It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste
AuteurMessage
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 02/05/2017 Messages 385 Points d’activité 16
      Pseudo : Flow
      Avatar : Aidan Turner
      Crédits : Mon immense talent
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
      Patronus: Un raton-laveur
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-don
MessageSujet: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   Mar 12 Sep - 13:03


It's been a long time without you, my friend.
Derek&Céleste
Il y avait peu de personnes importantes dans la vie de Derek, depuis la mort de sa mère. Il n’avait jamais connu son père, et il s’était construit seul, son mentor Mitch étant l’exception (mais vu l’influence néfaste qu’il avait eu sur lui, peut-être aurait-il mieux valu qu’il reste sans personne). Patrick était son petit frère adoptif, celui qu’il avait sorti de la rue pour lui offrir la vie qu’il aurait voulu avoir, mais il était arrivé alors qu’il était déjà homme, plus un enfant, et n’avait pût être le ciment qui aurait rendu ses fondations saines.
Une seule personne dans la vie du criminel avait été un repère stable, constant : Céleste. Il l’avait rencontré alors quand il avait à peine 18 ans, et leur intelligence et l’amour des langues les avaient rapprochés, pendant que lui-même vivait des situations compliquées à coup de guerre de gangs, de tentatives d’assassinat et de prises de pouvoir. Elle avait vu la construction de Sacramento, brique par brique, connaissant l’homme derrière le masque et son envie toujours aussi brûlante de laisser sa marque sur le monde, même s’il devait supprimer tout sur son passage.

Pendant que son organisation prenait de la puissance, elle voyageait un peu partout dans le monde, mais ils ne perdirent jamais le contact, pensant toujours à envoyer un hibou, à prendre des nouvelles par un moyen ou par un autre. Il savait qu’elle était à Atlantis ; elle savait qu’il y était également, mais comme toujours, il faisait passer l’escalade de la pyramide de la gloire, avant tout. Il ne comptait plus le nombre de beuglante qu’il avait reçu, l’invitant avec plus ou moins de courtoisie à venir rendre visite à son amie d’enfance, mais il avait toujours un nouveau cambriolage à planifier, un plan minutieux à préparer. Le business avant tout, comme on dit.

Il se rendait pourtant, en ce début de soirée, en direction de l’appartement de Céleste, un étrange paquet sous le bras. Avait-il décidé d’enfin faire passer son amitié avant les affaires ? Peut-être, mais ce qu’abritait le colis qu’il transportait prouvait le contraire : il s’agissait d’un manuel de magie noire, écrite dans une langue qu’il n’avait jamais vu de sa vie. L’écriture ressemblait aux runes traditionnelles dans le style, mais après avoir consulté plusieurs spécialistes, ceux ci avaient confirmés n’avoir jamais rencontrés de tels symboles : Derek espérait que Céleste pourrait lui en apprendre plus.
Si sa présence avait été motivée par le déchiffrage de ce livre qui pouvait lui rapporter gros, il était sincèrement heureux de revoir son amie, qu’il n’avait pas vu depuis des années. Une relation de plus de quinze ans est une relation forcément importante dans la vie de quelqu’un.

Arrivé aux Salines, il toqua à la porte, quelque peu nerveux. Il n’avait pas annoncé sa venue à Céleste, et il espérait que l’américaine serait là, mais surtout, que sa réaction ne serait pas disproportionnée, car elle pouvait parfois être un peu… passionnée. Lorsque l’entrée s’ouvrit, et qu’il aperçut la tignasse de son amie, un sourire éclaira son visage, un sourire franc, sincère.

« -Ma chère Céleste. Tu es la même qu’à nos vingt ans. »

Charmeur, il l’était, assurément. Mais elle ne serait pas dupe, elle était une des rares personnes qu’il ne pourrait pas tromper sous son air de parfait gentleman, car elle connaissait sa nature de carnassier. Céleste Swanson. Celle qui savait que Derek et Sacramento n’étaient que deux faces d’une même pièce, et l’une des seules qui pourraient échapper à sa folie, si un jour elle venait à en être la victime.  

_________________
A wicked man.
He shall spurn fate, scorn death, and bear his hopes above wisdom, grace and fear: and you all know, security is mortals' chiefest enemy. William Shakespeare.
ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 12/04/2017 Messages 74 Points d’activité 0
      Pseudo : Cécile.
      Avatar : Beyoncé Knowles
      Crédits : Stolen Paradise / Beerus
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Demeures aménagées aux Salines
      Patronus: Une anguille électrique (gymnote)
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t776-i-break-chains-all-by-m
MessageSujet: Re: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   Sam 23 Sep - 11:49

Long time, no see
céleste ft derek

Tu étais épuisée. Etonnement, la vie sédentaire ne te semblait pas plus reposante. Au contraire. Si se laissait aller au train-train quotidien pouvait être confortable, c’était si loin de ce qu’avais été ta vie jusque-là, que tu étais fatiguée.

Travailler à des horaires quasi fixes, préparer tes cours, organiser des sorties, tout ça ressemblait presque à des vacances de ta vraie vie. On ne pouvait pas dire que tu t’y étais habituée et l’envie de partir était toujours présente.

Mais c’était un sacrifice nécessaire. Elle avait besoin de toi.

C’était à ton tour de prendre soin d’elle.

Il te fallait préparer les sujets d’examen, mais pour le moment, tu avais besoin de décompresser. Tu commences donc à préparer à manger, suivant scrupuleusement la recette dont tu as hérité. On ne pouvait pas vraiment dire que tu étais exceptionnellement douée en cuisine mais tu savais exécuter parfaitement une recette.

Tu sens qu’il va pleuvoir. Bâton-Rouge entame sa plainte mélancolique. Si pour beaucoup son chant paraît lugubre, il te donne un sens de confort et d'une douce nostalgie heureuse.

Tu te sers un verre de vin avant de t’installer au piano pour accompagner le chant de ton augurey.

Cela fait longtemps que tu n’as pas pris le temps de jouer.  Tu te laisses pousser par ton inspiration, voyageant par l’esprit dans les ruelles de la Nouvelle-Orléans. Tu te rappelles les concerts avec Grand-Mère. Tu la sens avec toi.

Bâton-Rouge s’arrête un instant.

Quelqu’un est là.

Tu ouvres et lui fait face.

Un visage familier mais qui paraît si lointain. Tu ne sais même plus à quand remonte votre dernière rencontre.

Tu savais qu’il était en ville, depuis bien trop longtemps pour qu’il puisse excuser son comportement. Même pour lui, c’était indigne.

Ton habileté avec les langues t’avais permis de toujours décrypter ses intentions, au-delà de ce que ses discours enjoliveurs tentaient de faire croire.

Tu l’écoutes parler, sans une expression.

S’il pense pouvoir t’arracher un sourire, il se trompe. Tu es mieux élevée que ça.

« J’aimerais pouvoir te retourner le compliment, mais les déserteurs vieillissent mal. »

Tu étais heureuse qu’il soit là. Mais il était hors de question de le montrer, pas avant de l’avoir torturé un peu.

Sans laisser paraître quoi que ce soit, tu mets la table et sers un deuxième verre de vin.

Tu laisses le silence peser afin qu’il repense à ses actions. Ce n’était pas faute de lui avoir envoyé multiples beuglantes. Mais non, monsieur avait préféré t’ignorer. Tu ferais de même.

Tu te remets au piano, en chantant cette fois-ci, de façon à l’empêcher d’entamer la conversation.
Toujours sans un mot pour lui, tu sers le repas, maintenant prêt.

« Maintenant, tu peux me dire la raison de ta visite. N’essaye pas de m’amadouer avec des compliments, je sais très bien que tu n’es pas venu me voir, juste pour parler du bon vieux temps. »

Tu t'arrêtes un instant, bois une gorgée avant de le regarder dans les yeux.

« Mais je te préviens. Tu as intérêt à avoir un cadeau pour moi, ou j’envoie mon troll de sécurité s’occuper de ton cas. »

Peut être n'est tu pas sérieuse. Ou peut être que tu l'es.
made by black arrow

_________________
But I made lemonade.
My grandma said "Nothing real can be threatened." i was served lemons but i made lemonade
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 02/05/2017 Messages 385 Points d’activité 16
      Pseudo : Flow
      Avatar : Aidan Turner
      Crédits : Mon immense talent
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
      Patronus: Un raton-laveur
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-don
MessageSujet: Re: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   Mar 26 Sep - 17:16


It's been a long time without you, my friend.
Derek&Céleste
Elle était en colère, et c’était bien normal. Et ce n’était pas l’une de ces fureurs agressives et passionnées, où elle pouvait jeter des assiettes contre les murs et sa voix portait si loin qu’on pouvait l’entendre à des kilomètres à la ronde : non, c’était plutôt un courroux froid, sec, avec un regard si noir qu’il pouvait faire frémir les enfants. C’était bien pire, en réalité, et Derek ne put s’empêcher de ressentir un vif sentiment de culpabilité à la vue de son amie de longue date. C’était sa faute, et il le savait parfaitement. Le mot déserteur, en particulier, lui fit du mal, car il résumait parfaitement la situation : oui, il aurait pu lui rendre visite, non, il ne l’avait pas fait, et ce par choix. Car après tout, la vie est faite de choix et faire passer son business avant une amitié longue de 15 ans en était un.

Derek ne dit pas un mot face à ses reproches, ne dit pas un mot quand elle joua du piano, ne dit pas un mot quand elle servit le repas. Plus il parlerait, plus il empirerait la situation. Car elle le connaissait trop bien et pouvait utiliser ses mots contre lui, alors que c’était son arme la plus puissante. Il se contenta de sourire à la mention de son troll, par nostalgie. Elle lui avait manqué, malgré les apparences. C’était tellement rafraichissant de pouvoir être totalement soi-même avec quelqu’un, d’accepter la part d’ombre à l’intérieur de lui : bien sûr, il y avait Patrick, mais Céleste était son égale, à la différence du jeune homme. Jamais Patrick n’oserait élever la voix contre lui.

Il entra dans la pièce sans qu’elle l’y invite, puisqu’il y avait peu de chance, de toute façon, qu’elle le fasse d’elle-même, rompant les codes de la bienséance mais ne voyant pas d’autres manières d’ouvrir un dialogue. Son ouvrage serré sous le bras, il ne tenta pas de se justifier, il savait que ça serait inutile. Il planta donc son regard dans les yeux de la femme, sans sciller.

« -Je suis désolé, Céleste.

Son ton était sérieux, presque un peu trop. S’il pensait ses mots, sans justification, ils étaient futiles, même un peu puérils. Certes, ils avaient passés l’âge des gamineries et des rancoeurs, ils n’étaient pas pour autant exempt de la plus élémentaire des politesses.

-Et oui, ce n’est pas une simple de courtoisie, bien que tu le mérites, et bien que je ne sois qu’un idiot pour me rendre ici avec une idée derrière la tête. Mais 15 ans, Céleste, 15 ans. Je n’ai pas changé depuis toutes ces années, et ce n’est pas le climat anglais qui le fera.

Derek posa l’ouvrage sur la table, sans rien dire. Elle verrait le livre et l’étrange dialecte qu’il contenait, et la curiosité devrait faire le reste. Il était suffisamment cultivé pour savoir que ce n’était pas un langage comme les autres. Si on le mettait devant une peinture d’un artiste inconnu mais dont le génie égale celui des plus grand, lui-même serait automatiquement des plus intéressé. Il se détourna donc du grimoire, passant simplement son doigt sur les symboles qui brillaient doucement d’une lueur verte qui n’était pas sans rappeler l’Avada, et se posta devant Céleste.

-Sacramento passe avant Derek. Toujours. Mais ce soir, il est possible de concilier les deux. Alors parlons, comme au bon vieux temps, comme dans nos lettres. Ne peut-on pas oublier ma rustrerie ? »

C’était une véritable question. Car oui, la femme était en colère mais son pardon ne signifierait en aucun cas, tout du moins pour Derek, une quelconque faiblesse. Simplement la compréhension de l’importance, pour l’américain, de laisser sa marque dans le monde, et que cela impliquait des sacrifices.

_________________
A wicked man.
He shall spurn fate, scorn death, and bear his hopes above wisdom, grace and fear: and you all know, security is mortals' chiefest enemy. William Shakespeare.
ProfesseuravatarProfesseur
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 12/04/2017 Messages 74 Points d’activité 0
      Pseudo : Cécile.
      Avatar : Beyoncé Knowles
      Crédits : Stolen Paradise / Beerus
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Demeures aménagées aux Salines
      Patronus: Une anguille électrique (gymnote)
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t776-i-break-chains-all-by-m
MessageSujet: Re: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   Dim 29 Oct - 11:47

Long time, no see
céleste ft derek


Tu étais en colère. Oh oui. Contre lui. Et contre toi.

D’avoir laissé passer autant de temps.

Tu savais qu’entre vous, ce n’était pas une de ces relations éphémères qui s’étiolent proportionnellement à la distance. Mais autant d’années donnent l’impression que votre amitié date d’une autre époque, d’une autre vie. Et si tu appréciais grandement les relations épistolaires, tu ne souhaitais pas que celle ci se réduise à cela.

Alors quand tu le vois, là, devant toi, si proche. Tu as peur.

Sentiment fugace, qui passe et repart.

Et si tout avait changé ?

Et si tu avais changé ?

Tu chasses l’indécision délétère et choisis de te concentrer sur ta colère, plus facile à maîtriser.

Tu avais menti. Il n’avait pas changé. Revoir cette lueur si particulière commence à ébranler la légère bulle du temps qui vous avait séparés. Un regard qui transmet une ambition à croquer le monde. Une des raisons pour lesquelles tu l’admirais.

Tu sais qu’il ne s’arrêtera que quand ils connaîtront tous son nom, à travers le monde et les siècles.
Et tu vois qu’il a un nouvel objectif.

Il est calme mais il a un but et il ira jusqu’au bout.

Tu sais qu’il n’est pas là que pour tes beaux yeux. Mais au lieu de te vexer, cela te rassure.
Il n’a pas changé.

Rien n’a changé.

Ton regard sur lui se fait plus doux.

Tu ne vas pas te radoucir si vite, il mérite de profiter de ton courroux un peu plus longtemps. Mais au fond, la joie de le voir rattrape bien vite l’agacement.

Tu acceptes mentalement ses excuses, sans un mot pour autant et tu continues de boire ton vin à petites gorgées pendant qu’il parle.

Il dévoile enfin l’objet de sa visite.

Et quel objet.

Tu reposes ton verre de vin et attire vers toi le livre scintillant, sans un mot. Il n’est pas nécessaire de préciser que tu acceptes d’étudier le grimoire, il te connait trop bien pour penser que tu puisses hésiter.

Cela fait longtemps que tu n’avais pas vu de tels symboles. Rares et anciens, réunissant tous les éléments mystiques pour en faire ta nouvelle obsession.

D’une main délicate, tu ouvres l’ouvrage à la première page. Il te faudra prendre des notes durant le déchiffrage, ta pratique de ce type de rune remontant à de nombreuses années.

Tu n’as eu besoin de vraiment traduire ce type de langage qu’une seule fois au cours de ta carrière, et tu n’avais pas pu retrouver le manuscrit entier, seulement des fragments, abîmés, dispersés dans une grotte humide dans les entrailles de la cordillère des Andes.

Le souvenir ne te rajeunit pas. Bien du temps a passé, et la traduction te demandera sûrement quelques heures de travail afin de raviver tes connaissances un peu rouillées.

Derek prononce quelques mots, te sortant de ta rêverie linguistique.

Il ne serait sûrement pas très poli de te mettre au travail pour l’instant, et tu refermes avec la plus grande prudence le livre ancien avant d’aller le poser sur ton porte-livre d’étude.

Tu retournes t’assoir en face de lui.

« Oublier n’est pas mon fort. Mais je pense pouvoir faire un effort au nom du bon vieux temps et te pardonner pour tes mauvaises manières. »

Tu lèves ton verre et décide de porter un toast.

« A nos jeunes années et à une amitié qui a survécu au temps. »

Un petit sourire en coin vient orner ton visage.

« Je tiens à préciser que c’est pour le livre de Sacramento que je fais ça, pas pour les beaux yeux de Derek compris ? J’ai clairement mon préféré. »

S’il s’évertue à vouloir faire la différence entre les deux, Sacramento et Derek ne sont pour toi que les deux faces d’une même pièce, complémentaires et indispensables l’une à l’autre.

Si tu n’approuvais pas forcément de toutes les méthodes de Sacramento, tu avais assez confiance en Derek pour savoir qu’il avait des valeurs et des principes qu’il ne trahirait pas.

Tu disparais rapidement dans la cuisine et ramène un plat fumant que tu installes sur la table.

« Et si tu commençais par me raconter ce qui t’amènes à Atlantis ? Je suppose malheureusement que ce n’est pas mon angélique présence qui t’as décidé à venir. C’est en rapport avec le livre ? Ou ce n'est que la partie émergée de l'iceberg ?»

Tu remplis les assiettes du jumbalaya préparé selon la recette exacte de grand-mère et ’un sort informulé, tu enchantes le piano pour rajouter un fond sonore à base de jazz et de cajun.

Si tu pouvais contempler la scène, tu te dirais sûrement que ta vie à Atlantis commençait enfin à ressembler à un retour à la maison. Un verre de vin, un vieil ami, un bon repas, un air dansant et un livre aux multiples secrets, les ingrédients d’une soirée presque parfaite étaient réunis.


made by black arrow

_________________
But I made lemonade.
My grandma said "Nothing real can be threatened." i was served lemons but i made lemonade
SorcieravatarSorcier
  • PROFIL
    • Arrivé(e) le 02/05/2017 Messages 385 Points d’activité 16
      Pseudo : Flow
      Avatar : Aidan Turner
      Crédits : Mon immense talent
  • INFOS UTILES

    • Feuille de personnage
      Lieu de résidence: Les tours d'or blanc dans la Ville Haute
      Patronus: Un raton-laveur
      Informations supplémentaires:
http://www.catharsis-rpg.com/t866-derek-knight-if-you-don
MessageSujet: Re: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   Sam 4 Nov - 17:19


It's been a long time without you, my friend.
Derek&Céleste
C’était un sourire carnassier qui ornait le plus souvent ses lèvres. Patrick lui disait souvent que, depuis son arrivée au Royaume-Uni, Sacramento se faisait de plus en plus présent, même en public, même lorsqu’il devait garder son identité secrète. Il devenait difficile de mettre une limite à la voracité du criminel et à ses actes parfois barbares : peut-être que les ténèbres devenaient encore plus épaisses que ce qu’il avait prévu. Mais ce soir, le rictus sur ses lèvres n’avait rien de malsain. Il n’exprimait que la joie de revoir sa plus vieille amie, son soulagement face à son pardon évident (bien qu’il le savait, elle ne manquerait pas de lui rappeler sa faute) et la détente en ce moment si simple et, quelque part, si familier. Car bien que la majorité de leurs discussions aient été épistolaires, la présence de Céleste avait toujours été une constante dans sa vie, une chose à laquelle il pouvait se raccrocher lorsqu’il avait l’impression de perdre le contrôle. Il leva son verre avec la linguiste et hocha de la tête.

« -Je préfère trinquer aux années à venir, et à cette amitié qui, j’en suis convaincu, continuera à passer les épreuves du temps.

Après un rapide examen visuel, Derek analysa le nez du vin. Fin connaisseur, il ne bougea pas le verre, afin de ne pas perturber l’arôme et reconnaître si le liquide avait des défauts, puis, il aéra le vin, décuplant les arômes, avant de le prendre en bouche, grumant le cru. Probablement qu’il avait l’air d’un parfait snob, mais d’une part, il n’en avait que faire, et de l’autre, il n’avait que peu d’égard pour les gens qui déniaient l’art et la manière de déguster un cru : lorsqu’il s’était rendu en France afin d’apprendre l’œnologie, il avait pu découvrir l’étendu de la beauté de cette discipline et avait pu en déceler toutes les subtilités.  

Il rigola doucement à la réflexion de Céleste, car il savait pertinemment qu’elle était l’une des rares personnes qui voyait clair dans son jeu. Que Sacramento n’était qu’une excuse, un reflet de son esprit pour se dédouaner de ses horribles méfaits. Il en était conscient, quelque part, bien qu’il le réprimait : un psychologue aurait pu se donner à cœur joie d’analyser cette récusation qu’il s’infligeait, lorsqu’il s’agissait de son revers criminel. Mais est-ce que Céleste se rendait compte de l’étendue des actes impardonnables qu’il avait pu commettre ? Probablement pas, et probablement ne voulait-elle pas savoir. Tant mieux, car le regard qu’elle portait sur lui changerait forcément.

-Ce livre est tout à toi, jusqu’à ce que je trouve un acheteur, de toute façon. Je l’ai trouvé chez un vieux Sang-Pur totalement paranoïaque. Son manoir regorgeait de charme de Cridurut.

C’était comme une bouffée d’air frais de parler de ça à découvert. Il n’avait aucun doute de la fidélité de Céleste – aucun. Et c’était si rafraichissant d’en discuter simplement, à quelqu’un d’extérieur à l’organisation, un peu comme ces gens qui racontent des anecdotes de bureau à leurs amis. Alors qu’il s’asseyait avec prestance à la table, alignant avec soin ses couverts contre son assiette, presque maniaque, il huma l’odeur qui émanait du plat qu’apportait l’américaine. Lui, l’amateur de grande cuisine, savait qu’il ne serait pas déçu.

-Si ton angélique présence ne m’a pas fait déménager, elle n’a fait qu’augmenter mon envie de venir sur le Vieux Continent. Quant au pourquoi… Tu connais mon but. Les Amériques sont déjà à moi. J’ai eu l’opportunité de venir saisir le marché anglais, et ce n’est qu’une première étape. Ça sera ensuite l’Europe… Puis le reste.

Un petit sourire. Il s’y voyait déjà. Rien ne l’empêcherait de devenir le plus grand criminel de tout les temps, et ça, il en avait la certitude.

-Le livre, ce n’est rien. Cela m’apportera de l’argent, mais je n’en ai pas besoin, j’en ai déjà plus que ce dont n’importe quel homme aurait besoin. A moins bien sûr, que cela ne se révèle être quelque chose… d’imprévu. Un coup de pouce du destin.

Et qui sait ce que l’avenir pouvait réserver, après tout. Derek avait tendance à penser qu’il était une sorte d’élu, il se mettait sur un piédestal et c’était probablement ce qui le mènerait à sa perte. Mais il n’en avait pas conscience, bien sûr : est-ce qu’un fou pouvait avoir conscience de son état ?

-En parlant de secret… Comment va-t-elle ? »

Pas besoin d’en dire plus. Il ne voulait pas vraiment s’étendre sur le sujet car il savait à quel point c’était difficile pour elle d’en parler. Mais il devait savoir. L’amitié de Céleste était très importante pour lui, et il voulait la soutenir.

_________________
A wicked man.
He shall spurn fate, scorn death, and bear his hopes above wisdom, grace and fear: and you all know, security is mortals' chiefest enemy. William Shakespeare.
Contenu sponsoriséVoir son profil
MessageSujet: Re: It's been a long time without you, my friend / Derek&Céleste   

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Brazava ♦ Long time no see...
» long time no see. ➢ CRASHWOOD. {pv. crash}
» It's Been A Long Time [with Faith] (RP MIS EN PAUSE)
» MEGHAN ♔ Forever is an awfully long time
» Long time ago (Aloysia&Sebastian)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catharsis :: Atlantis & Manadh :: Les Salines :: Les demeures aménagées aux Salines-
Sauter vers: