. Les uns et les autres encore troublés par ce réveil inhabituel et inquiétant. Et Sammy ? La lèvre légèrement tremblante, il se tourne vers Céleste. « Hey p’tit loup, fais-moi confiance, tout ira bien. » « Da-dac. Mais … Il va faire … Tout noir, non ? Le tout noir, il y a des monstres dedans. Non ? Dan il dit toujours que- » « Je disais n’importe quoi, Sam. Je voulais te faire peur, ok ? Y’a pas de monstres. »

Et malgré la tentative de l’oncle pour rassurer Sammy, ce dernier serre fort la main de Céleste. « C’est valable pour tout le monde, il va nous falloir rester calme et comprendre. » « Oui, d’accord Madame. » Quelques autres visages hochent la tête à cette directive, mais ils sont toutefois rapidement troublés par … L’intervention d’Adrasteia.

« Êtes-vous tous imbéciles ? Nous sommes je-ne-sais où, pour je ne sais quelle raison, sans magie, à quelques jours près d’un attentat et vous croyez que c’est le bon moment pour se la jouer empathique sur la seule et unique personne qui est ligotée ? Huh huh … Autant le dire de suite si vous voulez mourir, je suis persuadée de trouver quelque chose de plus rapide et sans douleur dans la forêt. Mais cette femme reste comme elle est. Compris ? » Elle s’attire les foudres de la vieille sorcière, qui n’hésite pas une seule seconde à lui répondre d’un rauque outré et déstabilisé par la violence endurée. « Parce que ceux qui nous ont fait ça, juste hein, l’air de rien, ont préféré me neutraliser parce que je ne suis pas une cible facile ? Vu le peu qu’on sait sur ce coin, sur ce qui nous guette – parce que sérieusement, vous trouvez vraiment que ce sont des vacances, là ? – ils ont sûrement préféré nous donner le moins de chances de nous en sortir ? En me ligotant, par exemple ? Mais c’est sûr, s’ils parviennent à nous diviser dès le début, ils sont forts … Et nous, d’une faiblesse sommaire à faire pâlir de désespoir Dumbledore ! » Elle souffle un coup, un peu sonnée par le propre débit de ses paroles.

« Je suis d'accord. On la laisse attachée, inutile de prendre des risques. On ne sait ni où on est, ni ce qu'on nous veut. Pour la plupart, nous n'avons pas grand-chose pour nous défendre alors, on attend que tout le monde se réveille puis on va chercher de l'aide... » Avant de lâcher un soupir las à en fendre la cime des arbres aux alentours, tant Magritte se sent vulnérable. « Je propose qu'on file vers cette tour, là-bas. Qui sait, peut-être allons-nous y voir plus clair vis-à-vis notre situation actuelle. »

Aux derniers mots prononcés par Mazikeen, Juan acquiesce. « Ce sera toujours mieux que de tourner ici sans rien, non ? »

Et alors que vous vous taisez, brièvement, face aux multiples réflexions imposées. Que le silence semble tordre la langueur apparente des lieux, un cri lointain déchire l’air. Un hurlement inhumain vibre et fracasse l’atmosphère crépusculaire dans laquelle vous évoluez. Puis, les environs retrouvent leur aspect taciturne, vous laissant avec vos interrogations et … la peur.


Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 



SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Jeu 5 Oct - 0:19

*tousse ...* j'ai toujours pas de gifs omg Cry 2 ... SÉRIEUX MOW. LA LIMITE DE MOT ME TUE. 45 MINUTES JUSTE À FLINGUER MON TEXTE POUR ... J'SAIS MÊME PAS SI J'SUIS CORRECTE. J'AI PAS WORD ET FUCK LES SITES QUI COMPTES LES MOTS SONT TOUS DIFFÉRENTS ... HALP


Et demain, les ombres
NOM DU JOUEUR 1
Adrasteia N. Raventhrone
« You say that I'm paranoid, but I’m pretty sure the world is out to get me. It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy. »
NOM DU JOUEUR 2
Aventure du Narrateur
« I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. »

I'm holding on, why is everything so heavy? Holding on so much more than I can carry. And I drive myself crazy, thinking everything's about me, 'cause I can’t escape the gravity.



Et Les plaidoyés de la vieille sorcière ne cessaient que de se répéter à son cortexe. Ses doigts s'étaient crispés, un peu plus contre sa prise, sous une impression de mauvaise augure alors qu'elle avait lentement levé les yeux en direction d'une tour mentionnée. Absorbée par ce qui semblait se présenter d'une hantise d'autrefois, la reine aux plûmes d'ébène relâcha sa proie actuelle pour s'avancer de quelques pas précaires, trop distraite par d'horribles cauchemars pour en écouter la suite des dires.

Et de chimères dévorantes, elle érait entre les arbres ravagés par des tempêtes. Et devant cette vision sépulcrale, la Nympe semblait se laisser engloutire profondément dans des souvenirs oubliés par le temps. « Je connais... je n'arrive pas ... »

D'un murmure funeste et perplexe, elle avait baissé les yeux, glissant ses doigts tremblants contre son ventre. Le geste était futile et bien loins d'y soulager ses peines, accentuant drastiquement cette horrible impression qu'aucun d'eux n'en sortirait indemne. Le cri percutant brutalement le silence ambiant fut suffisant pour en déstabiliser la slave, l'espace d'une interstice, ses muscles fléchissant sous la menace qui venait s'ajouter au lot d'infortune. « Oubliez l'aide... pour le peu qu'il me semble, nous n'avons que nous. Des cobayes ... des essais ... peut-être sommes-nous de la nourriture ... personne ne nous aidera. Maintenant, mon problème reste le même ... La Slave pivota subitement, s'approchant d'un pas lourd en direction de la vieille sorcière ...Pas une cible facile pour quoi ? Vous n'allez pas me faire croire qu'ils ont ligottés une femme de votre âge, simplement pour nous diviser. Même avec plusieurs blessures et sans magie, Jasper est bien plus suceptible de causer problèmes à leurs plans ... alors qu'est-ce qui se passe ...  »

La colère semblait se noyer à son désespoir, glissant ses doigts contre son visage dans une panique criarde. Ils allaient tous mourir n'est-ce pas ? Les chances que quelqu'un les trouve inexistantes. Pas même lui, malgré ses promesses ... il n'avait aucune chance, malgré les motivations ... pas même pour elle ... pas même pour le bébé. Ce n'était pas sa faute ...

La tour était si près, cinq à dix minutes de marches ... si tout se passait bien, peut-être arriveraient-ils à s'y abriter, du moins pour l'orage qui semblait vouloir s'abattre aussi promptement que la noirceur s'était imposée ... si la chose s'interposait ... ses chances étaient indubitablement réduites ... et c'était en considérant qu'il n"y en avait qu'une seule. D'un souffle court, elle s'était approchée du Greengrass, baissant les yeux par la honte à quérir l'aide de l'apprenti Auror ... « Je... suis navrée de... si... je ne crois pas pouvoir couvrir la distance si nous devions courir jusqu'à la tour... Je comprends qu'il... après les derniers évènements tu ne dois pas être au mieux de ta forme... mais je ne connais pas ces gens... et je crois que Léandre te ferais confiance pour nous... s-sans magie, je n'arriverai jamais à protéger... » avait-elle murmuré, bien trop dévorée par l'embarras pour trouver les mots justes, se contentant de fixer le sol en croisant ses bras frêles contre son bas ventre.




_________________
You think I’m incredible ; seems like I'm an illegal on my own, I wonder if they'll miss me when I’m gone. but no matter what you think imma do my own thing. Don’t matter what you say imma stay awake. Don’t matter what you do, imma get my own way. Soon you’ll see, only I got me. And soon you’ll see, I’m capable of anything. Let me be, I’m comfortable being alone, and imma run in solo. I got this on my own, yes I know that I have a long way to go, but it’s always been just me and my shadow. Out of the deep, still locked in shallow. I’m unpredictable; I’m up to no good. I ain’t got a chill, and I’m back for some deathblows.
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Ven 13 Oct - 5:30

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres




Rappel des règles : (LECTURE OBLIGATOIRE):
 


ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord ! Lors du premier tour, un de vos camarades est venu me voir et a obtenu un petit coup de pouce de la part du Narrateur. Donc, vraiment, venez me voir ! Je ne mords pas  Coeur

CHANGEMENTS DE PARTICIPANTS ! Comme ils n'ont pas répondu au sujet dans les deux semaines attendues après le dernier message du Narrateur, comme cité dans le règlement, les joueurs suivants perdent l'accès au jeu et à la récompense : Jasper L. Greengrass, Mazikeen A. Avery et Céleste M. Swanson. Exceptionnellement, si vous souhaitez réintégrer l'aventure, je vous l'autorise en venant me MP pour que nous puissions définir les modalités de ce retour. Par contre, et pour une question d'équité avec les joueurs qui eux ont répondu dans les temps impartis, vous ne pourrez pas prétendre à la récompense finale.


Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP

« Vous vous fiez bien trop aux apparences ma fille. » La vieille sorcière lâche ces quelques mots d’un ton acerbe et défiant, les yeux rivés brièvement sur les cordages autour de ses mains. Et alors que le groupe se rassemble autour de Jasper et d’Adrasteia pour les suivre … Un nouveau cri. Plus proche. Plus inhumain.

Les bruissements dans les feuilles alentours et le souffle toujours plus exacerbé du vent – est-ce bien réel ? Est-ce un animal ? Autre chose ? – provoque un malaise général. Une inquiétude lancinante. Et cette ombre déformée, presque invisible, qu’ils aperçoivent entre les troncs à une dizaine de mètres … les yeux luisants d’un vert réfléchissant … Conduit la totalité du groupe à paniquer. Les uns et les autres se séparent. Des hurlements terrorisés, tout ce qu’il y a de plus reconnaissable aux oreilles des survivants, se succèdent à l’énigmatique bestialité des lieux.

Et dans cette perdition absolue, Adrasteia se retrouve seule avec Magritte. Abandonnée par ceux vers qui elle s’était tournée en premier. La vieille sorcière ayant conservé un minimum de sang froid dans l’affaire la jauge avec mécontentement. « Et en plus vous vous fiez aux mauvaises personnes, félicitations. » Mais elle ne va pas plus en avant dans ses remontrances, car il faut fuir n’est-ce pas ? Peu en importe les cordages. Peu en importe l’obscurité lugubre qui dévore le ciel et les bois d’un ombrage funeste.

Elles courent, alors. Jusqu’à tomber face à Juan, immobile devant la silhouette d’un homme à terre. « Stop. » Il articule difficilement ces quelques mots en un souffle aussi tétanisé que son corps. Devant le trio, se trouve effectivement un sorcier tête contre sol. Les mains liées comme celles de Magritte … Mais l’entrave des cordes semble plus molle. Partiellement défaite sous la violence de l’impact – parce qu’on l’a jeté, cet homme, sur le sol ? Il n’est pas aussi bien disposé que le groupe l’était à son réveil.

Comme s’il avait été déposé là à la va-vite.

Et il se réveille, cet inconnu. Jonathan Rowle.



Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Pour le moment, en jeu : il ne reste que Magritte, Adrasteia, Juan, Jonathan. Vous ne savez pas où sont les autres !

* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 



ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/09/2017 Messages 241 Points d’activité 30
      Pseudo : Flow
      Avatar : David Tennant
      Crédits : LE TALENT
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un python royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-es
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Ven 13 Oct - 7:01


Et demain, les ombres
Aventure du Narrateur - 446 mots
Annie m’avait tanné pendant des semaines pour aller à ce camp scientifique, sa dernière lubie étant de devenir astronaute, et j’avais fini par accepter, me disant qu’avec le salaire de l’UPA qui allait arriver en septembre, je pouvais me permettre de faire plaisir à ma nièce, qui passerait tout le reste de l’été avec moi pour seule compagnie. Sauf que je savais que je ne pouvais pas être seul, même pour quelque jour : la fillette était la seule bouée à laquelle je pouvais me raccrocher, et sans elle, je sombrais. J’avais donc prit ce séjour, gagné par le biais de je ne savais quel concours, comme une bénédiction envoyée par Merlin afin d’apaiser mon esprit ravagé par la guerre, mis à mal par les attentats survenus à Atlantis. J’avais eu tort. Car lorsque je rouvrais les yeux (m’étais-je endormi, dans cette salle d’attente ? Je n’en avais aucun souvenir), je sentais certes de l’air frais sur mon visage, mais aussi une ambiance, tendue, mortelle. Je la connaissais pour l’avoir vécue. Un peu plus et j’aurai pu croire être revenu dans le temps, à l’époque de la guerre contre le Seigneur des Ténèbres.

De l’herbe contre ma joue. Une voix. Que se passait-t-il ? J’étais attaché, mais celui qui avait noué mes liens avait, visiblement, fait un mauvais travail, je pouvais sentir du jeu entre mes poignets. Je me redressais du mieux que je le pouvais, avec difficulté et précaution, afin de reposer sur mes mollets, sans me relever. Je ne savais pas si les voix derrière moi étaient amies ou ennemis, et je devais rester sur mes gardes, essayer de comprendre avant d’agir.

Je prenais ma voix la plus autoritaire, celle que j’avais affuté pendant ces années d’interrogatoires où je faisais le mauvais flic, et Kingsley le gentil Auror.

« -Kidnapper un représentant de la loi est un crime passible d’emprisonnement. Soyez assurés que s’il m’arrivait quelque chose, les détraqueurs d’Azkaban seront vos seuls compagnons pour le reste de votre vie.

J’en profitais, en prononçant ces menaces, pour regarder les alentours. Une forêt. Une tour industrielle, au loin. Drôle d’endroit pour un kidnapping : il était facile de s’enfuir, de perdre sa cible au milieu des arbres. Peut-être que la situation était plus complexe qu’elle en avait l’air, finalement. Je tirais sur mes liens, suffisamment lentement pour ne pas être remarqué par mes possibles ravisseurs, derrière moi, tout en sachant que je pouvais les défaire au besoin.  

-Qui êtes vous ? Parlez. »

Mais la chose la plus effrayante, ce n’était pas ces présences derrière moi. C’était ces bruissements, tout autour, comme si quelque chose de bien plus terrible que ce rapt, allait se dérouler.

_________________
I'm too old for this shit.
They wrote in the old days that it is sweet and fitting to die for one's country. But in modern war, there is nothing sweet nor fitting in your dying. You will die like a dog for no good reason. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mar 17 Oct - 0:56

Et demain, les ombres
NOM DU JOUEUR 1
Adrasteia N. Raventhrone
« You say that I'm paranoid, but I’m pretty sure the world is out to get me. It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy. »
NOM DU JOUEUR 2
Aventure du Narrateur
« I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. »

I'm holding on, why is everything so heavy? Holding on so much more than I can carry. And I drive myself crazy, thinking everything's about me, 'cause I can’t escape the gravity.



« Vous vous fiez bien trop aux apparences ma fille. »
Sa langue se claqua d'un agacement ostensible, l'éclat d'un rire résonant pour seule réponse aux paroles de Magritte dans l'immédiat. Que le diable l'emporte si ce n'était pas la chose la plus sensée à faire dans une situation pareille. Ses lippes s'étaient grossièrement retroussées, clairement dans l'intention de persifler une nouvelle fois à l'encontre de cette vieille femme à la langue bien plus déliée que n'en n'étaient ses mains, préférant toutefois propager des paroles sans fondement quelconques. Toutefois, la proximité du nouveau cri vint réorganiser ses priorités.

Et si la brune n'avait pas eu le temps de profiter joyeusement d'une journée aux nausées particulièrement calmes, les bruits qu'avait attirés son attention sur deux lunes verdoyantes observant le groupe à quelques mètres seulement fut suffisant pour enclencher une peur vertigineuse. Et si son souffle s'était brusquement coupé, le fil de ses pensées s'était quant à lui décupler, sursautant légèrement alors que Magritte se plaisait une nouvelle fois à n'en pester ses mesquineries, tant bien que la brune se demandait si elle ne trouvait pas le funeste silence plus agréable à ses oreilles. « Suffis ! » Avait-elle tranché, levant spontanément ses paumes avant d'en fermer ses doigts tremblant d'une rage qui se plaisait à s'écorcher contre les parois de son crâne, résistant difficilement à répondre aux murmures qui l'incitaient à entourer ce cou aux reproches redondants. D'un soupir enragé, la Raventhrone s'élança presque au même instant que la vieille sorcière. Et si ses prunelles ne perdent pas de vue, la tour aux espoirs d'une forteresse de fortune, la Slave tentait, en vain, d'observer le décors filant à toute allure pour en noter des informations quelconques qui auraient pu être utiles, tout du moins dans l'espoir de comprendre cette impression d'en connaître les lieux. « Stop. »

À bout de souffle, à bout de nerfs, la sorcière observe le jeune homme qui se dresse stupidement au beau milieu d'une forêt, avant d'en suivre son regard, observant à son tour l'homme qui gisait au sol, ligoté lui aussi. Et puis l'homme se réveille, enfin, faisant l'étalage de répercussion d'un affront qu'ils n'avaient - du moins elle - pas commis. Sans doute, était-ce la nervosité, sans doute était-ce le temps oppressant, peu en importait réellement, si ce n'était que ses épaules qui se secouaient soudainement d'un rire cristalin. « Soyez assuré, Monsieur le Justicier, que vos grands discours ne me concernent pas le moindre du monde en comparaison à l'un seul de ces cris. Pouvez-vous vous lever seul ? Il nous faut atteindre cette tour là-bas, et nous aurons tout le loisir de se menacer une fois à l'abri. » avait-elle rapidement expliqué, jetant un brief regard derrière son épaule simplement pour se rassurer de ce qui s'y trouvait avant de s'élancer une nouvelle fois en direction de la dite tour ... Elle était si près maintenant, à peine quelques mètres ...



[/quote]

_________________
You think I’m incredible ; seems like I'm an illegal on my own, I wonder if they'll miss me when I’m gone. but no matter what you think imma do my own thing. Don’t matter what you say imma stay awake. Don’t matter what you do, imma get my own way. Soon you’ll see, only I got me. And soon you’ll see, I’m capable of anything. Let me be, I’m comfortable being alone, and imma run in solo. I got this on my own, yes I know that I have a long way to go, but it’s always been just me and my shadow. Out of the deep, still locked in shallow. I’m unpredictable; I’m up to no good. I ain’t got a chill, and I’m back for some deathblows.
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Dim 22 Oct - 9:27

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres




Rappel des règles :
 


ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord ! Lors du premier tour, un de vos camarades est venu me voir et a obtenu un petit coup de pouce de la part du Narrateur. Donc, vraiment, venez me voir ! Je ne mords pas  Coeur



Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP

« Kidnapper un représentant de la loi est un crime passible d’emprisonnement. Soyez assurés que s’il m’arrivait quelque chose, les détraqueurs d’Azkaban seront vos seuls compagnons pour le reste de votre vie. » Face aux mots passablement accusateurs de l’inconnu réveillé, Juan avale sa salive et se tourne vers les deux femmes en quête d’une réponse. Il n’est clairement pas à l’aise : pire, même, paniqué par l’éventualité d’être envoyé à Azkaban parce qu’il a eu le malheur d’avoir voulu voyager.

« Qui êtes vous ? Parlez. » Et Magritte, de froncer les sourcils à ces mots. Seulement, elle n’a pas le temps d’aller quérir elle-même l’information. Adrasteia se montre plus vive. « Soyez assuré, Monsieur le Justicier, que vos grands discours ne me concernent pas le moindre du monde en comparaison à l'un seul de ces cris. Pouvez-vous vous lever seul ? Il nous faut atteindre cette tour là-bas, et nous aurons tout le loisir de se menacer une fois à l'abri. » Et que dire de plus ? « L’immobilité nous tuera, aucun doute possible là-dessus. Il faut bouger. » La vieille sorcière ne fait qu’enteriner, à sa manière, les propos énoncés par la Slave.

Et c’est étrange, pourtant. Car maintenant qu’ils sont devant cet inconnu qui ne l’est pas tant, il n’y a plus un bruit dans les bois. Plus un souffle. Comme s’il ne restait, dans les feuillages ternes et obscurcis par la nuit grandissante, qu’un silence pesant. Écrasant.

Et les autres ? Plus un son. Plus un cri. Comme si tout c’était arrêté – pour eux. Ou pour l’un ? Vous ne savez pas. Mais cette chape énigmatique et inquiétante qui semble s’étendre autour de vous ne présage rien de bon.

Une brise imperceptible pour vos membres – lointain signe de la tempête à venir, peut-être ? – glisse entre les sommets feuillus pour laisser entrevoir votre destination actuelle. Ceux de vous qui précipiterons la marche jusqu’à gagner l’orée de la forêt – à quelques minutes de votre position – pourront alors percevoir … Leur potentiel refuge.

Tout ce qui est visible dedans EST RP:
 

Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Pour le moment, en jeu : il ne reste que Magritte, Adrasteia, Juan, Jonathan. Vous ne savez pas où sont les autres !

* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 



ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/09/2017 Messages 241 Points d’activité 30
      Pseudo : Flow
      Avatar : David Tennant
      Crédits : LE TALENT
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un python royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-es
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mar 24 Oct - 5:30


Et demain, les ombres
Aventure du Narrateur - 464 mots
Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il se passait. Tout ce que je savais, c’était que les personnes derrière moi n’étaient vraisemblablement pas mes kidnappeurs, ou alors ils avaient un discours bien étrange. Avec habileté, je détachais mes liens : bien qu’ils aient été desserrés lors de ma chute, mon entrainement m’avait également appris à me libérer de toutes sortes d’entraves. Puis, je me levais, pour pouvoir mettre un visage sur mes compagnons d’infortune.

« -Il serait sage, jeune fille, de veiller à votre ton. J’aurais pu être l’une des personnes responsables de votre présence ici, et m’énerver suffisamment pour mettre fin à vos jours. Mais je mettrais votre impolitesse sur le stress de la situation, et je passerai outre.

Mon ton était plus rassurant qu’agressif. Mes yeux se posèrent sur elle, puis le jeune homme, avant d’observer la femme d’un certain âge. Je l’avais déjà vu, j’en étais sûr.

-Vous êtes une Auror, n’est-ce pas ? Je vous ai déjà vu au Bureau. Veillez sur lui, dis-je en pointant Juan du doigt, mon entrainement me revenant automatiquement en mémoire : toujours protéger les civils. Je m’occupe de l’impertinente jusqu’à ce que nous arrivions à l’abri. Plus que de la rapidité, il nous faudra rester calme : nous n’arriverons jamais à distancer une bête sauvage, mais nous sommes plus intelligents qu’elle. »

Je m’approchais de l’ancienne Auror et je défaisais ses liens, afin qu’elle puisse, en cas de danger imminent, m’assister. Je me doutais, vu la taille frêle de la brune, et l’air apeuré du rouquin, qu’ils ne me seraient que de peu d’utilité en cas de combat. Je tirais ensuite par le bras celle que j’avais décidé de protéger, sans lui laisser le temps de protester, et plutôt que de courir comme un dératé comme ils l’avaient fait auparavant (premier réflexe d’une proie, mais pas forcément la meilleure idée), je pris un rythme rapide tout en faisant attention à mes pas, ne faisant pas trop craquer de branches, et restant attentif à mon environnement.

La tour était proche maintenant. Vu la cheminée, je me doutais qu’il s’agissait d’une installation moldue, et, me rappelant les catastrophes nucléaires s’étant déroulées il y avait de cela une quinzaine d’années, je ne savais pas vraiment si c’était une bonne idée de s’y réfugier. Mais après tout, je n’étais pas expert, et, de toute façon, il nous fallait nous mettre à l’abri de ces choses dans les bois que fuyaient mes camarades. Alors que nous quittions l’orée des bois, nous rapprochant de la structure, j’avisai le grillage rehaussé de fil barbelé qui l’entourait et me demandait comment nous allions le franchir. Heureusement, je pouvais voir une porte un peu plus loin : problème, pour y arriver, nous allions être dangereusement à découvert, perdant l’abri relatif fourni par les arbres…

_________________
I'm too old for this shit.
They wrote in the old days that it is sweet and fitting to die for one's country. But in modern war, there is nothing sweet nor fitting in your dying. You will die like a dog for no good reason. by anaëlle.
SorcieravatarSorcier
http://www.catharsis-rpg.com/t283-adrasteia-n-raventhrone
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Mer 1 Nov - 15:40

Et demain, les ombres
NOM DU JOUEUR 1
Adrasteia N. Raventhrone
« You say that I'm paranoid, but I’m pretty sure the world is out to get me. It’s not like I make the choice, to let my mind stay so fucking messy. »
NOM DU JOUEUR 2
Aventure du Narrateur
« I don’t like my mind right now, stacking up problems that are so unnecessary. Wish that I could slow things down, I wanna let go but there’s comfort in the panic. »

I'm holding on, why is everything so heavy? Holding on so much more than I can carry. And I drive myself crazy, thinking everything's about me, 'cause I can’t escape the gravity.



Ses lèvres se pincèrent à l’écoute des paroles du nouvel arrivant, levant le bout de son nez avec arrogance. N’y avait-il pas plus urgent à faire que de la sermonner sur ses prétendues impolitesses ? Je m’occupe de l’impertinente jusqu’à ce que nous arrivions à l’abri. Plus que de la rapidité, il nous faudra rester calme : nous n’arriverons jamais à distancer une bête sauvage, mais nous sommes plus intelligents qu’elle. »

La Slave leva une main devant elle, son souffle saccadé venant se perdre dans l’immensité de la forêt pour seule objection devant l’homme qui défaisait les liens de la vieille sorcière. Des aurors … La brune se ravisa, mordant nerveusement sa lèvre inférieure tandis qu’elle se faisait violence pour en retenir ses pensées. Parce qu’elle ne lui faisait toujours pas confiance, à la vieille… Et qu’elle n’était pas certaine qu’elle devait faire confiance à qui que ce soit. Baissant légèrement les yeux, la Slave sursauta derechef par cette main qui l’entraînait soudainement d’un rythme véloce, l’obligeant à froncer les sourcils. « Et qu’est-ce qui vous fait croire que nous sommes plus intelligents… Ou encore qu’il n’y en a qu’une seule. Pour le peu que je saches, personne ne place un groupe de sorcier à dispositions d’une bête quelconque si elle n’est pas… Inestimable. Ce n’est pas normal… Enfin, il est évident que ce n’est pas normal, mais je veux dire… L’on nourrit ses bêtes en connaissance de cause. Sept sorciers… C’est un nombre imposant et risqué si l’on n’est pas assuré d’une réussite. Et l’on ne prend pas en otages sept sorciers pour qu’ils s’en sortent… »

Les yeux rivés vers l’homme qui ‘’s’occupait’’ d’elle, la Slave tentait désespérément d’obtenir son attention. Puis ensuite vint la clarté, leurs pas s’arrêtant à la lisière de la forêt pour observer ce qui se trouvait devant eux. Et elle recula, l’impertinente, secouant frénétiquement sa tête alors qu’elle réalisait enfin pourquoi cette impression de déjà-vu l’accablait depuis un moment déjà … « Tchernobyl… »

De ses prunelles apeurées, la Slave parcourait le terrain avec horreur, tirant brusquement sur le bras de l’homme pour retourner sur leurs pas. « Nous .. Il y a sûrement autre part où aller… Nous ne pouvons pas… Cet endroit nous tuera lentement… Les radiations… Je ne peux pas… » Avait-elle bafouillé, avant de s’arrêter quelques instants. « C’est choisir entre mourir rapidement ou lentement. Et nous ne savons pas ce que les radiations peuvent causer à long terme… Pripyat est à une quinzaine de kilomètres d’ici… Une centaine pour Kiev … Personne ne viendra nous aider ici… Cette zone est confinée. Ça… C’est… I-il faut d’abord se débarrasser de notre odeur… Pour qu’elle ne nous… Je ne peux pas aller là-bas… »

_________________
You think I’m incredible ; seems like I'm an illegal on my own, I wonder if they'll miss me when I’m gone. but no matter what you think imma do my own thing. Don’t matter what you say imma stay awake. Don’t matter what you do, imma get my own way. Soon you’ll see, only I got me. And soon you’ll see, I’m capable of anything. Let me be, I’m comfortable being alone, and imma run in solo. I got this on my own, yes I know that I have a long way to go, but it’s always been just me and my shadow. Out of the deep, still locked in shallow. I’m unpredictable; I’m up to no good. I ain’t got a chill, and I’m back for some deathblows.
Staff/PNJavatarStaff/PNJ
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Ven 3 Nov - 9:52

Aventure du Narrateur
Et demain, les ombres




Rappel des règles :
 


ATTENTION ! Si vous souhaitez obtenir des informations (ou des avantages, voire des malus selon votre chance Eyes) je vous enjoins très fortement à me contacter par MP ou sur Discord ! Lors du premier tour, un de vos camarades est venu me voir et a obtenu un petit coup de pouce de la part du Narrateur. Donc, vraiment, venez me voir ! Je ne mords pas  Coeur



Le 3 Juillet 2000, du matin au ... soir - RP


« Il serait sage, jeune fille, de veiller à votre ton. J’aurais pu être l’une des personnes responsables de votre présence ici, et m’énerver suffisamment pour mettre fin à vos jours. Mais je mettrais votre impolitesse sur le stress de la situation, et je passerai outre. » L’inconfort de la situation se renforce à ces quelques mots pourtant rassurants. Juan baisse même la tête. Seule Magritte semble garder suffisamment le contrôle sur ses émotions, bien qu’elle ne soit clairement pas en position de force. « Vous êtes une Auror, n’est-ce pas ? Je vous ai déjà vu au Bureau. Veillez sur lui. »

Et elle hoche la tête, soudainement soulagée d’être reconnue par quelqu’un. « Compris. » Information acquise. « Je m’occupe de l’impertinente jusqu’à ce que nous arrivions à l’abri. Plus que de la rapidité, il nous faudra rester calme : nous n’arriverons jamais à distancer une bête sauvage, mais nous sommes plus intelligents qu’elle. » Le regard de Magritte se dirige vers le jeune homme roux et troublé. « J’ai besoin de mes mains. Dégage les cordes. » Qui, non sans un dernier regard vers Adrasteia, s’approche … Mais Jonathan se montre plus rapide que lui. « Merci. »

« Dé-désolé, je … » L’ancienne Auror lui attrape le bras et le tire à sa suite. « Avance. » Pour le diriger à la suite des deux autres. « Et qu’est-ce qui vous fait croire que nous sommes plus intelligents… Ou encore qu’il n’y en a qu’une seule. Pour le peu que je saches, personne ne place un groupe de sorcier à dispositions d’une bête quelconque si elle n’est pas… Inestimable. Ce n’est pas normal… Enfin, il est évident que ce n’est pas normal, mais je veux dire… L’on nourrit ses bêtes en connaissance de cause. Sept sorciers… C’est un nombre imposant et risqué si l’on n’est pas assuré d’une réussite. Et l’on ne prend pas en otages sept sorciers pour qu’ils s’en sortent… »

Juan laisse s’échapper un hoquet de terreur à ces quelques observations. « Sé-sérieusement ? On est… De la bouffe ?? » Toujours entraîné à la suite de Jonathan par le caractère décidé et teigneux de Magritte. « Si tu continues à geindre, c’est certain qu’on le deviendra. Maintenant tais-toi. »

Ils marchent vite. Les bois se font plus clairsemés. Le ciel plus sombre. La nuit plus évidente. Au loin, des éclairs font danser les volutes inquiétantes de la sphère céleste. Et lorsqu’ils quittent enfin ces abords forestiers épineux et drôlement silencieux – où sont passés les autres ? – la voix d’Adrasteia perce le mutisme ambiant. « Tchernobyl… »

La stupéfaction cogne les esprits non-préparés à cette éventualité. « Nous .. Il y a sûrement autre part où aller… Nous ne pouvons pas… Cet endroit nous tuera lentement… Les radiations… Je ne peux pas… » Magritte s’efforce d’observer les environs, les lèvres pincées. « C’est choisir entre mourir rapidement ou lentement. Et nous ne savons pas ce que les radiations peuvent causer à long terme… Pripyat est à une quinzaine de kilomètres d’ici… Une centaine pour Kiev … Personne ne viendra nous aider ici… Cette zone est confinée. Ça… C’est… I-il faut d’abord se débarrasser de notre odeur… Pour qu’elle ne nous… Je ne peux pas aller là-bas… »

Le tonnerre roule et gronde vivement à leurs oreilles. Quoi que lointain, il n’en reste pas moins un rappel de ce qui menace en haut – à moins qu’il ne dissimule pire ?

Car, un seul regard porté vers la forêt derrière eux, peut instiller suffisamment d’angoisse pour en perdre la raison. Entre les arbres, des ombres indistinctes paraissent se déplacer. Réalité ou illusion ?

Et cette branche, qui vient de craquer à cinq mètres d’eux sur la gauche, derrière un buisson ?


Éléments cruciaux de votre aventure - A LIRE !


Pour le moment, en jeu : il ne reste que Magritte, Adrasteia, Juan, Jonathan. Vous ne savez pas où sont les autres !

* Récapitulatif des PNJs avec vous :
Vos compagnons:
 

ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 13/09/2017 Messages 241 Points d’activité 30
      Pseudo : Flow
      Avatar : David Tennant
      Crédits : LE TALENT
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence:
      Patronus: Un python royal
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t1251-jonathan-rowle-la-guerre-c-es
MessageSujet: Re: [AVENTURE] Et demain, les ombres | Adrasteia, Jonathan.   Jeu 9 Nov - 8:35


Et demain, les ombres
Aventure du Narrateur - 449 mots
Les mots de la jeune femme étaient comme une sentence que les soupçons si terribles que j’avais formés dans ma tête délivrait, implacables, immuables. Tchernobyl, donc. Les images que j’avais vu dans les journaux de personnes mortellement irradiés après la catastrophe me vinrent en tête : cela faisait presque 15 ans, et pourtant cette violence qui avait marqué la face de l’Europe avait laissé une trace sombre dans la mémoire de tous.

Le temps n’était pas à la désolation, ni même à la réflexion. Nous étions pourchassés, par quelque chose qui, vraisemblablement, voulait notre fin à tous. La magie, cette constante si rassurante dans notre vie, ne pouvait pas nous aider. Alors, je me retournai vers la jeune femme, et lui parlait du ton le plus doux que je pouvais lui offrir, tout en restant ferme.

«-Vous avez probablement des gens qui comptent sur vous et qui espèrent vous revoir saine et sauve… Comme nous tous ici. Mourir rapidement n’est pas une option. Retourner dans cette forêt, pour espérer trouver une rivière, ou autre chose, pour masquer notre odeur ne signera que plus rapidement encore notre sort. Nous allons passer le grillage. Il n’est qu’à quelques mètres, et, de toute façon, les radiations nous ont déjà forcément touchées… La technomagie fait des progrès chaque jour. Elle pourra aider notre organisme à nous remettre, en cas d’un trop grand empoisonnement. »

Je relâchai mon emprise sur son bras. Malgré l’urgence de la situation, je ne voulais pas la trainer contre son gré derrière la barrière et était prêt, au cas où, à la défendre contre le danger venant de la forêt, si elle décidait d’y retourner malgré tout. J’étais Auror, et on m’avait appris à toujours défendre les civils, peu importe la situation : et je savais qu’elle mourrait à l’instant, face à la bête qui nous poursuivait. Je continuais quand même de marcher dans la direction de la porte qui séparait le grillage surmonté de fil barbelé, espérant que la jeune femme m’y suive. Car Magritte avait raison. L’immobilité nous tuerait, et nous ne pouvions pas réfléchir sur les raisons de notre présence ici. Tout comme sur les conséquences : car mes mots sur la technomagie avaient plus lieu à rassurer la jeune femme plutôt que de réellement être une solution aux problèmes qu’entraineraient les ondes mortelles de ce lieu.

Et les craquements derrière nous achevèrent de briser ma patience. Je me risquais à me rapprocher du complexe nucléaire et à longer la palissade pour arriver à la porte. Peut-être étais-je condamné, ou peut-être pas : je savais néanmoins que mes chances de m’en sortir étaient plus grandes, si je m’éloignais de la chose dans les bois.

_________________
I'm too old for this shit.
They wrote in the old days that it is sweet and fitting to die for one's country. But in modern war, there is nothing sweet nor fitting in your dying. You will die like a dog for no good reason. by anaëlle.
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Xander & Bridget]
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain (Narcisse)
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain.
» Ne laisse jamais les ombres d'hier obscurcir la lumière de demain [Pv. Leslie]
» Les Ombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Le Monde :: Autres destinations :: Toute autre destination mondiale-
Sauter vers: